Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands

Néerlandophonie(s) / Arts, langue et culture de Flandre et des Pays-Bas : C'est bientôt !

29 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal, #réseau IN netwerk

Néerlandophonie(s) / Arts, langue et culture de Flandre et des Pays-Bas : C'est bientôt !

Un trés beau programme pour vous inviter à participer, à prendre du plaisir ... et aussi à faire connaître cet évènement "multi-facettes" autour de vous :

  • 3 février / Le néerlandais en jouant : initiation à la langue par le biais du jeu
  • 3 février / Concert gratuit de LENNAERT MAES & de BONSKI'S
  • 3-17 février / Exposition d'ouvrages néerlandais
  • 4 février / (sous-réserve) "Les nouvelles écritures du fait colonial / post-colonial"
  • 5-28 février / "AU BOUT DE LA FLANDRE" avec Jeroen Janssen
  • 5 février / Master class "JOHAN VAN DER KEUKEN" avec François Albéra
  • 6 février / Le néerlandais en lisant : la littérature à tous les âges
  • 6 février / Ciné-théma "L’art, la vie et la vision de Johan van der Keuken"
  • 7 février / Le néerlandais en argumentant : la politique des langues en Belgique
  • 8 février / Voyage à LA HAYE, capitale politique des Pays-Bas
  • 9 février / "AMSTERDAM GLOBAL VILLAGE" de Johan van der Keuken
  • 10 février / Le néerlandais en mangeant : vous pouvez parler la bouche pleine !
  • 11 février / Café littéraire avec Arnon Grunberg
  • 11 février / "Le français en Flandre (Belgique) : une richesse culturelle" par Jan GOES
  • 11 février / Rencontre-débat : "L'Europe sera belge ou ne sera pas ?"
  • 12 février / Théma DANSE FLAMANDE au Kino ciné
  • 12 février / Le néerlandais en dansant : joindre le geste à la parole
  • 13 février / Le néerlandais en riant : à partir des chansons de cabaret
  • 13 février / Les Pays-Bas dans le regard de Johan Van der Keuken
  • 15 février / "Les Hollandais de fenêtres en vitrines"
  • 17 février / "L’histoire matérielle du retable de l’Agneau Mystique des frères Van Eyck"
  • 17 février / Forum "Etudes aux Pays-Bas et en Flandre belge"

Cette quinzaine est organisée avec le soutien financier et/ou moral du Royaume des Pays-Bas, de la Nederlandse Taalunie (Union linguistique néerlandophone), du Réseau universitaire franco-néerlandais, de la fondation culturelle Ons Erfdeel, du Réseau Initiative pour le néerlandais, de la MESHS de Lille, du Kino-Ciné (Campus Lille 3 V.A.), de la Fontys Dansacademie, de l'Université de Gand (UGent), des éditions Actes Sud, de la délégation de la région flamande et de l'Universite Charles de Gaulle Lille 3 dans ses différentes composantes.

Plus d'infos / meer info : http://www.univ-lille3.fr/neerlandophonies

Contact : laurent.brassart@univ-lille3.fr

Lire la suite

"Sluiting bibliotheken verarmt Nederland"

24 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

"Sluiting bibliotheken verarmt Nederland"

De grootschalige sluiting van bibliotheken - in de afgelopen tien jaar zijn al 300 bibliotheekvestigingen gesloten - zal Nederland op termijn lelijk opbreken. Ze zal tot een hogere laaggeletterdheid leiden, een minder goed presterende kenniseconomie, slechter onderwijs, minder gemeenschapszin en verarming. Hiervoor waarschuwt een commissie onder leiding van voormalig staatssecretaris, PvdA-leider en burgemeester Job Cohen.

De commissie, waarvan ook directeur Kim Putters van het Sociaal en Cultureel Planbureau deel uitmaakte, heeft onderzoek gedaan naar het perspectief voor het bibliotheekwezen in Nederland. De conclusie is dat de digitalisering van de informatie de noodzaak van fysieke bibliotheken niet wegneemt. Integendeel, de fysieke bibliotheek met digitale mogelijkheden moet anno 2025 een centrale marktplaats voor informatie en ontmoeting zijn.

Het rapport wordt vandaag in Den Haag overhandigd aan minister Jet Bussemaker van Onderwijs, die juist haar zinnen heeft gezet op de digitale bibliotheek en daartoe op station Den Haag ook een e-boek zal downloaden. Cohen en Putters hopen dat de politiek het belang van de fysieke vestiging voor de toekomst van de Nederlandse samenleving en economie onderkent.

  • Bent u niet bezig met een achterhoedegevecht, de politiek heeft de bibliotheken toch min of meer al opgegeven?

"Nee, absoluut niet. Het rapport is juist uitgebracht met het oog op de komende gemeenteraadsverkiezingen. Bij de collegeonderhandelingen moeten de partijen zich ervan bewust zijn dat ze het kind niet met het badwater weggooien. Nederland heeft nog altijd 843 bibliotheekvestigingen en 240 servicepunten. En die zijn enorm belangrijk voor de samenleving."

  • Wordt dat belang onderschat?

Cohen: "Zeker. Het is heel gemakkelijk om in het kader van de bezuinigingen meteen naar de bieb te kijken met het argument dat alles op internet te vinden is. Dan bespaar je als gemeente meteen veel geld, zo lijkt. Maar het kost je op termijn veel meer. Het betekent dat er in de toekomst meer mensen slechter zullen lezen, niet aan de eisen van de kenniseconomie kunnen voldoen en als drop-outs buiten de boot vallen. In de moderne samenleving hangt 80 procent van de banen samen met goed kunnen lezen. Dat percentage zal verder toenemen. Nu al is het aantal laaggeletterden in Nederland gestegen tot 1,3 miljoen. En hoe welvarend we ook zijn: vorig jaar is voor het eerst de armoede onder jonge mensen gestegen. In dit geval is duurkoop goedkoop en goedkoop duurkoop."

  • Wat is er tegen digitale informatie?

"Helemaal niets. De moderne bibliotheek moet digitale informatie combineren met gedrukte informatie. De collectie boeken in de bibliotheken zal afnemen. Maar dat zal een geleidelijk proces zijn. Nu leest nog maar 3 procent van de mensen een boek op een iPad of e-reader. Dat is over tien jaar vast geen 90 procent. Niet iedereen heeft toegang tot het internet en niet iedereen is even vaardig in de "knoppenkunde"."

  • Misschien over twintig jaar wel.

" Ik betwijfel dat. Maar de bibliotheek heeft ook andere kerntaken. Ik noem het een hedendaags agora: het Griekse woord voor marktplaats. Bibliotheken moeten het kloppende hart van de kennissamenleving zijn. De bibliotheek kan in sommige gemeenten ook een entree naar kunst en cultuur zijn en naar ontmoeting en debat. Het is de enige openbare plek waar je kunt binnenlopen en in alle rust kennis kunt vergaren en ook brengen. Het is een plek voor creativiteit en een verbinding naar de samenleving."

  • Dus er moet maar niets veranderen?

"Dat is niet zo. De bibliotheek moet veranderen en moderniseren. Ze moeten daarvoor ook zelf het initiatief nemen. Bibliotheken moeten samen met andere organisaties optrekken. Ik ben zelf voorzitter van de raad van toezicht van de bibliotheken in Amsterdam. Onlangs hebben we een nieuwe wijkbibliotheek in Slotermeer geopend. En die zal nu ook huisvesting bieden aan de wijkzorg en een huisarts. Bibliotheken kunnen worden gebruikt voor lezingen en voor het maken van radioprogramma's."

  • Dat klinkt fantastisch allemaal. Maar het kost veel geld. De bieb wordt zwaar gesubsidieerd. Er staat geen enkel sommetje in uw rapport.

"Dat was onze taak niet. Wij moesten uitzoeken wat de positie van de bibliotheek over tien jaar zou zijn. Zou de fysieke bibliotheek nog echt nodig zijn of niet, was de vraag. En het eerste is het geval."

Bron : http://www.volkskrant.nl

Lire la suite

Nederland - Nederlands als vreemde taal. Een Vlaming in Amsterdam.

23 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Nederland - Nederlands als vreemde taal. Een Vlaming in Amsterdam.

Verhuizen naar Nederland. Een fluitje van een cent. Dacht ik. Na een expat-avontuur in Zwitserland leek naar Nederland verhuizen de naam van “buitenlandse expat-ervaring” bijna niet waard. Wij spreken immers de taal. En hoe sterk kan die cultuur met zo een dichtbije buur nu verschillen? In Amerika zouden België en Nederland samen nog geen staat vormen. Als we karnemelk leren drinken en drop beginnen lusten, dan zouden we het verschil niet eens merken. Dacht ik.

Tot ik mijn mond opendoe en probeer te communiceren met onze noorderburen. Na één maand in Nederland besef ik één keer op twee, dat, wanneer ik iemand aanspreek in, wat ik denk, Algemeen Beschaafd Nederlands, ik een antwoord krijg in het Engels. Op “Hallo, mag ik even iets vragen?” krijg je als antwoord: “Sorry, what did you say?”. Ik snapte er niets van, want ik sprak echt zonder al te veel accent, of dat probeerde ik toch, en in mijn conversaties vermeed ik Vlaamse woorden als “ambetant ”, “schoon ” of “ vanachter ”. Wat ik toen niet besefte is dat het niet aan mijn uitspraak ligt, maar toch net aan die woordkeuze. Het volstaat niet om typisch Vlaamse woorden te vermijden, je moet uit de rijke Nederlandse woordenschat juist die woorden weten te kiezen die hier volop gebruikt worden. Men verstaat me wel, maar omdat mijn woordkeuze niet verwacht is, moet men moeite doen om me te begrijpen, en echt integreren kan je dat niet noemen. Het vorige zinnetje bijvoorbeeld. Het zou een tijdje duren vooraleer men me hier begrepen zou hebben. Begrepen, niet verstaan.

Dus als ik echt wil integreren, dan moet dat beter! Zo weet ik nu dat ik best niet vraag “Hallo, mag ik even iets vragen?”, maar dat dat “Hoi, mag ik wat vragen” moet zijn. Die “iets” vindt men maar raar in die context. En zo zei ik onlangs vol trots in de schoenwinkel “ Ik vind ze er niet mooi uitzien ” ipv “ ik vind ze niet mooi ”. En ik dacht echt dat ik op de goede weg was, en ik stapte de bus op en zei vol overtuiging, zo Hollands als ik maar kon: “ halloow ”. En ik kreeg een “goodmorning ” terug. Dat kan dus nog steeds echt wel beter.

En zeker toen ik thuiskwam, en naar de infolijn van Nederlands grootste bank belde. Bij aanvang van het gesprek vraagt de lieve telefoonstem-mevrouw waarvoor ik bel. Ik wacht geduldig op het keuze menu. Dat niet komt. Na een lange stilte krijg ik enkel de melding “ Ik heb u niet gehoord ”. Ik moest dus inspreken wat ik wilde. Dit was de ultieme test! Vol overtuiging zeg ik in zeer mooi Nederlands: “Ik wil geld overschrijven van mijn zichtrekening en bovendien werkt mijn kaart niet ”. Vol spanning wacht ik op het antwoord, dat zeer teleurstellend luidt: “Ik heb u niet gehoord ”. Nee, want ik had blijkbaar alleen maar foute woorden gebruikt. Overschrijven is overboeken, een zichtrekening is een betaalrekening en een kaart is een bankpas. Ik stond dus terug bij af. Mijn woordenschat is totaal nog niet in orde.

Het meest frappante dat ik geleerd heb de voorbije weken is de grote verwarring rond het woord voormiddag. In heel mijn Vlaamse leven, en bij iedereen met wie ik ooit gesproken heb, wijst voormiddag op de uren ergens tussen 9 en 12. Voor de middag. Dat leek me ook compleet normaal. (Of volledig normaal, zoals ik hier zou moeten zeggen). Voor Nederlanders, en hou je vast, ik verzin dit niet, is de voormiddag het eerste deel van de namiddag, van 12 tot 14u dus. Echt waar, ik heb het zelfs opgezocht, want ik geloofde die ene Nederlander die het me probeerde uit te leggen gewoon niet.

En als je dan denkt het goed aan te pakken met heel mooi Nederlands, blijkt dan plots dat Nederlanders op heel onverwachte momenten de voorkeur geven aan Franse woorden, zij het wel op zijn Nederlands uitgesproken. Zo leverde googlen naar “ tweedehands auto’s ” niet veel op (buiten Vlaamse websites). Ik had moeten weten dat ik naar “occasions ” moest zoeken. Dan wel okkazion uitgesproken natuurlijk. Ik die dacht dat het bij de jus d’orange bleef.

Maar natuurlijk is mijn integratie niet helemaal geslaagd zolang ik geen afscheid neem met een overtuigde breed glimlachende “Doeg ”! En dat zie ik nog niet meteen gebeuren. Gelukkig zijn we hier nog niet meteen weg!

Bron : De Standaard, http://www.destandaard.be

Lire la suite

"Néerlandophonie(s). Arts, langue et culture de Flandre et des Pays-Bas"

22 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

"Néerlandophonie(s). Arts, langue et culture de Flandre et des Pays-Bas"

Comme je l’ai déjà signalé dans le communiqué du 18 décembre 2013, Lille s’apprête à accueillir une intéressante "Quinzaine du néerlandais". Le programme prend forme peu à peu et semble très attrayant. Du 3 au 17 février, les nombreux événements culturels prévus offriront un large spectre de la vie culturelle en Flandre et aux Pays-Bas.

Cette Quinzaine sera intitulée "Néerlandophonie(s). Arts, langue et culture de Flandre et des Pays-Bas". Elle débutera le 3 février avec un spectacle de "Lennaert Maes en de Bonski’s" dans lequel Lennaert Maes et les frères Bonski destinent leurs chansons à ceux qui apprennent le néerlandais. Le 4 février, l’historien français Romain Bertrand et l’auteur flamand David Van Reybrouck, (Congo, une histoire) débattront sur le thème «Comment écrire l’histoire du fait colonial et post-colonial aujourd’hui?»

L’œuvre du cinéaste néerlandais Johan van der Keuken (1938-2001) fera l’objet de projections et de présentations à plusieurs occasions. La bande dessinée flamande, notamment celle du dessinateur Jeroen Janssen, sera également à l’honneur.

Le 11 février est une journée à retenir, car l’après-midi sera marqué par la présence de l’écrivain néerlandais Arnon Grunberg, invité d’honneur, qui s’entretiendra avec ses trois traducteurs français. En début de soirée, Jan Goes (Université d’Artois) donnera une conférence sur "Le français en Flandre (Belgique): une richesse culturelle" et le soir aura lieu une rencontre-débat avec le politologue Kris Deschouwer et le journaliste Christian Laporte sur la situation politique en Belgique.

Le 12 février sera consacré à l’art chorégraphique en Flandre et aux Pays-Bas, avec une conférence sur la danse en Flandre et un spectacle donné par l’Académie de danse "Fontys" de Tilburg (Brabant-Septentrional).

Le 13 février, Armand Héroguel (Université de Lille 3) expliquera comment "Apprendre le néerlandais à partir des chansons de cabaret". Le 15 février, l’ethnologue Thomas Beaufils se penchera sur "Les Hollandais de fenêtres en vitrines".

Cette très enrichissante Quinzaine se terminera le 17 février par une conférence sur l’ "Agneau mystique". Deux expositions auront également lieu pendant toute la durée de la Quinzaine. L’une portera sur d’anciens ouvrages en langue néerlandaise de la bibliothèque centrale de l’Université de Lille 3. L’autre sera consacrée à des dessins du bédéiste belge Jeroen Janssen.

Ce vaste programme a pu être réalisé grâce au soutien de neuf partenaires français, néerlandais et flamands (dont "Ons Erfdeel vzw", l’association flamando-néerlandaise éditrice de "Septentrion") et à l’enthousiasme du service culturel de l’université de Lille 3. L’espoir est que cette Quinzaine saura donner un nouvel élan aux études néerlandaises.

Madame Fabienne Blaise, présidente de l’université de Lille 3, veut que son université joue un plus grand rôle dans l’enseignement du néerlandais. Elle organisera donc au cours de la Quinzaine une rencontre entre l’université et des représentants du monde culturel et socio-économique.

Source : http://www.onserfdeel.be

Lire la suite

Le flamand: un dialecte sur le déclin que l’Assemblée va (peut-être) tenter de sauvegarder

22 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #dialecten

Le flamand: un dialecte sur le déclin que l’Assemblée va (peut-être) tenter de sauvegarder

La Charte européenne des langues régionales arrive mercredi à l’Assemblée avec, dans ses bagages, la protection des langues « minoritaires ». Dans le Nord, c’est le flamand qui est concerné, au même titre que le créole ou le breton. La Charte, bien qu’appliquée localement par certaines communes, arrive avec quinze ans de retard à l’Assemblée. Sans certitude sur sa ratification.

Quinze ans après avoir été signée avec réticence par une France jacobine, la Charte européenne des langues régionales arrive mercredi à l’Assemblée. La première étape va être de vérifier l’existence d’une majorité pour la ratifier. Ce qui n’est pas acquis.

Cette charte, destinée à protéger et à promouvoir l’emploi des langues régionales ou minoritaires (dans l’enseignement, les médias, les services administratifs, etc), date de… 1992. Sur les 47 États membres du Conseil de l’Europe, 33 l’ont signée et 25 l’ont ratifiée. La France l’a signée en 1999 mais elle ne l’a jamais ratifiée.

  • Contraire au principe d’égalité des citoyens, en 1999

Le processus a été gelé après une décision du Conseil constitutionnel de juin 1999 estimant la charte contraire à l’égalité devant la loi de tous les citoyens d’une part et au fait que « la langue de la République est le français » (article 2 de la Constitution).

Cette décision n’a pas empêché l’application en pratique du contenu de la charte, à savoir la promotion des langues régionales (flamand, basque, breton, catalan, corse, alsacien, créoles d’outremer, etc).

Mais celle-ci s’est faite essentiellement sous l’impulsion des collectivités locales et surtout « sans statut légal », selon le rapporteur de la proposition de loi, le socialiste (breton) Jean-Jacques Urvoas. « Signalétique ou livrets de famille bilingues, subventions aux écoles associatives… la prise d’initiative la plus anodine peut déboucher sur des mises en cause devant les tribunaux », note-t-il.

« Paradoxalement la France défend la richesse culturelle hors de ses frontières alors qu’elle ferme les yeux sur celle de son propre territoire. Comment réagirait notre pays si le Canada décidait que son administration ne devrait plus pratiquer partout que l’anglais ? » s’interroge l’écologiste (breton) Paul Molac.

  • Le flamand : à peine 20 000 locuteurs

La langue flamande est concernée par cette charte de protection. On estime à environ 20 000 le nombre de personnes parlants couramment le flamand, en Flandre française. Environ 50 000 autres le parleraient de temps à autre. Ces locuteurs sont surtout des personnes âgées mais, depuis 2010, des villes relancent l’apprentissage de cette langue. Du moins, du néerlandais, à Dunkerque, Bailleul, Halluin et Lille.

Une promesse de candidat

Promise par le candidat François Hollande, la ratification a été relancée par Jean-Marc Ayrault en décembre au moment de la crise bretonne et via le dépôt d’une proposition de loi socialiste pour réviser la Constitution.

Le texte stipule que « la République peut ratifier la Charte » et est complétée d’une « déclaration interprétative » pour tenir compte des objections du Conseil constitutionnel.

Celle-ci rappelle « l’égalité de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion » et que « l’usage du français s’impose aux personnes morales de droit public et aux personnes de droit privé dans l’exercice d’une mission de service public, ainsi qu’aux usagers dans leurs relations avec les administrations et services publics ».

« Il s’agit à la fois de s’assurer d’un dispositif solide juridiquement et de présenter un texte consensuel susceptible de rassurer les plus rétifs de nos collèges », selon Jean-Jacques Urvoas.

  • La langue divise les politiques

À l’exception des écologistes, aucun groupe ne semble unanime sur la question. Apparentée au groupe socialiste, l’une des trois chevènementistes, Marie-Françoise Bechtel, se dit hostile à toute « fragmentation » de la République.

L’opposition la plus forte devrait venir de l’UMP où « la position du groupe est de rester à la Constitution telle qu’elle est, même s’il y aura quelques votes différents pour des raisons régionales », selon leur chef de file Christian Jacob. Le radical de gauche (corse) Paul Giacobbi compte néanmoins sur « 50 à 80 députés UMP » favorables.

Les socialistes ont demandé un vote solennel, qui aura lieu le 28 janvier, pour permettre aux députés de se compter.

Il s’agit de vérifier si le texte peut être approuvé par les trois cinquièmes des parlementaires (députés et sénateurs), seuil nécessaire pour modifier la Constitution par la voie du Congrès (réunion des deux chambres à Versailles).

S’il apparaît que la majorité des trois cinquièmes peut être atteinte, le gouvernement proposera alors lui-même… un projet de loi constitutionnelle.

Pourquoi cette démarche ? Parce que, pour réformer la Constitution, les textes déposés par des parlementaires doivent être obligatoirement approuvés par référendum alors que ceux présentés par le gouvernement peuvent être adoptés soit par le Congrès, soit par référendum.

Le gouvernement n’ayant aucune intention d’organiser un référendum, la proposition de loi ne vise donc qu’à « tâter le terrain ». « Cela obligera à reprendre tout le processus », a regretté l’UMP (breton) Marc Le Fur. Et « quand on connaît les impondérables de la vie parlementaire… ».

  • Les dialectes en France

Encore largement utilisées outre-mer, les langues régionales sont en revanche globalement en déclin en France métropolitaine, notamment en raison du faible taux de transmission familiale, mais résistent grâce aux réseaux d’enseignement bilingue, à leur dimension culturelle et aux médias.

Source : La Voix du Nord, http://www.lavoixdunord.fr

Lire la suite

Babbel Café : Venez perfectionner votre néerlandais à l'oral

19 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage, #réseau IN netwerk

Babbel Café : Venez perfectionner votre néerlandais à l'oral

Dès le mercredi 22 janvier prochain, les Amis du néerlandais vous invitent à participer les mercredi en fin d'après-midi (18 h 30 à 20 h) au "Babbel Café". Le principe est simple et il est celui des cafés polyglottes ("praattafels" chez nos voisins flamands) : en présence d'un modérateur (un néerlandophone natif, un enseignant de néerlandais) vous discutez sur toute sorte de sujets avec des participants qui deviendront au fil des séances de véritables amis.

Les Amis du néerlandais gèrent la présence de modérateurs bénévoles venant du réseau "Initiative pour le néerlandais". Ceux-ci ont comme mission de faciliter l'expression de tous les participants, d'aider ceux qui rencontrent des difficultés (un mot, une phrase,...) et d'essayer de réguler les apartés ou de temporiser les "fortes personnalités".

Aucune participation financière n'est demandée, la seule règle est de prendre au moins une consommation au sein du café qui nous reçoit.

Pour toute information supplémentaire, amisduneerlandais@voila.fr

Calendrier prévisionnel : 22, 29 janvier, 5, 12 et 19 février de 18 h 30 à 20 h.

Café Morel, 31-33, place du Théatre à Lille (face à l'Opéra). A deux pas de la Gare Lille Flandre et du métro Rihour ou Lille Flandre.

Lire la suite

Charles Ducal wordt dichter des vaderlands - La Belgique a un Poète national

17 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Charles Ducal wordt dichter des vaderlands - La Belgique a un Poète national

Dichter Charles Ducal gaat de komende twee jaar gedichten schrijven voor het land, minimaal zes per jaar. Hij is de eerste Belgische dichter des vaderlands. Dat schrijft De Morgen vandaag.

Dat ons land een dichter des vaderlands krijgt, is omdat de juiste mensen elkaar tegenkwamen op het juiste moment, zeggen de initiatiefnemers. Een dichter des vaderlands is iemand die gedichten schrijft voor het land. Maar "land" is altijd wat complexer als het over België gaat. En daarom is onze dichter meteen ook een brug tussen de drie taalgemeenschappen. De Nederlandstalige Charles Ducal geeft na twee jaar zijn eretitel door aan een Franstalige collega. Die dan na twee jaar misschien opgevolgd wordt door een Duitstalige dichter.

Bovendien wordt elk gedicht in de drie landstalen aangeboden. Dat is geen belgicistisch statement, zegt Carl De Strycker van het Poëziecentrum, maar het gevolg van een literaire bekommernis. "We kennen zoveel Italiaanse of Engelstalige auteurs, maar de literaire rijkdom die Brussel of Wallonië te bieden hebben, is vaak onbekend. Daarnaast is het ook ons doel om goede dichters bekend te maken bij het grote publiek."

De dichter des vaderlands zal optredens en lezingen geven in de andere landsdelen en schrijft minimaal zes gedichten per jaar over thema's of gebeurtenissen die iedereen in het land aanbelangen.

Charles Ducal (Leuven, 1952) schrijft poëzie in een klassieke vorm, die direct toegankelijk is. Hij wordt gezien als een van de belangrijkste Nederlandstalige dichters van het moment. Ducal is ook leraar Nederlands in het Sint-Albertuscollege in Heverlee. Hij was nog niet bereikbaar voor commentaar. Op 29 januari wordt Charles Ducal officieel aangesteld.

Meer info via www.dichterdesvaderlands.be

Bron : http://www.demorgen.be

______________________________________________________________________

La Belgique a un Poète national.

Charles Ducal devra écrire des poèmes sur des thématiques liées à la Belgique.

La Belgique va bientôt avoir un Poète national, révèlent les journaux "L’Avenir" et "De Morgen". Dès la fin du mois de janvier, Charles Ducal aura pour mission d’offrir un regard personnel et poétique sur des thématiques liées à la Belgique.

Le poète néerlandophone Charles Ducal, au travers de son titre honorifique de Poète national, aura pour but de stimuler les échanges entre les Communautés. Il rédigera au moins six textes par an durant les deux prochaines années, textes qui seront traduits dans les trois langues nationales.

Le Poète national changera de visage tous les deux ans et sera en alternance francophone ou néerlandophone. Un poète germanophone n’est pas exclu.

Pour les concepteurs de l’idée, il s’agit «d’un projet littéraire créé par respect et intérêt pour la poésie des trois communautés linguistiques de Belgique» avec à terme l’ambition de «stimuler les échanges littéraires et culturels».

La Maison de la Poésie et de la Langue Française de Namur, le Poëziecentrum de Gand et le Vonk Er Zonen anversois sont à la base de cette collaboration. Le projet sera présenté officiellement lors d’une conférence de presse le 29 janvier mais le site www.poetenational.be est déjà accessible.

La Belgique a déjà connu un Poète national, en 1899, en la personne d’Emile Verhaeren qui avait reçu le titre du Roi Albert Ier.

Source : http://www.lesoir.be

Lire la suite

Offre d'emploi : Superviseur Bilingue Néerlandais H/F / Métropole lilloise

14 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #vacature

Offre d'emploi : Superviseur Bilingue Néerlandais H/F / Métropole lilloise

L'entreprise

Karare group est un cabinet RH développant des prestations de recrutement spécialisé et d’accompagnement RH.
Notre client est une entreprise internationale, leader de la signalisation et de l’équipement de sécurité en entreprise. Il recrute un Superviseur Bilingue Néerlandais H/F.
Le poste

Rattaché à la Direction des ventes et Service Clients, vous êtes en charge de la gestion et du suivi de l’équipe de Commerciaux Sédentaires Benelux.

Vos missions principales :

-Encadrement et gestion de l’équipe : mise en place de challenges, gestion des plannings, suivis d’activité commerciale, formation continue….

-Reporting : préparation des réunions de suivi, suivi des indicateurs de performance, gestion des plannings….

- Participation à l’activité du service : suivi et traitement de demandes clients, gestion de litiges, réalisation de devis….

-Projet d’amélioration continue : qualité des appels, niveau de service, taux de conversion des devis, gestion des litiges, gestion des procédures….
Profil

Issu d’une formation commerciale (type BTS ou DUT), vous disposez d’une expérience confirmée et réussie d’au moins 5 ans dans la gestion d’équipe commerciale. Vous êtes complètement bilingue Français-Néerlandais (à l’écrit comme à l’oral). Vous maitrisez l’Anglais ainsi que les outils bureautiques.

Vous êtes rigoureux et méthodique dans la gestion de vos projets. Vous êtes reconnus pour votre culture du résultat et votre goût pourla Relation Client.Votre capacité de communication, d’écoute et de dialogue sont des atouts indispensables à votre réussite !

Vous vous reconnaissez dans ce profil ? Adressez-nous votre candidature !

www.kararegroup.fr

Lire la suite

Offre d'emploi : Chargé de clientèle H/F Bilingue NL/FR pour le marché Belge / métropole Lilloise

13 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #vacature

Offre d'emploi : Chargé de clientèle H/F Bilingue NL/FR pour le marché Belge / métropole Lilloise

L'entreprise

Karare group est un cabinet RH développant des prestations de recrutement spécialisé et d’accompagnement RH.
Notre client, basé en métropole lilloise, mandataire automobile, spécialiste de la distribution de véhicules toutes marques. Parallèlement à ses activités traditionnelles de vente et d’entretien de véhicule multimarques, il a lancé un site de vente en ligne d’attelages de remorques de voitures.
Fort de son succès sur le marché Français, il développe son activité en Belgique et recrute un chargé de clientèle H/F pour le marché belge.


Le poste

Pour le marché belge, vous assurez la relation client en assurant un suivi client de qualité propice à un développement rapide :

- Accueillir le client au téléphone et identifier le service attendu dans le cadre de la réception d’appels.
-Traiter la demande du client ou de l’adhérent.

-Conclure l’entretien en réception d’appels.

-Réguler, organiser et gérer son activité en fonction des flux d’appels et dans le cadre d’une équipe.

-Recueillir et synthétiser des informations pour qualifier le fichier client.

- Se tenir informé sur l’environnement produit – services.

-Traiter la correspondance des clients par mails ou par courrier.


Le profil

Parfaitement bilingue Néerlandais ou de langue maternelle, vous disposez d’une expérience réussie en gestion de la Relation Client Multicanal. Vous êtes reconnus pour vos qualités relationnelles et rédactionnelles. Vous faites preuve d’initiative et avez la culture du résultat. Vous êtes autonome et polyvalent et aimait travailler en équipe. Une affinité pour l’Univers Automobile serait un plus.

Vous souhaitez relever une nouveau challenge et participer à la réalisation d’un nouveau projet dans un esprit « start-up » ?

La rémunération est composée d’un fixe complété par des primes attractives.

Adressez-nous rapidement votre candidature !

www.kararegroup.fr

Lire la suite

Invitation : Lennaert Maes à Lille 3, le 3 février prochain

10 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage, #réseau IN netwerk

Invitation : Lennaert Maes à Lille 3, le 3 février prochain

Grâce au soutien du Centre bruxellois de la Nederlandse Taalunie, le chanteur et auteur de cabaret Lennaert Maes viendra à l'université de Lille 3 (Ciné Kino) le lundi 3 février à 14 heures 30 donner une représentation (libre d'accès).

Lennaert Maes est connu en Belgique et aux Pays-Bas pour les prix qu'il a remportés dans différents festivals mais aussi pour ses chansons composées spécialement pour les apprenants du néerlandais.

Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire en répondant à amisduneerlandais@voila.fr . Dans l'attente du plaisir de vous y retrouver. A.H.

Plus d'infos sur Lennaert Maes http://www.lennaertmaes.be

___________________________________________________________________

Dankzij de steun van het Taaluniecentrum van Brussel, komt zanger en cabaretier Lennaert MAES op Maandag 3 februari om 14 u 30 in Campus Universiteit Lille 3 (Ciné Kino). De toegang is gratis.

Lennaert is in België en Nederland bekend om hij er op verschillende festivals prijzen heeft gekregen maar voor de liedjes die hij speciaal voor de leerders van het Nederlands heeft gecomponeerd.

Aangezien het aantal plaatsen beperkt is, wordt u verzocht zich in te schrijven door op deze mail-adres amisduneerlandais@voila.fr te antwoorden.

Ik hoop u er binnenkort te kunnen zien en verblijf. A.H.

Meer info http://www.lennaertmaes.be

Lire la suite

L’immersion bilingue scolaire, c’est mieux dès 3 ans

8 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage

L’immersion bilingue scolaire, c’est mieux dès 3 ans

L’Université de Liège (ULg) a étudié les habiletés prédisposant à apprendre les langues.

Entre 2006-2007 et 2011-2012, le nombre d’élèves inscrits dans l’enseignement secondaire en immersion (néerlandais, anglais ou allemand) a pratiquement triplé, passant de 3. 300 à 9.853 élèves, selon les Indicateurs 2013 de l’enseignement. Au niveau du fondamental (maternel et primaire), les effectifs ont gonflé de 7. 553 élèves en 2006-2007 à 14.455 en 2010-2011, selon les Indicateurs 2012.

De plus en plus de parents choisissent donc d’inscrire leur enfant en immersion afin qu’il soit, dès le plus jeune âge, en contact avec une langue étrangère, surtout le néerlandais.

"À l’heure actuelle, il est bien démontré que plus tôt on apprend une langue, mieux on la maîtrise", indique Martine Poncelet, responsable de l’Unité de neuropsychologie du langage et des apprentissages au sein du département des sciences cognitives de l’Université de Liège (ULg). D’ailleurs, en général, les très bons bilingues, ce qu’on appelle des bilingues précoces, ont appris les langues très rapidement."

Si aujourd’hui il y a de multiples façons d’apprendre une seconde langue, "pour moi, la plus favorable, c’est l’immersion (il y a d’ailleurs vraiment trop peu d’écoles en immersion, surtout en anglais)", affirme Mme Poncelet. Et plus particulièrement l’immersion bilingue scolaire précoce, c’est-à-dire les enfants qui apprennent à l’école deux langues en même temps dès 3 ans.

Depuis un certain nombre d’années, l’ULg mène des recherches sur l’immersion bilingue scolaire précoce. "Nous défendons l’idée que tout enfant a droit à ce type d’enseignement, déclare la chercheuse. Les enfants qui sont un peu plus en difficulté doivent être aidés davantage, tout comme on les aide dans un enseignement non immersif."

"Au départ de l’immersion, reprend-elle, on avait tendance à n’y mettre que les très bons élèves - les enfants qui avaient appris à parler très facilement, se montraient doués en raisonnements, etc. - ou ceux dont les parents parlaient déjà une autre langue, étaient d’un niveau socio-économique plus aisé, etc. Aujourd’hui, ça n’est plus vrai et c’est très bien comme ça."

Diverses études ont en effet montré que "même des enfants qui pouvaient avoir certaines difficultés d’apprentissage (dysphasie, dyslexie,…) - qui en tout cas ne les prédisposent pas à réussir en immersion - s’en sortent quand même", relaye Mme Poncelet.

Souvent, les parents s’imaginent que leur enfant saura parfaitement parler une seconde langue à 12 ans. "Mais ce n’est pas en six ans d’immersion que l’on devient un parfait bilingue", prévient Martine Poncelet, qui encourage dès lors vivement à poursuivre l’immersion en secondaire, faire des voyages, etc.

Source : http://www.dhnet.be/actu/monde/l-immersion-bilingue-scolaire-c-est-mieux-des-3-ans-52c790d03570105ef7e408fe

Martine Poncelet est Docteur en Psychologie et dirige l’unité de Neuropsychologie du Langage et des Apprentissages au sein du département de Psychologie de l’Université de Liège. Avec les différents membres de son unité, elle consacre essentiellement ses activités de recherche à trois domaines : l’acquisition du langage écrit, le bilinguisme et l’aphasiologie. En ce qui concerne l’acquisition du langage écrit, les travaux qu’elle mène visent à mieux comprendre le rôle de la mémoire verbale à court terme dans l’acquisition de la lecture et à déterminer les facteurs cognitifs qui sous-tendent l’apprentissage de l’orthographe. Des travaux plus appliqués ont pour objectif de mettre au point des outils de prévention et de dépistage précoce de la dyslexie ainsi que des outils d’évaluation du langage écrit destinés à des adultes et des adolescents. Dans le domaine du bilinguisme, les études réalisées et les projets en cours dans l’unité concernent les facteurs cognitifs qui sous-tendent l’acquisition du vocabulaire d’une seconde langue dans un contexte d’immersion linguistique scolaire précoce, l’effet du bilinguisme ou de la situation d’acquisition d’une seconde langue sur le développement des capacités attentionnelles et exécutives et également la mise sur pied d’une démarche évaluative et diagnostique bilingue en logopédie à destination des enfants issus de l’immigration. Enfin dans le domaine de l’aphasiologie mais également du vieillissement normal, les travaux menés dans son unité cherchent à établir le lien entre les difficultés de dénomination (anomie) et des déficits touchant différents aspects de la mémoire verbale à court terme.

Lire aussi : http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_355125/faut-il-avoir-peur-de-l-immersion-bilingue-precoce

Lire la suite

Dutch. A linguistic history of Holland and Belgium

7 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Dutch. A linguistic history of Holland and Belgium

Op 16 september 2013 berichtten wij u over een een nieuw boek in het Engels over de geschiedenis van de Nederlandse taal. Het boek "Dutch. Biography of a Language, geschreven" door Roland Willemyns, verscheen bij Oxford University Press.

30 jaar eerder verscheen een andere Engelstalige geschiedenis van het Nederlands, namelijk die van Bruce Donaldson, Dutch. A linguistic history of Holland and Belgium. Die taalgeschiedenis van Donaldson (waar Willemyns overigens vol lof over is) staat sinds kort in de DBNL (http://www.dbnl.org/tekst/dona001dutc02_01/) .

De publicatie is tevens te downloaden als e-book (http://www.dbnl.org/tekst/dona001dutc02_01/downloads.php).

Bron : IVN

Lire la suite