Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands

Geert Joris wordt algemeen secretaris van de Nederlandse Taalunie

26 Novembre 2012 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Geert Joris wordt algemeen secretaris van de Nederlandse Taalunie

De Vlaming Geert Joris wordt de nieuwe algemeen secretaris van de Nederlandse Taalunie. Dat maakte het Comité van Ministers vandaag bekend tijdens een persconferentie in de Nederlandse ambassade in Brussel.

De algemeen secretaris geeft leiding aan het Algemeen Secretariaat in Den Haag en is het eerste aanspreekpunt voor de vier Taalunieministers. De komende jaren zal Geert Joris samen met hen vorm geven aan het Meerjarenbeleidsplan 2013-2017, dat begin november werd gepubliceerd.

In 2011 raakte Joris nauw betrokken bij het reilen en zeilen van de Taalunie toen hij als lid van een visitatiecommissie het functioneren van het Algemeen Secretariaat beoordeelde.

Joris is directeur van Boek.be, de brancheorganisatie van boekverkopers, uitgevers en importeurs, en daarmee het gezicht van het Vlaamse boekenvak. Boek.be organiseert onder meer de jaarlijkse Boekenbeurs in Antwerpen.

Joris wordt de opvolger van de Nederlandse Linde van den Bosch die eerder dit jaar overstapte naar de Nederlandse Inspectie van het Onderwijs. Het mandaat van algemeen secretaris duurt vier jaar en kan eenmaal met nog eens vier jaar worden verlengd.

Pascal Smet, voorzitter van het Comité van Ministers: “De Taalunie staat voor enkele cruciale jaren, niet het minst om in budgettair moeilijke tijden aan te tonen waarom we jaarlijks 11 miljoen euro samenbrengen voor ons gemeenschappelijke taalbeleid. De Taalunie heeft ook ambitie. Daarom zijn we via een oproep en een uitgebreide wervingsprocedure gericht op zoek gegaan naar een gedreven manager. Wij, als Comité van Ministers, zien in Geert Joris de man met de ervaring, de expertise en de kunde om het uitgestippelde beleid te realiseren en nieuwe kansen te verzilveren. We kozen bewust voor iemand die het maatschappelijke debat niet schuwt omdat we geloven dat dit de positie van onze taal verstevigt.”

Jet Bussemaker, Nederlands lid van het Comité van Ministers: ”Nederland is zeer tevreden met de keuze voor Geert Joris. De werkterreinen van de Taalunie zijn niet nieuw voor hem, gezien zijn ruime ervaring in het boekenvak. We verwachten dat Joris de verdere ontwikkeling van de Taalunie sterk zal bevorderen.’’

Geert Joris, nieuwe algemeen secretaris van de Nederlandse Taalunie: “In eerste instantie wil ik de Taalunie beter op de kaart zetten en de maatschappelijke relevantie van de organisatie beter laten doordringen in die geledingen waarin de Taalunie actief is. Ze een beetje sexyer maken als het ware. De Taalunie is een bijzonder én belangrijk instituut, maar te weinig mensen en organisaties zijn zich daarvan bewust. Door de partnerships en wisselwerkingen te versterken, zullen we ook beter in staat zijn om het Meerjarenbeleidsplan 2013-2017 te realiseren.”

Geert Joris (1960) studeerde Moraalwetenschap aan de Universiteit Gent en volgde managementopleidingen aan de Vlerick Business School. Van 1988 tot 1999 was hij actief in de grafische sector en in 1998 stond hij samen met enkele vennoten aan de wieg van een e-learningbedrijf. Tussen 2003 en 2005 werkte hij als interimmanager. De voorbije zeven jaar was hij directeur van Boek.be. Vanaf 2013 zal hij zijn ervaring ten dienste stellen van de Nederlandse Taalunie.

De Nederlandse Taalunie is de verdragsorganisatie waarin Nederland, Vlaanderen en Suriname samen beleid voeren op het gebied van de Nederlandse taal. Het Comité van Ministers bestaat uit Pascal Smet, Vlaams minister van Onderwijs, Jeugd, Gelijke Kansen en Brussel (voorzitter), Joke Schauvliege, Vlaams minister van Leefmilieu, Natuur en Cultuur, Jet Bussemaker, Nederlands minister van Onderwijs, Cultuur en Wetenschap, en Sander Dekker, Nederlands staatssecretaris van Onderwijs, Cultuur en Wetenschap.

Source : Nederlandse Taalunie

Lire la suite

Flandre : bientôt un test linguistique à réussir

26 Novembre 2012 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Flandre : bientôt un test linguistique à réussir

Après l'obligation d'efforts, bientôt l'exigence d'un résultat. La Flandre songe à corser le parcours d'intégration linguistique imposé à ses nouveaux arrivants. Echouer au test de néerlandais ne serait plus sans conséquences.

Toujours plus loin. S'intégrer en Flandre est de moins en moins un vain mot.

Les nouveaux arrivants non européens ne sont plus livrés à eux-mêmes, quand ils débarquent en Belgique et s'installent dans le nord du pays. Pas question de se dérober à un parcours d'intégration civique. En néerlandais dans le texte : l'« inburgering », un mélange de cours d'orientation sociale (60 heures) et de néerlandais (de 120 à 140 heures), censé les aider à se couler harmonieusement dans la société flamande.

Gare aux mauvaises têtes : une amende de 50 à 5 000 euros attend le récalcitrant qui s'aviserait de brosser plus de 20 % des cours.

Etre assidu en classe, c'est bien. Terminer son parcours avec fruit, ce serait encore mieux. L'idée fait son chemin dans le nord du pays : après le simple engagement à fournir des efforts, on passerait à l'exigence de décrocher un résultat, couronné par un certificat d'intégration. Rien de tel que la frousse d'un examen pour fouetter l'énergie des moins motivés.

La Flandre monte dans les tours. Et qu'importe si l'accord de gouvernement flamand (N-VA, CD&V-SP.A) n'envisage pas ce cran supplémentaire à l'intégration. « Les esprits évoluent, et je m'en réjouis », a pu constater devant les parlementaires flamands le ministre régional en charge de "l'Inburgering". Où qu'il se tourne, Geert Bourgeois (N-VA) se sent pousser des ailes. Tout l'incite à placer la barre encore plus haut. Même le pouvoir fédéral, où la N-VA est dans l'opposition, lui indique la voie à suivre.

« Demander des résultats, c'est rendre service aux gens »

Ainsi à partir du 1er janvier prochain, devenir belge deviendra plus difficile. Il s'agira, entre autres, de prouver son intégration sociale et sa connaissance d'une des trois langues nationales.

La chose n'a pas échappé à Bourgeois. « Le niveau fédéral va désormais coupler à la nationalité un critère linguistique de niveau A2, supérieur au niveau que nous demandons dans notre parcours d'inburgering. »

Le ministre N-VA entend bien s'aligner. Le copié-collé est prêt pour insertion dans un projet de décret. « 90 à 95 % des gens qui suivent aujourd'hui un cours décrochent le niveau A1, qui est très élémentaire et nettement insuffisant pour pouvoir fonctionner dans la société de la manière dont nous la comprenons. »

Tout cela est très joli. Sauf que réussir n'est pas donné à tout le monde. Fatma Pehlivan, députée SP.A, a une pensée pour les futurs recalés. Et s'émeut de la suspicion ambiante. « Il n'y a pas de mauvaise volonté, au vu des listes d'attente. Comment va-t-on sanctionner les gens qui veulent apprendre le néerlandais mais qui, sous la pression de circonstances de tous ordres, n'obtiendront pas le résultat que vous attendez ? »

Sur ce point sensible, le député CD&V Ward Kennes préfère détourner le regard. La priorité est ailleurs : « Je ne dis pas que nous devons perdre de vue ces gens. Mais la question est bel et bien de passer à la vitesse supérieure en matière de connaissance linguistique. De choisir ce que la communauté flamande d'accueil attend des nouveaux arrivants. »

Le sort de ceux qui ne satisferont pas au niveau linguistique requis n'occupe pas encore les pensées de Geert Bourgeois. Pour les modalités pratiques, on verra plus tard.

C'est l'intention qui compte : « En leur demandant des résultats et en leur imposant un certain niveau, nous rendons service à ces gens. » Le ministre N-VA voit déjà plus loin : le parcours d'intégration n'est pas tout. « A ce stade, on ne participe pas encore à la société. Pour cela, on exige une citoyenneté active, un engagement, une participation à la vie associative, à la vie du quartier, au comité de parents, etc. »

L'intégration à marche forcée. Avec encore plus de bâton que de carotte.

Pierre Havaux

Source : Le Vif/L'Express, 26 novembre 2012.

Lire la suite