Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
les amis du néerlandais - vrienden van het Nederlands

Dossier: de verengelsing van universitaire opleidingen

Dossier: de verengelsing van universitaire opleidingen

Dossier : l'anglicisation des cours à l'université

En France et en Flandre, on s'émeut, on s'inquiète des conséquences de l'anglicisation croissante des cours assurés à l'Université ou dans les Hautes (B) et Grandes écoles (F).

1. Une enquête annuelle réalisée par la Nederlandse Taalunie en 2010 révêlait l'avis de la population sur cette question :

70% van de Vlamingen is niet blij met Engels aan de universiteit

Wat denkt u? Spreken de leraren op school over 50 jaar allemaal Engels? Bijna niemand gelooft dat. Dat is heel anders als het over universiteiten gaat.

In hoog tempo neemt aan de universiteiten in Nederland het Engels de plaats in van het Nederlands. Op de Vlaamse universiteiten is het Engels nu nog beperkt tot heel specifieke vakken, maar vanaf 2014 kunnen ze volledig Engelstalige masteropleidingen oprichten. Sinds 2005 is de verwachting dat universiteiten over 50 jaar Engelstalig zijn, toegenomen. Maar liefst 45% van de Nederlanders zou niet verbaasd zijn als er over 50 jaar alleen nog maar colleges in het Engels worden gegeven. Dat is haast twee keer zoveel als de Vlamingen. Of ze dat erg zouden vinden? Van de Nederlanders vindt 50% het erg.

De andere helft heeft er geen moeite mee. Vlamingen staan meer pal voor het Nederlands: 70% vindt het erg als het Nederlands aan de universiteiten plaats maakt voor het Engels.

In Suriname is er een andere situatie. Daar worden heel veel talen gesproken. Maar op de scholen en aan de Anton de Kom Universiteit in Paramaribo wordt in het Nederlands les gegeven. Van de Surinaamse ondervraagden zou het 35% niet verbazen als de leraren op school over 50 jaar les geven in het Engels.

En 30% van de Surinamers denkt dat over 50 jaar de voertaal op hun universiteit wel eens het Engels zou kunnen zijn.

Een masteropleiding in het Engels, een goede zaak?

Wie ingenieur wil worden, politieke wetenschapper of kernfysicus, moet vakliteratuur lezen en daarvoor is het nodig dé wetenschappelijke taal bij uitstek te kennen, het Engels.

Daarbij komt dat deze specialisten moeten kunnen deelnemen aan internationale congressen, stages en dergelijke. Ze moeten ook werk kunnen vinden in andere landen.

Eén gemeenschappelijke taal van de wetenschap is dan een pluspunt.

Maar wat als een arts alleen maar in het Engels is opgeleid en een ziekteverloop moet bespreken met een patiënt? Of als een jurist die alleen wetteksten in het Engels heeft bestudeerd, een cliënt moet bijstaan in een proces? Dan moeten ze wel de taal van de mensen spreken.

Daarom heeft de adviesraad van de Taalunie (de Raad voor de Nederlandse Taal en Letteren) erop aangedrongen bacheloropleidingen en opleidingen voor beroepen waar je mensen mee helpt, in het Nederlands te houden.

Dat is ook belangrijk voor de taal. Als we de toekomst van het Nederlands willen verzekeren, dan moet onze taal in alle omstandigheden bruikbaar blijven. Ook in de wetenschap.

Ludo Permentier

Bron : Taalpeil 2010 (Nederlandse Taalunie)

2. En août 2010, le magazine Knack donnait la parole à Jos Devreese, physicien, professeur émérite à l'Université d'Anvers (B) et à l'Université Technique d'Eindhoven (NL) :

Pleidooi tegen meer verengelsing, Knack, 25 augustus 2010. Lire le texte original ici : https://www.box.com/s/h3arg7ulmi06glfhvxg8

Les autorités académiques flamandes justifient leur choix d'anglicisation pour développer l'attractivité des universités flamandes, pour permettre l'enseignement de connaissances de haut niveau de la part de professeurs invités et permettre l'expérience à l'étranger des étudiants flamands. Mais le professeur Jos Devreese lui considère que l'ouverture à l'anglais permis par le décret de 2003 est suffisant. Il s'inquiète de la dégradation de l'enseignement en néerlandais qui en résulterait si on allait plus loin. Pour lui, il faut réserver l'anglais aux enseignements de spécialisation en master ou aux enseignements post-master."Ce n'est pas plus d'anglais qu'il faut introduire, mais plus d'excellence dans l'enseignement".

Pour justifier son choix, il argumente que donner des cours en anglais conduit à une baisse de qualité des enseignements : beaucoup d'enseignants maîtrisent imparfaitement l'anglais ; les étudiants appréhendent plus difficilement encore la matière enseignée et puis, on le sait, la connaissance des termes spécialisés, les concepts et le savoir-faire ne sont plus maitrisés dans leur propre langue maternelle par les étudiants.

Jos Devreese pense qu'il s'agit finalement d'un manque de respect de la Flandre vis à vis de sa propre langue. Jos Devreese fait référence aux autres pays européens : "Pensez-vous que l'Italie, l'Allemagne ou la France ne vont pas persister à enseigner dans leur langue pour l'enseignerment supérieur ?"

3. En France, Jacques Attali revient sur la question de l'anglais dans l'enseignement supérieur dans l'Express d'avril 2013 : Il ne mâche pas ses mots pour dénoncer cette évolution : "on ne peut pas imaginer une idée plus stupide, plus contre-productive, plus dangereuse et plus contraire à l'intérêt de la France." ...."Passer à l'anglais serait renoncer à faire connaître notre culture, notre civilisation et notre art de vivre, qui constituent des atouts principaux de la marque France.

Il reprend une bonne partie de l'argumentaire du professeur Jos Devreese y compris celui du mauvais niveau d'anglais des enseignants à qui on demande d'enseigner en anglais :

"Quand nos cours excellent, comme c'est le cas, notamment, en mathématiques et en médecine, les étudiants se précipitent pour venir étudier en français et en France. Les chercheurs de ces disciplines peuvent même publier des articles en français dans des revues anglophones." ...."S'il est des réformes urgentes à entreprendre en ce domaine, elles sont radicalement inverses à celle qui est envisagée. Il faut améliorer :
1. La réception des étudiants étrangers en France, en simplifiant procédures de visa, formalités d'inscription, recherche de logement, délivrance des cartes de bibliothèque et de restaurant.
2. L'apprentissage de l'anglais par les doctorants français.
3. La qualité de nos enseignements en français, pour qu'ils gardent ou retrouvent un niveau mondial.
Si le Parlement était assez aveugle pour voter la réforme prévue, ce serait un signe de pl
us donné par la France de l'abandon d'elle-même."

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article