Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands

Après quelques semaines de démarrage, où en est l'audience du site ?

30 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #réseau IN netwerk

Après quelques semaines de démarrage, où en est l'audience du site ?

Notre blog ou site "Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands" connaît des premiers résultats d'audience prometteurs. Le démarrage a eu lieu effectivement le 7 janvier 2013, mais nous avons volontairement limité drastiquement la communication sur son existence à quelques proches pour continuer de corriger quelques petites erreurs ou oublis inévitables malgré les précautions prises pour le démarrage. Nous avons ensuite commencé à distiller l'existence de ce site à des professionnels du néerlandais qui nous ont conforté dans notre initiative. Depuis le 8 janvier 2013 jusqu'à la fin de ce mois, ce sont donc 170 visiteurs uniques et 900 pages consultées qui ont été enregistrées par notre compteur. Voila c'est très encourageant, d'autant plus que la communication ne fait que commencer. Nous avons reçu des messages de soutien et de félicitations de la part de flamands de France, de la Flandre Occidentale (West-Vlaanderen) et aussi de Wallons.

Mais progressivement nous vous incitons à vous approprier ce site, que vous soyez apprenant, ancien apprenant, enseignant, néerlandiste, chef d'un établissement de formation, politique, vous pouvez nous proposer un article décrivant votre expérience, vos initiatives avec quelques photos, illustrations ou une vidéo... c'est encore mieux, si vous le pouvez. D'avance merci pour votre contribution, M.E.

Pour toute proposition, notre adresse électronique : amisduneerlandais@voila.fr

Lire la suite

Mieke Smits nieuwe directeur Taaluniecentrum in Brussel

24 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Mieke Smits nieuwe directeur Taaluniecentrum in Brussel

Mieke Miets succède à Hellmuth Van Berloo à la tête du bureau de la Nederlandse Taalunie à Bruxelles

Het Taaluniecentrum Nederlands als Vreemde Taal heeft een nieuwe directrice: Mieke Smits (57). Het is haar taak om wereldwijd zo veel mogelijk mensen te motiveren om Nederlands te leren. En dat doet ze vanuit haar hoofdwartier in het Kaaitheater in Brussel.

http://www.brusselnieuws.be/video/httpuploadtvbrusselbetaaluniecentrumflv

Lire la suite

Pascal Smet wil alle leerlingen testen op kennis van Nederlands

23 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Pascal Smet wil alle leerlingen testen op kennis van Nederlands

Vlaams minister van Onderwijs Pascal Smet (sp.a) wil het Nederlands testen van alle kleuters die naar het eerste leerjaar gaan. Ook de taalvaardigheid van leerlingen in het eerste middelbaar wordt gescreend, zo staat in de Coreliokranten.

Om de taalachterstand bij Vlaamse leerlingen weg te werken, wil Pascal Smet zo snel mogelijk zicht krijgen op hun niveau. Daarom voert hij twee momenten in die screenen naar de kennis en vaardigheid van het Nederlands. De eerste keer wanneer kleuters naar het eerste leerjaar gaan. Een tweede keer bij de overgang van het lager onderwijs naar het secundair.

Iedereen

Opvallend is dat volgens dat voorstel iedereen wordt getest, dus ook kinderen en jongeren met Nederlands als moedertaal. Dat is een grote uitbreiding van het huidige systeem.

De komende maanden overlegt de minister met de sociale partners over de concrete invulling van het voorstel. Daarna wil Smet in het voorjaar het parlement betrekken, om tegen september alles in een wet te gieten. De maatregel wordt ten vroegste in september 2014 van kracht.

De dubbele taaltest maakt onderdeel uit van een groter pakket aan maatregelen. Als minister Smet zijn zin krijgt en iedereen meewerkt, wil hij lagere scholen ook de mogelijkheid laten taalbaden te organiseren. Afhankelijk van de taalachterstand bij het kind kunnen die vier tot acht weken duren. Extra taallessen Nederlands vormen een andere ondersteunende maatregel.

Source : DE MORGEN / BELGA 17 Janvier 2013 http://www.demorgen.be

Lire la suite

Dr Geert Hofstede: Recent Discoveries about Cultural Differences

19 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #interculturel

Key Note Speech for the 2nd Hofstede Symposium, January 2013.
Organized by the Geert Hofstede Consortium.
Film by Siegmund Audiovisuele Produkties.

Bron : Geert Hofstede Consortium http://www.geerthofstede.nl

See also his interview about his whole work (in het Nederlands) http://www.geerthofstede.com/media/1400/pioniers_14_19_interview.pdf

Dr Geert Hofstede: Recent Discoveries about Cultural Differences

Geert Hofstede (1928) is a Dutch social psychologist who did a pioneering study of cultures across modern nations. To know what's on my mind at present, click here for the article or watch my speech 'the seven deadly sins'. Or check the 30-min interview 'Geert Hofstede on culture' (vimeo here, Youtube on right-hand side of screen), by Gert Jan. Read more about my theory under "culture". See under "Geert" for what was on my mind before, and for my CV.

More info about Geert Hofstede can be find here http://www.geerthofstede.nl/geert

Why is culture so important? Every visitor of this site has her or his unique personality, history, and interest. Yet all people share a common human nature. Our shared human nature is intensely social: we are group animals. We use language and empathy, and practice collaboration and intergroup competition. But the unwritten rules of how we do these things differ from one human group to another. "Culture" is how we call these unwritten rules about how to be a good member of the group. Culture provides moral standards about how to be an upstanding group member; it defines the group as a "moral circle". It inspires symbols, heroes, rituals, laws, religions, taboos, and all kinds of practices - but its core is hidden in unconscious values that change at a far slower rate than the practices. We tend to classify groups other than our own as inferior or (rarely) superior. This applies to groups based on national, religious, or ethnic boundaries, but also on occupation or academic discipline, on club membership, adored idol, or dress style. In our globalized world most of us can belong to many groups at the same time. But to get things done, we still need to cooperate with members of other groups carrying other cultures. Skills in cooperation across cultures are vital for our common survival. The authors of these pages are committed to the development of such intercultural cooperation skills.

Lire la suite

Comment le grand écrivain Kader Abdolah conseille d'apprendre le néerlandais

18 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage

Comment le grand écrivain Kader Abdolah conseille d'apprendre le néerlandais

Kader Abdolah né en 1954, n'est pas natif d'un pays néerlandophone, mais est venu s'installer aux Pays-Bas comme migrant, fuyant l'Iran en 1988. Il a réussi la prouesse de devenir un grand écrivain des Pays-Bas publiant son premier ouvrage de récits "De adelaars" en 1993. Dans son livre "Dit mooie land" paru en 2009, il donne des conseils aux futurs apprenants du néerlandais. M.E.

N.B. On peut lire le récit de son aventure dans le quotidien Libération ici www.liberation.fr/livres/0101287964-comment-peut-on-etre-neerlandais

Comment apprendre le néerlandais, Kader Abdolah révèle sa méthode

J'ai acquis baucoup d'expérience dans l'apprentissage du néerlandais et j'ai, à ce sujet, développé une méthode. Comme le disait un fonctionnaire des impôts dans une brêve information à la radio : "nous pouvons nous donner plus de plaisir, plus facilement !"

  1. On ne peut pas apprendre une langue seule. Cherchez une association et faites en partie : j'ai été membre d'une association de course à pied, mais ils courraient avec tant d'effort que la communication était impossible ... Ne choississez pas comme moi une association de course à pied, mais quelque chose où l'on peut se poser et se parler.

  2. Ne doutez jamais de vos qualités même si les enfants rient de votre accent et de vos petites fautes. L'accent est le vôtre, tout comme vos yeux et vos mains et c'est magnifique ainsi.

  3. Devenez abonné d'un journal et prenez chaque jour ce journal pendant une heure et demi d'affilée avec un stylo, un bloc-note et un dictionnaire.

  4. En ces temps difficiles où pour 70% des Néerlandais, les immigrés n'existent pas, cela devient difficile de vous exercer avec un néerlandais pur souche. Sortez de chez vous et cherchez néanmoins le contact. Arrêtez le premier passant et demandez lui, par exemple, une adresse. Où allez à la mairie demander comment vous pouvez pour votre frère trouver une futur mariée dans votre pays d'origine (blague !). Si tout cela ne marche pas, vous pouvez néanmoins vous parler à vous-même.

  5. Le néerlandais est une langue exigeante. Elle nécessite beaucoup de temps et d'énergie pour la maîtriser. Vous perdrez souvent votre confiance en vous car vous êtes constamment occupé par ce problème de langue. Mais il existe une abondante et puissante poésie produite dans cette langue. En particulier, beaucoup de femmes néerlandaises ont écrit des poèmes réputés dans le monde entier. Voulez vous apprendre la langue ? Lisez un fragment de poème que vous avez en tête. Commencez avec Neeltje Maria Min :

Mijn moeder is mijn naam vergeten

Mijn moeder is mijn naam vergeten.

Mijn kind weet nog niet hoe ik heet.

Hoe moet ik mij geborgen weten?

Noem mij, bevestig mijn bestaan,

Laat mijn naam zijn als een keten.

Noem mij, noem mij, spreek mij aan,

o, noem mij bij mijn diepste naam.

Voor wie ik liefheb, wil ik heten.

Neeltje Maria Min

Traduction M.E. . Texte originel : Kader Abdolah over het Nederlands leren http://www.taalingebruik.nl

Mur comportant le poème de Neeltje Maria Min à Leyden

Mur comportant le poème de Neeltje Maria Min à Leyden

Lire la suite

"En Flandre, le flamand !" cette politique conduit à une société injuste

17 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

"En Flandre, le flamand !" cette politique conduit à une société injuste

Jan Blommaert est professeur de langue, culture et mondialisation à L'Université de Tilburg (NL) et à celle de Gand (B).

"La langue devient un instrument par lequel on rend pour des groupes ciblés et non-volontaires la participation à notre société toujours plus difficile."

"En Flandre, le flamand[1] !" Le slogan se porte bien à nouveau. A Anvers, la nouvelle équipe en place utilise le néerlandais comme moyen de manipulation tel un joyau royal, y compris dans sa politique de logement social ; en outre, les services d'interprètes gratuits sont supprimés. Et le ministre Geert Bourgeois (NVA) a donné à Bart de Wever et Liesbeth Homans un bon coup de pouce en exigeant un niveau de néerlandais A2 au lieu de A1 dans le secteur social pour les nouveaux arrivants.

Questionné, la réponse est donnée sur le ton de l' innocence bafouée : "Cela va de soi, que quelqu'un qui veut participer à la vie de la société doit en parler la langue" "Ou est-ce trop demander ?". L'argument a quelque chose d'imparable : nous pouvons faire des affaires ensemble si nous nous comprenons. Et donc qui peut être contre ?

La réponse vient des linguistes comme moi : Les gens qui ont la profession de comprendre les relations complexes entre la langue et la société hochent la tête pour des raisons contraires.

Premier point, mais dans l'ensemble le moins important : utiliser les niveaux européens (A1, A2, etc.) qui sont des abstractions n'a rien à voir avec la réalité de la communication. Concrètement, il n'y a pas de raison que quelqu'un possédant un bas niveau linguistique, ne puisse pas avoir de communication claire et efficace avec une personne de niveau linguistique plus haut. Allons plus loin encore : ceci est la règle et non l'exception, car "le" néerlandais est lui même une fiction.

En réalité, il existe des centaines de domaines dans le néerlandais et chacun d'entre nous en maîtrise une partie très bien, une autre moins et une autre pas du tout. Bien peu de Flamands moyens sont en état d'écrire un acte notarial : c'est pourquoi, les Flamands dépensent beaucoup d'argent pour les services linguistiques du notaire. L'inégalité linguistique est donc la règle, mais pour les communautés qui se considèrent unilingues.

Deuxième point, plus important encore est l'évolution de notre société, la tendance que nous constatons dans la réalité. La mondialisation a crée une "superdiversité" sur deux côtés et ce processus mine la société à grande vitesse. D'un côté, les sociétés de plus en plus diverses comme les nôtres en raison de l'évolution des modes de migration dessinent un multilinguisme invraisemblable et plus seulement dans les grandes villes. De l'autre côté, les "autochtones" flamands sont plus actifs et plus mobiles et les Flamands moyens deviennent de plus en plus multilingues et transnationaux dans le monde du travail. Regardez une heure "l'offre télévisuelle" et vous comprendrez de quoi je parle !

Le plus remarquable à propos de cette "superdiversité" est qu'elle ne soulève pas beaucoup de problèmes de communication. Les personnes ("les personnes moyennes") sont souvent multilingues et ils développent des langues véhiculaires qui les guident dans les situations complexes. L'anglais est un exemple évident, mais on sous-estime aussi le rôle crucial d'une sorte de "néerlandais de la rue" comme langue véhiculaire dans les quartiers de "superdiversité". Le slogan sur plus de néerlandais passe à côté de la réalité.

La tendance générale est donc une tendance au plurilinguisme et non à l'unilinguisme et, compte-tenu de la façon dont opèrent les processus de mondialisation, il n'y a donc tout simplement rien à faire. C'est la raison pour laquelle d'ailleurs notre ministre de l'enseignement, en concert avec l'Union Européenne, a souligné l'intérêt du plurilinguisme pour les citoyens flamands. C'est aussi la raison pour laquelle les membres du monde académique des universités flamandes doivent se plier aux tests de niveau en anglais.

La réalité du multilinguisme s'accorde donc mal avec cette idéologie de l'unilinguisme. Il est tout simplement pas correct de dire que si on parle le néerlandais (et seulement le néerlandais) on peut participer à la vie de la société. On peut simplement participer à la société lorsqu'on parle plusieurs langues. Et le choix de la langue que l'on prend pour sa famille, ses amis et ses collègues n'est pas l'affaire des autorités. C'est une question déterminée par des processus sociaux et la politique n'a guère de prise sur cela.

Et enfin vient la troisième raison. A supposé que l'on obtienne par la pression l'adoption de cette politique, celle-ci deviendrait une forme de discrimination, un obstacle à la participation à la société, au vivre ensemble.

La montée du niveau d'exigence en langue de A1 à A2 par exemple n'aura aucun effet sur la véritable communication entre les personnes. Si on ressent l'impression d'un niveau défectueux de néerlandais avec le niveau A1, celle-ci ne disparaîtra pas avec un niveau A2.

Cette modification ne résout aucun problème , mais en sus créer bien un nouveau problème : La langue devient un instrument par lequel on rend pour des groupes ciblés et non-volontaires la participation à notre société toujours plus difficile. L'effet sera prévisible : il va devenir de plus en plus difficile d'accéder aux structures d'aide sociale dépendant de l' autorité flamande. De moins en moins de personnes pourrons avoir l'occasion de revendiquer des logements sociaux, des allocations, des formes spécifiques de soutien pour la vie quotidienne.

Et cela n'arrive pas parce que régnerait une mauvaise communication dans la réalité. (La recherche ne s'effectue pas sur la situation factuelle, elle ne connaît pas la situation actuelle et ne semble pas y porter un intérêt) Cela arrive parce que la société elle-même a admis, en dépit de la réalité que nous devons être unilingues ; ou plus précisément encore : une société dans laquelle nous sommes avant tout multilingues et nous devons l'être, tandis qu'avec d'autres exigences, nous acceptons un régime linguistique unilingue.

De la sorte, cela s'appelle une société injuste.

[1] il faut comprendre bien évidemment le néerlandais standard (ABN) et non le dialecte

Source : Knack - 14 janvier 2013 - Traduction M.E.

www.knack.be/opinie/columns/jan-blommaert/vlaanderen-vlaams-een-onrechtvaardige-samenleving/opinie-4000233063826.htm

Lire la suite

Geert Hofstede : About Culture

15 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #interculturel

Geert Hofstede on Culture. Interview by Gert Jan Hofstede 10/10/2011

Bron: Geert Hofstede Consortium http://www.geerthofstede.nl

See also his interview about his whole work (in het Nederlands) http://www.geerthofstede.com/media/1400/pioniers_14_19_interview.pdf

Entretien avec Geert Hofstede sur le concept de culture

Geert Hofstede : About Culture

Geert Hofstede (1928) is a Dutch social psychologist who did a pioneering study of cultures across modern nations. To know what's on my mind at present, click here for the article or watch my speech 'the seven deadly sins'. Or check the 30-min interview 'Geert Hofstede on culture' (vimeo here, Youtube on right-hand side of screen), by Gert Jan. Read more about my theory under "culture". See under "Geert" for what was on my mind before, and for my CV.

More info about Geert Hofstede can be find here http://www.geerthofstede.nl/geert

Why is culture so important? Every visitor of this site has her or his unique personality, history, and interest. Yet all people share a common human nature. Our shared human nature is intensely social: we are group animals. We use language and empathy, and practice collaboration and intergroup competition. But the unwritten rules of how we do these things differ from one human group to another. "Culture" is how we call these unwritten rules about how to be a good member of the group. Culture provides moral standards about how to be an upstanding group member; it defines the group as a "moral circle". It inspires symbols, heroes, rituals, laws, religions, taboos, and all kinds of practices - but its core is hidden in unconscious values that change at a far slower rate than the practices. We tend to classify groups other than our own as inferior or (rarely) superior. This applies to groups based on national, religious, or ethnic boundaries, but also on occupation or academic discipline, on club membership, adored idol, or dress style. In our globalized world most of us can belong to many groups at the same time. But to get things done, we still need to cooperate with members of other groups carrying other cultures. Skills in cooperation across cultures are vital for our common survival. The authors of these pages are committed to the development of such intercultural cooperation skills.

Lire la suite

Gezocht: andere naam voor ‘Nederlands’

14 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Gezocht: andere naam voor ‘Nederlands’

‘Nederlands? Te verwarrend, we hebben een andere naam nodig.’ Dat idee lanceerde de Vlaamse schrijfster Anne Provoost op de radio. Luisteraars reageerden prompt met alternatieven: van Vlabels over Moedermonds tot Zachterlands en Laaglands. Wat vindt u ervan?

De benaming van mijn moedertaal voldoet niet, ze is misleidend en discriminerend.

Waarom? Omdat onze taal hoogst ongelukkiglijk wordt aangeduid met een woord dat een bezittelijke vorm is van de eigennaam van een natie. Nederland en Nederlands. Naar mijn taal, de essentie van mijn identiteit, wordt dus verwezen met de possessieve genitief van een land dat mijn buurland is.

‘Dat is typisch Nederlands’, zegt men, maar wat bedoelt men eigenlijk? Helemaal ingewikkeld wordt het als men het heeft over de Nederlandse taal, de Nederlandse letterkunde, de Nederlandse Taalunie, de Nederlandse cultuur, de Nederlandse koning. Hoe kunnen die anderstalige nieuwkomers, die bedrijvig chicons met hesp en bechamelsaus leren maken, hier ooit wijs uit worden?

Regelmatig word ik in het buitenland voorgesteld als een Nederlandse schrijfster. Dat komt doordat op het de titelbladzijde van mijn boeken staat: vertaald uit het Nederlands, traduit du néerlandais, translated from Dutch, aus dem Niederländischen übersetzt. Dus word ik prompt de Nederlandse schrijfster Anne Provoost, the Dutch author Anne Provoost, die Niederlandische Schriftstellerin Anne Provoost. Volgens de Italianen spreek ik Olandese. De Polen maken geen onderscheid tussen de u in Dutch en de eu in Deutsch, dus voor hen ben ik Duitse. In Amerika ben ik al blij als ze niet zeggen dat ik Double Dutch schrijf.

Jan Peumans, voorzitter van het Vlaams parlement, zegt dat de links-progressieven in Vlaanderen niet genoeg bezig zijn met hun identiteit. Welnu, beste Jan, ziehier een constructief voorstel voor wetswijziging in uw parlement: we veranderen de naam van onze taal. We opteren voor een woord dat van de Vlamingen niet langer de kneusjes en de blindgangers maakt. We kiezen voor een term die makkelijk vertaalbaar is, zodat we niet meer moeten blijven stuntelen met Dutch dat ooit Diets was, ook Nederduits genoemd (niet te verwarren met het Neder-Duits met koppelteken, want dat is Saksisch), en dat nogal op Deutsch lijkt, wat dan weer German is.

Nu nog een notie die ook voor de Nederlanders acceptabel is, want ons voorstel van naamswijziging moet straks ook door het Nederlandse parlement. Wie biedt?

Anne Provoost schrijft romans, essays en kortverhalen. Op haar Facebookpagina wordt ook veel gereageerd op bovenstaande column.

Source : Taalschrift http://taalschrift.org, 3 januari 2013.

Lire la suite

Vind je Nederlands een mooie taal?

8 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Source : www.taalschrift.org - Trouvez-vous que le néerlandais est une belle langue ?

Lire la suite

Le projet Franel couronné projet stratégique par l'Europe

8 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage

Le 14 novembre dernier, Franel était l'un des cinq projets qui ont été couronnés Projet Stratégique du Programme Interreg IV France-Wallonie-Vlaanderen. Interreg définit l'apport des projets stratégiques comme suit : "Qu’ils soient à vocation préventive, culturelle ou écologique, ces projets stratégiques vont permettre de créer une véritable identité des territoires transfrontaliers à travers un sentiment d’appartenance plus fort et une gestion commune de ces territoires. Ils permettront aussi un fort développement économique des régions concernées."

Le projet « COBALT » tend à améliorer les connaissances linguistiques des demandeurs d’emploi et des jeunes originaires des trois régions à travers l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans les écoles et les centres de formation. Il en résulte une plus grande harmonie entre les marchés du travail et une communication interculturelle plus intensive. Faire disparaitre l’inégalité sociale en rendant la plateforme accessible à tous et facile d’utilisation, en collaboration avec le VDAB et le FOREM, rentre également dans les objectifs du projet.

La plateforme FRANEL est destinée aux niveaux A2, B1 et B2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. Elle présente des activités d’apprentissage interactives basées sur des vidéos attractives qui prennent pour canevas la région transfrontalière. La plateforme propose des activités de compréhension orale, des activités axées sur le lexique, la grammaire et les actes de langage, ainsi que des activités de compréhension écrite.

FRANEL http://www.franel.eu

14 november laatstleden werd Franel als één van de vijf genomineerde projecten tot Strategisch Project van het Interreg IV-Programma France-Wallonie-Vlaanderen bekroond. Interreg definieert de bijdrage van de projecten als volgt:  "Of ze nu van preventieve, culturele of ecologische aard zijn, deze strategische projecten zullen het mogelijk maken om voor de grensoverschrijdende gebieden een echte identiteit te creëren, via een gemeenschappelijk beheer van deze gebieden en omdat ze het gevoel van de burgers dat ze allemaal tot één groot gebied behoren, versterken. Ook zullen ze de economische ontwikkeling van de desbetreffende regio’s bevorderen."

COBALT’ wil de taalkennis van de werkzoekenden en de jongeren uit de drie regio’s verbeteren door het gebruik van informatie- en communicatietechnologie in scholen en opleidingscentra te stimuleren. Als gevolg daarvan kunnen de arbeidsmarkten beter op elkaar afgestemd worden en kan een meer intensieve interculturele communicatie plaatsvinden. Daarnaast wil het project ook de sociale ongelijkheid verminderen door het platform voor iedereen toegankelijk en gebruiksvriendelijk te maken. Dit gebeurt in samenwerking met de VDAB en de FOREM.


Het FRANEL-platform is bedoeld voor de niveaus A2, B1 en B2 van het Europees Referentiekader voor Talen. Het biedt een aantal interactieve leeractiviteiten op basis van leuke videofilmpjes, die zich afspelen in de grensoverschrijdende regio. Er wordt gewerkt aan luistervaardigheid, woordenschat, grammatica, ‘taalhandelingen’ en begrijpend lezen.

Lire la suite

Où parle-t-on le néerlandais ?

7 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Source : Nederlandse Taalunie (Union de la langue néerlandaise)

Source : Nederlandse Taalunie (Union de la langue néerlandaise)

Le néerlandais (Nederlands) est une langue germanique principalement parlée aux Pays-Bas et dans ses territoires d'outre mer, en Belgique et au Suriname. Une organisation internationale, l'Union de la langue néerlandaise (Nederlandse Taalunie) est chargée de fixer les règles de la langue. Le néerlandais est parfois appelé par métonymie « hollandais » ou « flamand ».Mais ces derniers appellations sont à réserver aux formes dialectales du néerlandais. Il existe de nombreuses variantes dialectales en Flandre et aux Pays-Bas qui sont liées à des villes (bourgs) ou provinces.

Le néerlandais se distingue de l'allemand — dont il est proche — entre autres par l'absence de la seconde mutation consonantique, l'abandon du système de déclinaisons, et la souplesse de l'ordre de mots. Ces caractéristiques morphologiques et grammaticales, certains aspects lexicaux, dont les pronoms personnels, ainsi que beaucoup de mots de son vocabulaire offrent de grandes similitudes avec surtout le bas-allemand ainsi que le frison occidental et l'anglais.

L’afrikaans est une langue dérivée de quelques dialectes néerlandais du XVIIe siècle et parlée en Afrique du Sud et Namibie, qui est encore largement compréhensible pour les locuteurs du néerlandais, au moins à l'écrit. M.E.

Pour en savoir plus :

- Wim Daniels, Vous avez dit néerlandais ? Ons Erfdeel vzw, 2005.

- Laurent Philippe Réguer, Si loin, si proche... Une langue européenne à découvrir : Le néerlandais, Presse de la Sorbonne Nouvelle, 2004.

- Jacques Allières, Les langues de l'Europe, Que sais-Je, P.U.F., 2000.

- Henriette Walter, L'aventure des langues en Occident. Leur origine, leur histoire, leur géographie, p336-362, Robert Laffont, 1994.

Lire la suite