Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands

Articles récents

L’immersion bilingue scolaire, c’est mieux dès 3 ans

8 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage

L’immersion bilingue scolaire, c’est mieux dès 3 ans

L’Université de Liège (ULg) a étudié les habiletés prédisposant à apprendre les langues.

Entre 2006-2007 et 2011-2012, le nombre d’élèves inscrits dans l’enseignement secondaire en immersion (néerlandais, anglais ou allemand) a pratiquement triplé, passant de 3. 300 à 9.853 élèves, selon les Indicateurs 2013 de l’enseignement. Au niveau du fondamental (maternel et primaire), les effectifs ont gonflé de 7. 553 élèves en 2006-2007 à 14.455 en 2010-2011, selon les Indicateurs 2012.

De plus en plus de parents choisissent donc d’inscrire leur enfant en immersion afin qu’il soit, dès le plus jeune âge, en contact avec une langue étrangère, surtout le néerlandais.

"À l’heure actuelle, il est bien démontré que plus tôt on apprend une langue, mieux on la maîtrise", indique Martine Poncelet, responsable de l’Unité de neuropsychologie du langage et des apprentissages au sein du département des sciences cognitives de l’Université de Liège (ULg). D’ailleurs, en général, les très bons bilingues, ce qu’on appelle des bilingues précoces, ont appris les langues très rapidement."

Si aujourd’hui il y a de multiples façons d’apprendre une seconde langue, "pour moi, la plus favorable, c’est l’immersion (il y a d’ailleurs vraiment trop peu d’écoles en immersion, surtout en anglais)", affirme Mme Poncelet. Et plus particulièrement l’immersion bilingue scolaire précoce, c’est-à-dire les enfants qui apprennent à l’école deux langues en même temps dès 3 ans.

Depuis un certain nombre d’années, l’ULg mène des recherches sur l’immersion bilingue scolaire précoce. "Nous défendons l’idée que tout enfant a droit à ce type d’enseignement, déclare la chercheuse. Les enfants qui sont un peu plus en difficulté doivent être aidés davantage, tout comme on les aide dans un enseignement non immersif."

"Au départ de l’immersion, reprend-elle, on avait tendance à n’y mettre que les très bons élèves - les enfants qui avaient appris à parler très facilement, se montraient doués en raisonnements, etc. - ou ceux dont les parents parlaient déjà une autre langue, étaient d’un niveau socio-économique plus aisé, etc. Aujourd’hui, ça n’est plus vrai et c’est très bien comme ça."

Diverses études ont en effet montré que "même des enfants qui pouvaient avoir certaines difficultés d’apprentissage (dysphasie, dyslexie,…) - qui en tout cas ne les prédisposent pas à réussir en immersion - s’en sortent quand même", relaye Mme Poncelet.

Souvent, les parents s’imaginent que leur enfant saura parfaitement parler une seconde langue à 12 ans. "Mais ce n’est pas en six ans d’immersion que l’on devient un parfait bilingue", prévient Martine Poncelet, qui encourage dès lors vivement à poursuivre l’immersion en secondaire, faire des voyages, etc.

Source : http://www.dhnet.be/actu/monde/l-immersion-bilingue-scolaire-c-est-mieux-des-3-ans-52c790d03570105ef7e408fe

Martine Poncelet est Docteur en Psychologie et dirige l’unité de Neuropsychologie du Langage et des Apprentissages au sein du département de Psychologie de l’Université de Liège. Avec les différents membres de son unité, elle consacre essentiellement ses activités de recherche à trois domaines : l’acquisition du langage écrit, le bilinguisme et l’aphasiologie. En ce qui concerne l’acquisition du langage écrit, les travaux qu’elle mène visent à mieux comprendre le rôle de la mémoire verbale à court terme dans l’acquisition de la lecture et à déterminer les facteurs cognitifs qui sous-tendent l’apprentissage de l’orthographe. Des travaux plus appliqués ont pour objectif de mettre au point des outils de prévention et de dépistage précoce de la dyslexie ainsi que des outils d’évaluation du langage écrit destinés à des adultes et des adolescents. Dans le domaine du bilinguisme, les études réalisées et les projets en cours dans l’unité concernent les facteurs cognitifs qui sous-tendent l’acquisition du vocabulaire d’une seconde langue dans un contexte d’immersion linguistique scolaire précoce, l’effet du bilinguisme ou de la situation d’acquisition d’une seconde langue sur le développement des capacités attentionnelles et exécutives et également la mise sur pied d’une démarche évaluative et diagnostique bilingue en logopédie à destination des enfants issus de l’immigration. Enfin dans le domaine de l’aphasiologie mais également du vieillissement normal, les travaux menés dans son unité cherchent à établir le lien entre les difficultés de dénomination (anomie) et des déficits touchant différents aspects de la mémoire verbale à court terme.

Lire aussi : http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_355125/faut-il-avoir-peur-de-l-immersion-bilingue-precoce

Lire la suite

Dutch. A linguistic history of Holland and Belgium

7 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Dutch. A linguistic history of Holland and Belgium

Op 16 september 2013 berichtten wij u over een een nieuw boek in het Engels over de geschiedenis van de Nederlandse taal. Het boek "Dutch. Biography of a Language, geschreven" door Roland Willemyns, verscheen bij Oxford University Press.

30 jaar eerder verscheen een andere Engelstalige geschiedenis van het Nederlands, namelijk die van Bruce Donaldson, Dutch. A linguistic history of Holland and Belgium. Die taalgeschiedenis van Donaldson (waar Willemyns overigens vol lof over is) staat sinds kort in de DBNL (http://www.dbnl.org/tekst/dona001dutc02_01/) .

De publicatie is tevens te downloaden als e-book (http://www.dbnl.org/tekst/dona001dutc02_01/downloads.php).

Bron : IVN

Lire la suite

Op vakantie - en vacances + voeux - wensen 2014

23 Décembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #réseau IN netwerk

L'équipe de rédaction de ce site prend quelques jours de repos et reste néanmoins en éveil, au cas où ... Elle vous donne rendez-vous le 6 janvier 2014.

Que la beauté des paysages de nos plats pays et la douceur de leur climat vous accompagnent pendant cette période de "trève des confiseurs".

ME + HV + HD +AH.

Op vakantie - en vacances + voeux - wensen 2014
Lire la suite

Veertiendaagse van het Nederlands in Rijsel - Quinzaine du néerlandais à Lille

20 Décembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Veertiendaagse van het Nederlands in Rijsel - Quinzaine du néerlandais à Lille

A noter sur vos agendas !

Du 3 au 15 février 2014, l’Université de Lille 3 organise une « Quinzaine du néerlandais », un évènement que tous ceux qui s’intéressent au néerlandais dans la zone transfrontalière doivent noter dans leur agenda. Le titre de cette importante manifestation est "Néerlandophonie(s). Arts, langue et culture de Flandre et des Pays-Bas." Pendant deux semaines, tous les aspects culturels de Flandre et des Pays-Bas seront abordés : cinéma, théâtre, littérature, danse, etc. D’importants auteurs néerlandophones comme Arnon Grunberg et David Van Reybrouck viendront à Lille. Des films de Johan van der Keuken seront projetés. Il y aura des cours d’initiation au néerlandais et bien d’autres activités. Pour l’instant, le programme n’est pas encore complètement arrêté.

Le 11 février 2014, Ons Erfdeel vzw organisera avec l’université Lille 3 un débat sur « le modèle politique belge et ses remises en cause actuelles » à la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS).
C’est pendant cette « Quinzaine du néerlandais » que le fonds littéraire de l’institut néerlandais de Paris, qui doit fermer définitivement ses portes le 31 décembre prochain, sera officiellement remis à l’Université de Lille. La collection comprend environ 7500 ouvrages littéraires en néerlandais ou en traduction française et 1300 livres pour enfants. Par ailleurs, la bibliothèque possède un grand nombre de périodiques sur la langue et la culture d’expression néerlandaise.

Le programme définitif de « Néerlandophonie(s). Arts, langue et culture de Flandre et des Pays-Bas » sera communiqué en janvier.

Source : Ons Erfdeel, 16 décembre 2013

http://www.onserfdeel.be/fr/blogs/detail/veertiendaagse-van-het-nederlands-in-rijsel-quinzaine-du-néerlandais-à-lille

Veertiendaagse van het Nederlands in Rijsel - Quinzaine du néerlandais à Lille

Save the date !

Van 3 tot 15 februari organiseert de Universiteit van Rijsel 3 een “Quinzaine du néerlandais”, het wordt een evenement dat iedereen in de grensstreek die geïnteresseerd is in de Nederlandse taal in zijn agenda moet noteren. De titel van dit uitgebreide programma is: “Néerlandophonie(s). Arts, langue et culture de Flandre et des Pays-Bas”. Tijdens deze veertiendaagse zullen allerlei aspecten van de cultuur van Vlaanderen en Nederland aan bod komen : film, theater, literatuur, dans, enz. Belangrijke Nederlandstalige auteurs als Arnon Grunberg en David Van Reybrouck komen naar Rijsel, er worden films van Johan van der Keuken getoond, er zijn initiatiecursussen Nederlands, enz. Op dit ogenblik is het programma is nog niet helemaal afgerond.

Ons Erfdeel vzw organiseert op 11 februari 2014 samen met de Universiteit Rijsel 3 een debat over “le modèle politique belge et ses remises en cause actuelles” (Maison européenne des sciences de l’homme et de la société – MESHS).

Tijdens deze “Quinzaine du néerlandais” zal ook het literaire fonds van de bibliotheek van het Institut néerlandais in Parijs, dat op 31 december definitief zijn deuren sluit, definitief aan de Rijselse universiteit overgedragen worden. Deze collectie bevat ongeveer 7500 literaire werken in het Nederlands of in Franse vertaling, en 1300 kinderboeken. Daarnaast bevat de bibliotheek ook heel wat tijdschriften over de Nederlandse taal en cultuur.

Het definitieve programma van “Néerlandophonie(s). Arts, langue et culture de Flandre et des Pays-Bas” wordt in januari bekend gemaakt.

Bron : Ons Erfdeel, 16 december 2013.

Lire la suite

Nederlanders hebben grotere woordenschat dan Vlamingen

15 Décembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Nederlanders hebben grotere woordenschat dan Vlamingen

Onze Noorderburen hebben een grotere woordenschat Nederlands dan Vlamingen. Uit het vijfde Groot Nationaal Onderzoek, waaraan 400.000 mensen over de landsgrenzen heen 600.000 keer deelnamen, blijkt verder dat er geen sprake is van taalverloedering, zo bericht wetenschap24.nl, de wetenschapssite van de Nederlandse publieke omroep, NTR en VPRO.

Bij de woordentest, onder leiding van de Gentse taalpsycholoog professor Marc Brysbaert, konden deelnemers online van honderd woorden beoordelen of een woord wel of niet bestond. De score daarop werd gebaseerd op het aantal juiste bestaande woorden en het aantal als bestaand herkende nepwoorden. Gemiddeld behaalden deelnemers 71,6 procent, wat neerkomt op een woordenschat van zo'n 38.000 basiswoorden. Uit het onderzoek bleek dat leeftijd de belangrijkste invloed had op de behaalde score. Wie de basisschool verlaat, beschikt over een basiswoordenschat van ongeveer 27.000 woorden. Daarna is er een continue groei van bijna 16.000 woorden tot aan het tachtigste levensjaar.

Geen taalverloedering
"Het feit dat we elk jaar woorden blijven leren en deze bijna niet vergeten, verklaart waarom ouderen vaak de indruk hebben dat de woordenschat van jongeren beperkt is", klinkt het. "Zij vergeten hierbij dat hun eigen woordenschat op die leeftijd hoogstwaarschijnlijk even klein was. Er is in dit opzicht geen sprake van taalverloedering, maar van een individueel leerproces." In die optiek moet ook deels het verschil tussen Nederlanders en Vlamingen gezien worden. Nederlands scoorden gemiddeld 74 procent, tegenover 71,6 procent bij de Vlamigen. "Een deel van dit verschil wordt verklaard door de hogere gemiddelde leeftijd van de Nederlanders, maar zelfs na correctie hiervoor blijft er een verschil over van 1,5 procent."

Man/vrouw
Verder bleken ook relatief weinig typische "jongerenwoorden": zowat 200 op een totale lijst van 53.000 (0,4 procent). Er zijn ook geen noemenswaardige verschillen tussen links- en rechtshandigen. Het verschil tussen mannen en vrouwen is weliswaar groter, maar geslacht lijkt volgens de onderzoekers geen doorslaggevende invloed te hebben op de woordenschat.

Het taalonderzoek is de vijfde editie van het Groot Nationaal Onderzoek, een initiatief van de Nederlandse omroep, NTR en VPRO en de Nederlandse Organisatie voor Wetenschappelijk Onderzoek (NWO), en werd uitgevoerd door het departement experimentele psychologie aan de Universiteit Gent. De resultaten worden zondagavond uitvoerig toegelicht op het Nederland 2-programma Labyrint (19:50 uur) en maandagavond herhaald op Canvas (19:30 uur).

Bron : De Morgen, 15/12/2013.

Lire la suite

Dictée du néerlandais : première édition réussie !

10 Décembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #réseau IN netwerk, #apprentissage

Dictée du néerlandais : première édition réussie !

A l'initiative de la Maison du néerlandais de Bailleul (MNL) et soutenu par le réseau "Initiative pour le néerlandais" (IN) a eu lieu, ce 7 décembre, la première édition de la dictée dans les locaux de l'Université Catholique de Lille.

Une cinquantaine de participants se répartissant en 2/3 environ de niveau 2 et 1/3 de niveau 1 ont concouru avec une lecture de la dictée conduite par Armand Heroguel, enseignant-chercheur à l'Université Lille 3 et président du Réseau "Initiative pour le néerlandais".

A signaler la grande diversité des âges (15 à 75 ans !) et des domiciliations : la moitié venant de la métropole lilloise, l'autre de la Flandre française. Quant à la parité, elle a été dépassée : plus de femmes ou jeunes filles que d'hommes !

Un regret cependant, les apprenants wallons et nouveaux flamands n'ont pas fait acte de présence....! Il faudra donc trouver d'autres moyens de mobilisation et de motivation dans le futur pour ces deux segments de population qui ont pourtant été destinataires de l'information via les responsables d'établissements de formation au néerlandais.

Rappelons que l'objectif était de valoriser ceux qui font l'effort d'apprendre la langue de nos voisins et non de piéger les apprenants avec des difficultés orthographiques ou grammaticales de la belle langue de Vondel. Le lauréat de l'épreuve n'a commis que 2 fautes sur les 20 lignes que comportait la dictée de niveau 2.

Après terminaison de l'épreuve, les participants ont goûté à un intermède musical animé par un groupe de musiciens de Bailleul avec au micro, la très électrique Sandrine Demange, directrice de la MNL.

De nombreux "sponsors" ont permis ensuite une copieuse remise de prix (livres et CD essentiellement) aux participants, en ce lendemain de Saint Nicolas. Merci aux deux consuls de Belgique et des Pays-Bas, à la fondation Ons Erfdeel, au Davidsfond pour les lots si généreusement attribués.

Plusieurs prises de parole du président de la MNL, de l'adjoint à la Culture de la Ville de Bailleul, des Consuls de Belgique et des Pays-bas et du secrétaire général du Réseau IN ont permis de resituer les enjeux de l'enseignement du néerlandais et de la nécessité d'un effort supplémentaire pour consolider la place du néerlandais encore fragile dans notre région.

Une première édition à reconduire certainement dans le futur.

Bravo et merci à tous les organisateurs, à la Catho de Lille, aux correcteurs, musiciens bénévoles et aux généreux donateurs de lots qui ont contribué à la réussite de cette première.

Parmi les réactions de participants, citons :

" ...J’ai été ravie d’y participer, c’était très bien organisé !"

"... merci pour l'organisation de cette matinée particulièrement réussie"

" ...C'est vous qu'il faut vivement remercier pour l'organisation de cette dictée !

J'ai effectivement passé un agréable moment. L'épreuve était très intéressante, l'intermède musical bien sympatique, les allocutions motivantes. Bref, c'était parfait ! Encore merci à tous les organisateurs et aux correcteurs qui ont rendu cela possible. Je participerai de nouveau avec plaisir l'année prochaine."

" A mon tour de vous remercier toutes et tous , pour votre accueil chaleureux , l'animation musicale belle et joyeuse (!) , la générosité des intervenants flamands , belge et néerlandais ... Un beau moment de convivialité ce 7 décembre !

Un grand merci à vous donc."

M.E.

Le groupe musical en pleine action avec Sandrine Demange au micro

Le groupe musical en pleine action avec Sandrine Demange au micro

Les correcteurs très attentifs pour ne pas laisser échapper la moindre faute

Les correcteurs très attentifs pour ne pas laisser échapper la moindre faute

Allocution du Consul Général de Belgique avec debout à ses côtés le Consul des Pays-Bas

Allocution du Consul Général de Belgique avec debout à ses côtés le Consul des Pays-Bas

Remise des prix à une participante visiblement heureuse, Armand Heroguel au 1er plan.

Remise des prix à une participante visiblement heureuse, Armand Heroguel au 1er plan.

Lire la suite

Recherche d'un formateur en néerlandais pour Boulogne-sur-Mer

9 Décembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #vacature

Recherche d'un formateur en néerlandais pour Boulogne-sur-Mer

Nous sommes un organisme de formation en langues ( 40 salariés), pour Salariés d'Entreprises basées en France.Notre siège est à Rang-du-Fliers ( 62180).

Nous recherchons en urgence un formateur/trice pour enseigner le néerlandais à BOULOGNE-sur-MER,en intensif, dans le Tourisme,niveaux débutants, à des salariés,en entreprise.

Contrat de 49 heures, les semaines du 13 au 22 Janvier 2014, 9h-17h, du lundi au vendredi. Soit journées de cours complètes avec pause déjeuner sur place si désiré.

Contrat CDD + congés payés + prime de fin de contrat de 10% + remboursements kms.

Pour en savoir plus téléchargez cette annonce : https://app.box.com/s/udag449vz76l4g286k3a

Contact : Isabelle BAUER, Directrice
BUSINESS CLASS INSTITUTE Sarl
158,rue de l'église, F-62180 RANG-du-FLIERS

Téléphone: 03 21 84 83 00 télécopie: 03 21 84 83 02
courriel :mailto:i.bauer@businessclass-institute.com
www.businessclass-institute.com

Lire la suite

Inburgeraars volgen gemiddeld 28 maanden cursussen Nederlands

4 Décembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Inburgeraars volgen gemiddeld 28 maanden cursussen Nederlands

Inburgeraars volgen gemiddeld gedurende 28 maanden cursussen Nederlands. Dat blijkt uit een bevraging van het Onderzoeksinstituut voor Arbeid en Samenleving (HIVA) bij 101.092 inburgeraars die zich tussen 2007 en 2012 in Vlaanderen vestigden. De bevraging kadert in het onderzoeksconsortium Steunpunt Inburgering en Integratie (SIenI).

Een inburgeringstraject is bedoeld voor vreemdelingen die zich in Vlaanderen of Brussel komen vestigen en omvat onder andere een cursus Nederlands als tweede taal (NT2). Laaggeschoolden of "traaglerenden" worden voor deze cursus doorverwezen naar een centrum voor basiseducatie (CBE), hogergeschoolden of "snellerenden" naar een centrum voor volwassenenonderwijs (CVO).

Inburgeraars die een taaltraject starten, volgen gemiddeld gedurende 28 maanden lessen Nederlands. Bij trager lerende cursisten is dat gemiddeld 32 maanden, bij cursisten in een CVO 27 maanden. Opvallend is dat heel wat cursisten (39 pct) al Nederlands beginnen te leren voor ze aan hun inburgeringstraject beginnen. Daartegenover staat dat 20 procent van de inburgeraars niet start met een taaltraject.

Binnen het inburgeringstraject zijn de meeste inburgeraars verplicht om cursussen te volgen op niveau 1.1. Een nieuw decreet verhoogt dat verplichte niveau van 1.1 naar 1.2. Die twee cursussen samen worden het "overlevingsniveau" genoemd. Bij het CVO geraakt 57 procent van de cursisten verder dan dat overlevingsniveau. De traag lerende cursisten blijven daarentegen vaak hangen en slechts 16,1 procent stroomt door naar hogere taalniveaus.

Bron : Het Laaste Nieuws, 26.11.13.

Lire la suite

Dictée du néerlandais le 7 décembre à Lille : il est encore temps de vous inscrire !

1 Décembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands

Dictée du néerlandais le 7 décembre à Lille : il est encore temps de vous inscrire !

Les motivations : Nous pensons, comme vous sans doute, que l'enseignement des langues étrangères et, du néerlandais en particulier, favorise une meilleure employabilité des salariés, permet l'accès à la culture et à une compréhension et une coopération fructueuse avec nos voisins. C'est pourquoi, notre initiative, la dictée du néerlandais, vise à valoriser ceux qui font l'effort d'apprendre le néerlandais, langue de 23 millions de locuteurs en Europe et langue officielle de deux pays importants tant sur le plan économique, que culturel ou technologique et scientifique.

Les conditions de participation : Quelque soit l'âge, la nationalité, il est possible de participer à cette épreuve que l'on soit en train d'apprendre cette belle langue néerlandaise au collège, au lycée ou en formation d'adultes ("promotion sociale" pour nos amis wallons, "Volwassenenonderwijs" en Flandre) et ou que cet apprentissage date de plusieurs années ! Par contre, cette épreuve n'est pas accessible aux néerlandophones de langue maternelle.

Le principe de l'épreuve : Un texte de 20 lignes sera dicté aux concurrents du niveau 2, ceux du niveau 1 n'en écrivant que 10 lignes. Le vocabulaire de la dictée a été choisi en usant des mots les plus courants de la langue. Le niveau 1 est réservé aux débutants qui n'ont pas suivi plus de 60 heures de cours.

A l'issue, les corrections seront effectuées par les enseignants, sous la présidence de M. Armand Héroguel de l'Université Lille 3 pendant que le texte de la dictée sera affiché sur écran et qu'un intermède musical sera assuré par un groupe de Bailleul.

Les prix : La remise des prix sera honorée de la présence active du Consul Général de Belgique à Lille et du Consul Honoraire des Pays-Bas à Lille.
Chaque participant sera récompensé. Un pot amical suivra et réunira les participants de l'épreuve et les invités.

Date et horaires : 7 décembre 2013. Accueil sur place à 9h30. Début de la dictée à 10h.

Lieu et accès : Université Catholique de Lille, Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH), 3ème étage, salles 320 et 356. Adresse : 60 Boulevard Vauban, 59000 Lille. Infos pratiques sur l'accès ici : http://www.univ-catholille.fr/decouverte/plan-acces.asp

Inscription : le formulaire d'inscription (téléchargement ici : https://app.box.com/s/ap1lumvkkphlhy87folb ) est à renvoyer à la Maison du Néerlandais 37 rue d'Ypres 59270 Bailleul ou à l'adresse courriel : mnl.bailleul@free.fr

Cet évènement est organisé par la Maison du Néerlandais de Bailleul avec le soutien du Réseau "Initiative pour le néerlandais"

Dictée du néerlandais le 7 décembre à Lille : il est encore temps de vous inscrire !
Lire la suite

Vu dans la presse : Le néerlandais menacé ?

27 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage

Vu dans la presse :  Le néerlandais menacé ?

Malgré la proximité du Benelux, le néerlandais reste peu enseigné dans la région Nord-Pas de Calais.

Une étude compare trois métropoles frontalières sur l’apprentissage de la langue du voisin aux collège et lycée : 63% des petits Strasbourgeois pratiquent l’allemand, 7% des Lyonnais l’italien et… 0,5% des collégiens et lycéens de Lille Métropole le néerlandais. Une situation que déplore Michel Eyraud, Secrétaire général du réseau Initiative pour le néerlandais, encourageant à son apprentissage, « pour trois raisons, un aspect économique important, pour travailler en Flandre, ou dans une entreprise d’import-export au Benelux, un aspect transmission, héritage, nos aïeuls parlaient néerlandais, mais aussi un volet touristique et culturel, apprendre la langue du voisin. »

23 millions d’habitants parlent cette langue, le Benelux, premier partenaire économique du Nord-Pas de Calais (25% des échanges), et deuxième en France (13%), juste derrière l’Allemagne (15%), a un PIB quasi égal à celui de l’Espagne ou de la Russie. Et représente la première clientèle touristique en France.

Face à ces constats, Armand Heroguel, président du réseau Initiative pour le néerlandais, s’inquiète de la perspective d’une suppression des cours de néerlandais à l’ULCO, dans le département LEA, évoquée pour la rentrée 2014 : « cette université a des ennuis financiers, ce n’est pas un secret, et doit faire des économies, notamment en supprimant des cours, en allégeant les maquettes de formation. Malheureusement, allemand et néerlandais en pâtissent. »

Le réseau a alerté certains députés, les conseils général et régional, mais aussi le GECT West-Vlaanderen / Flandres-Dunkerque-Côte d’Opale, « qui a dans ses statuts des pages autour de l’apprentissage de la langue de l’autre, un comble ! », s’insurge Michel Eyraud. Dans les autres universités nordistes, cette langue semble aussi plutôt en voie de disparition, les actions de sensibilisation devant être menées en réalité dès le collège, où l’enseignement du néerlandais reste bien répandu, puis beaucoup moins courant au lycée : « on trouve des trous dans la carte ! », un peu compliqué alors de poursuivre.

« Des barrières existent aussi en BTS, DUT, en prépa… En école de commerce et d’ingénieurs, on abandonne le néerlandais au profit de mandarin ! »

Michel Eyraud met en garde : « tout n’est pas traduit en anglais ! »

Deux raisons tout de même de se réjouir :

- l’arrivée du fonds littéraire de l’Institut Néerlandais de Paris à Lille 3, sept mille cinq cent ouvrages soufflés au nez et à la barbe de la BNF et Paris IV, « notre organisation en réseau, la volonté de nombreux acteurs, et notre envie d’organiser des manifestations autour de ce fonds, avec un accès au public, voilà qui a fait la différence ! Une belle histoire qui commence ! »

- Et l’organisation d’une dictée en néerlandais, le 7 décembre à l’université catholique de Lille : « ce n’est pas la dictée de Pivot, nous voulons créer la rencontre entre les gens qui s’intéressent au néerlandais dans la région ! »

S. Morelli

Source : http://www.lavoixletudiant.com

Lire la suite

FORUM EMPLOI de l’Eurométropole - JOBBEURS van de Eurometropool

26 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #vacature

FORUM EMPLOI de l’Eurométropole  -  JOBBEURS van de Eurometropool

Le VDAB, le Forem et Pôle emploi, les trois services publics de l’emploi de Flandre, Wallonie et France, ainsi qu’UNIZO organisent la septième édition du Forum Emploi Eurométropole, à visée internationale et interrégionale. Quelque 80 entreprises de la région transfrontalière y rechercheront de nouveaux collaborateurs.

Chercheurs d’emploi, salariés et jeunes diplômés y sont les bienvenus pour rencontrer les entreprises en direct.

Le jour du Forum, des séminaires professionnels sur différents thèmes seront organisés pour plusieurs groupes-cibles. Les trois Services Publics de l’Emploi partageront un même stand et accueilleront le public pour répondre à toutes les questions concernant l’emploi de part et d’autre de la frontière (linguistique)…

Depuis 2007, le Forum a déjà rassemblé plus de 33 000 visiteurs, plus de 600 entreprises recouvrant plus de 3300 offres d’emploi. Par ailleurs, 89% des employeurs ont indiqué avoir trouvé un candidat qui répondait à leurs exigences. Le 28 novembre 2013 de 10 heures à 17 heures à Kortrijk Xpo.

Toute l’info sur : www.job-eurometropole.com

De VDAB, UNIZO, de Waalse bemiddelingsdienst Le Forem en hun Franse collega’s van Pôle emploi organiseren voor het zevende jaar op rij de internationale en interregionale jobbeurs Eurometropool. Maar liefst 80 bedrijven uit de grensregio gaan er op zoek naar nieuwe medewerkers.

Zowel werkzoekenden, laatstejaarsstudenten als werknemers zijn er welkom om de werkgevers rechtstreeks te ontmoeten.

Bovendien vinden op de beurs seminaries plaats over verschillende thema’s voor diverse doelgroepen en zijn de drie arbeidsbemiddelingsdiensten er samen te vinden om op alle vragen over werken over de taal- of landsgrens te antwoorden.

Op de zes vorige succesvolle edities (vanaf 2007) bezochten meer dan 33000 mensen de beurs om te solliciteren bij meer dan 600 bedrijven met samen meer dan 3300 vacatures. Bovendien gaf 89% van de aanwezige werkgevers duidelijk aan dat ze een kandidaat vonden die aan hun eisen voldeed. Op 28 november van 10u tot 17u in Kortrijk Xpo.

Meer infoop : www.job-eurometropool.com

FORUM EMPLOI de l’Eurométropole  -  JOBBEURS van de Eurometropool
Lire la suite

Open brief aan sprekers van Standaardnederlands

23 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Open brief aan sprekers van Standaardnederlands

De opmars van de zogenaamde tussentaal of 'Verkavelingsvlaams' - ebdegij geen goesting om mee naar de cinema te gaan? - is blijkbaar niet te stuiten.

door William Van Laeken

Beste gebruiker van Standaardnederlands,

Is het u dezer dagen ook zo vreemd te moede? Blijkens De Grote Taalpeiling van Radio 1, De Standaard en de Taalunie ziet het er voor ons geliefde Standaardnederlands, u weet wel, de taal die we vroeger ABN noemden, beroerd uit. In acht op de tien gezinnen in Vlaanderen valt het niet te beluisteren. Ook op de werkvloer gaat het gebruik ervan achteruit. De opmars van de zogenaamde tussentaal of 'Verkavelingsvlaams' - ebdegij geen goesting om mee naar de cinema te gaan? - is blijkbaar niet te stuiten.

De enquête is een koude douche voor ons. Al die inspanningen, al dat missiewerk in de hoop dat 'ze' ons goede voorbeeld zouden volgen, het is voor niets geweest. Herinneren jullie zich nog de inspanningen die het ons heeft gekost om dat Nederlands onder de knie te krijgen?

Velen zullen zich herkennen in mijn verhaal. Van thuis heb ik een Vlaams dialect meegekregen, mijn moedertaal, de taal waarin mijn moeder, en trouwens ook mijn vader, mij hebben opgevoed. De taal waarin ik met mijn vriendjes speelde, de taal waarnaar ik nog steeds moeiteloos overschakel als ik op mijn gsm de naam van mijn broer zie verschijnen. Elk dorp had zijn dialect, hoe verder het dorp van het onze lag, hoe anders het klonk. We beseften al vlug dat die taal enkel geschikt was voor heel beperkt gebruik. Wilden we van onder de kerktoren vandaan dan zouden we 'beschaafd' moeten leren spreken. Onze leraars op school deden hun best om ons 'Nederlands' bij te brengen. In de middelbare school schreef de leraar Nederlands in het begin van elke les een zinnetje op het bord als 'Zeg niet een tas koffie, zeg een kopje koffie' . Logisch, want voor de schrijftaal had de Vlaamse Beweging al in de 19de eeuw gekozen voor eenheid met het Noorden. Voor de spreektaal lag dat anders. Geen haar op ons hoofd dat eraan dacht om de 'r' te gaan brouwen op zijn Hollands. We hadden onze Zuiderse tongval en we waren er trots op. Maar nóg trotser waren we op de standaardtaal, dat handig instrument waarmee we aan de slag konden in het hele taalgebied, Vlaanderen én Nederland, zeg maar van Menen tot Groningen. Gedaan met ons minderwaardigheidscomplex.

Heidbuchel, Paardekooper, Buyse & Penninckx, hun naslagwerkjes voor correct taalgebruik stonden allemaal op mijn boekenplank, binnen handbereik. Indachtig dat je een taal nooit helemáál kent, nam ik ze bijna dagelijks vast. Lang geleden, in mijn eerste baan, vertaalde ik voor ambtenaren die uit Den Haag naar de EU-vergaderingen in Brussel waren afgezakt de taal van Voltaire simultaan naar het Nederlands, dat is wat tolken doen. Ik vond dat mijn cliënten mooi en beeldend spraken, ze leerden me uitdrukkingen als 'spijkers op laag water zoeken' en vele andere. Uiteraard hoorden ze dat er een 'Belg' in de vertaalcabine zat, maar we begrepen elkaar heel goed. Geef toe, door met Nederlanders om te gaan en hun boeken en kranten te lezen verrijkten wij onze taal. Ja, we voelden ons opgenomen in een taalgebied van meer dan twintig miljoen mensen. Ik had altijd al gevonden dat Vlaanderen aan de kleine kant was. Zonder er erg in te hebben was ik zoetjesaan de Groot-Nederlandse gedachte gaan aanhangen, vanzelf, als iets heel gewoons, zonder de bruine sentimenten waarmee de geschiedenis dit begrip heeft belast.

In mijn tweede baan, bij de televisie, vonden we het normaal dat we in het Journaal en in onze reportages Standaardnederlands gebruikten. Daar werd ook streng op toegezien: wie een ernstige fout maakte kreeg van de VRT-taalraadsman een 'blauwe brief', zo genoemd naar de kleur van de omslag. We spraken dat Nederlands niet enkel in de uitzendingen maar ook bij informele gelegenheden en onder elkaar. We spraken het zelfs thuis tegen onze kinderen, op den duur gaat dat als een fluitje van een cent. Ook toen spraken veel Vlamingen al tussentaal maar ze verstonden probleemloos Nederlands. Ze keken naar Hilversum, naar Mies Bouwman en Berend Boudewijn en dat hoefde helemaal niet ondertiteld te worden.

Wat is er gebeurd dat we elkaar nu wél ondertitelen? Misschien was het keerpunt wel de komst van de commerciële televisie. Plots hadden we hier zenders bij de vleet, we hoefden niet meer naar Nederland te kijken. VTM bedolf ons onder een tsunami van tussentaal en dialect, de VRT bleef niet achter, tussentaal werd de regel in soaps, talkshows en kookprogramma's. Op een dag kocht VTM een televisieserie aan in Nederland en ze vonden dat ze die moesten ondertitelen. Een beetje later begon de VRT hetzelfde te doen. Alsof Nederlands een vreemde taal was geworden. Zij en wij, Nederland en Vlaanderen, we groeiden uit elkaar, jammer maar helaas. En wij, de gebruikers van Standaardnederlands, bleven verweesd achter. Toegegeven, we waren een beetje puristen en dat zijn niet de sympathiekste mensen . Als straf zijn we nu 'taalallochtonen' en er zit niets anders op, als we in dat Vlaanderen van morgen willen integreren, dan een inburgeringscursus te volgen en de tussentaal te leren. Maar welke, er zijn er zovele. Deze van Jeroen Meeus of toch maar liever deze van Ben Crabbé of Tom Waes? Vrijheid, blijheid, ieder zijn tussentaal, geen normering. En dat terwijl er een prachtige spreektaal zo voor het grijpen ligt, het Nederlands. Oké, niet zómaar voor het grijpen, je moet er wat moeite voor doen. Zou het kunnen dat Vlamingen nogal lui zijn?

Bron : www.knack.be 11 november 2013

Lire la suite

Rallye linguistique à Gand - Nederlandse zoektocht in Gent

20 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage

Ce vendredi 8 novembre les enseignants de néerlandais de l'Université Lille 3, en filière LEA à Roubaix ont emmené leurs étudiants de 1ère année ainsi que quelques étudiants de la filière littéraire (LCE) de Villeneuve d'Ascq et un auditeur libre à Gand.

09H08, départ de Lille-Flandres, environ une heure plus tard, le groupe descendait du train à la gare de Gand-Saint-Pierre (Gent-Sint-Pieters).

Mis à part le fait de montrer que le néerlandais est une langue à portée de main, l'objectif de cette sortie sur le terrain était multiple. D'abord, il était non seulement linguistique, mais également culturel et visait à faire comprendre l'imbrication du culturel et du linguistique.

D'un point de vue strictement pédagogique, il avait pour but d'inciter quelques étudiants à faire à leurs collègues un exposé en pleine rue d'un monument devant lequel ils se trouvaient. De manière plus interactive, les étudiants de première année ont tous eu des questions différentes (5 par personnes) dont ils devaient trouver la réponse en ville, auprès des passants, de certains services, etc. Ainsi étaient-ils contraints de parler, de se faire comprendre et de comprendre ce qu'on leur répondait.

Enfin cette sortie devait également permettre aux étudiants de première année de rencontrer ceux de deuxième année et de pouvoir partager avec eux.

Le groupe était de retour à 17 heures à Lille-Flandres, il commençait tout juste à pleuvoir, le reste du temps il avait fait beau. A.H.

Exposé d'un étudiant sur un lieu d'intérêt touristique

Exposé d'un étudiant sur un lieu d'intérêt touristique

Les enseignants de Lille 3 encadrant le rallye linguistique et leurs étudiants

Les enseignants de Lille 3 encadrant le rallye linguistique et leurs étudiants

La charmante ville de Gand vue d'une tour du Chateau des Contes

La charmante ville de Gand vue d'une tour du Chateau des Contes

Lire la suite

Beter Spellen verkozen tot beste website van Nederland

17 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage

Beter Spellen verkozen tot beste website van Nederland

De taalwebsite Beter Spellen is verkozen tot beste website van Nederland. Dat is donderdagavond in Amsterdam bekendgemaakt. De website geeft adviezen aan mensen die moeite hebben met spellen.

De Website van het Jaar is een publieksprijs. Ongeveer een half miljoen mensen brachten hun stem op websites in 20 categorieën. Per categorie waren twee prijzen te winnen: voor design, navigatie en inhoud (beste site) of voor populariteit.

Bij Nieuws & Informatie werd Tweakers de beste website en NU.nl de populairste, bij weer & verkeer koos het publiek de ANWB als beste site en Buienradar werd de populairste. YouTube sleepte beide prijzen in de wacht in de categorie Media & Entertainment.

De verkiezing is een initiatief van online marktonderzoeker MetrixLab en online magazine Emerce.

Bron : Volkskrant http://www.volkskrant.nl

Over Beter Spellen (http://www.beterspellen.nl)

Beter Spellen is er om jou te helpen: een vriendelijke assistent met het juiste taalgevoel.

De website is voor iedereen die problemen heeft bij het dagelijkse spellen.

De meest gemaakte fouten komen aan de orde. De regeltjes zijn vaak best simpel, als je ze eenmaal weet. Daar wil Beterspellen.nl graag bij helpen.

Waarom ?

Taal is een belangrijk onderdeel van ons bestaan.

Iedereen mailt, blogt of chat regelmatig. Dankzij internet kunnen we lekker snel ons ei kwijt en op elkaar reageren. Een nadeel van dit snelle medium is, dat er steeds meer spelfouten gemaakt worden.

Waardoor ontstaan de meeste spelfouten?

Men wil snel reageren, weet het even niet precies en gokt, raadt of doet maar wat. Het is gevaarlijk om alleen maar op je gevoel af te gaan, omdat dit gevoel sterk wordt beïnvloed door de fouten die je de hele dag ziet, zelfs in kranten en op reclameposters.

Lost automatische spellingscontrole alles op?

Voor moeilijke woorden is spellingscontrole vaak een handig hulpmiddel, maar juist de eenvoudige woorden glippen daardoorheen, omdat ze meerdere schrijfwijzen hebben: gebeurt of gebeurd, jou of jouw, wat of dat, kan of kunt... het zijn allemaal correcte woorden, maar niet in elk verband.

Lost Beter Spellen alles op?

Nee. Beter Spellen is bedoeld om de eenvoudige regels te trainen. Begin de werkdag of schooldag met een korte test. Zie daarna meteen wat je goed en fout deed. Door de korte heldere uitleg ga je op den duur de logica zien, zodat je ook de rest van de dag betere keuzes maakt bij het spellen. Dit is een goede aanvulling op de automatische spellingscontrole.

Wat kost het?

Beter Spellen kost geen geld. Het kost dagelijks een paar minuten tijd. Een prima start van de dag. Maak van Beter Spellen je tweede ontbijt. Of doe de test met collega's in de pauze. Vind een vast moment op de dag voor de korte test en je zult zien: je score gaat omhoog.

Lire la suite

Apprenants, venez nombreux participer à la "Dictée du néerlandais" le 7 décembre 2013

15 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #réseau IN netwerk

Apprenants, venez nombreux participer à la "Dictée du néerlandais" le 7 décembre 2013

Les conditions de participation : Quelque soit votre age, votre nationalité, vous pouvez participer à cette épreuve que vous soyez en train d'apprendre cette belle langue néerlandaise au collège, au lycée ou en formation d'adultes ("promotion sociale" pour nos amis wallons, volwassenenonderwijs en Flandre) et ou que cet apprentissage date de plusieurs années ! Par contre, cette épreuve n'est pas accessible aux néerlandophones de langue maternelle.

Le principe de l'épreuve : Un texte de 20 lignes sera dicté aux concurrents du niveau 2, ceux du niveau 1 n'en écrivant que 10 lignes.
Le vocabulaire de la dictée a été choisi en usant des mots les plus courants de la langue.
Le niveau 1 est réservé aux débutants qui n'ont pas suivi plus de 60 heures de cours.
A l'issue, les corrections seront effectuées par les enseignants, sous la présidence de M. Armand Heroguel de l'Université Lille 3 pendant que le texte de la dictée sera affiché sur écran et qu'un intermède musical sera assuré par un groupe de Bailleul.

Les prix : La remise des prix sera honorée de la présence active du Consul Général de Belgique à Lille et du Consul Honoraire des Pays-Bas à Lille.
Chaque participant sera récompensé. Un pôt amical suivra et réunira les participants de l'épreuve et les invités.

Date et horaire : Le 7 décembre 2013. L'accueil sur place à 9h30. Début de la dictée à 10h00.

Lieu et accès : Université Catholique de Lille, Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH), 3ème étage, salles 320 et 356, Adresse : 60, Boulevard Vauban, 59000 Lille. Infos pratiques sur l'accès ici : http://www.univ-catholille.fr/decouverte/plan-acces.asp

Inscription : le formulaire d'inscription (téléchargement ici : https://app.box.com/s/ap1lumvkkphlhy87folb ) est à renvoyer à la Maison du Néerlandais 37 rue d'Ypres 59270 Bailleul ou à l'adresse courriel : mnl.bailleul@free.fr

Cet évènement est organisé par la Maison du Néerlandais de Bailleul avec le soutien du Réseau "Initiative pour le néerlandais"

Le réseau "Initiative pour le néerlandais" rassemble des enseignants-chercheurs, des enseignants et formateurs de néerlandais et aussi des personnes venant du monde économique, culturel et de la société civile. Sa mission est axée sur le développement de l'apprentissage et de l'usage du néerlandais, de la connaissance de la culture et des savoirs et savoir-faire des pays néerlandophones.

Le réseau "Initiative pour le néerlandais" a pour domaine géographique d'action les territoires de deux pays et de trois régions : Lille Métropole, Flandre française, West-Vlaanderen (Flandre Occidentale) et Wallonie picarde.

Contact : amisduneerlandais@voila.fr

Apprenants, venez nombreux participer à la "Dictée du néerlandais" le 7 décembre 2013
Lire la suite

Le Café des Plats Pays le 19 novembre 2013 à Lille

14 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #réseau IN netwerk

Le Café des Plats Pays le 19 novembre 2013 à Lille

De 18h à 20h au Café-Restaurant De Rode Koe (La Vache Rouge), 85 rue de la Monnaie à Lille. Organisé par le Réseau "Initiative pour le Néerlandais"

Franky Devos Directeur du Buda Kunstencentrum (Courtrai) et Didier Thibaut Directeur de la Rose des Vents (Villeneuve d’Ascq) nous parleront à deux voix, en néerlandais et français, du Festival Next – du 15 au 30 novembre dans tout l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai – ainsi que des relations culturelles transfrontalières concrètes qu’ils ont mis en place depuis 2008. Ainsi, ils lanceront le Café des Plats Pays où la parole, en néerlandais et en français, permettent de donner une réalité aux échanges transfrontaliers et bilingues. C’est aussi l’opportunité pour les apprenants du néerlandais de pratiquer la langue dans un cadre convivial et détendu. Et pour délier les langues, le tout sera agrémenté d’une bonne bière belge et bio et quelques gourmandises interrégionales.

De Rode Koe, café restaurant « Bio et territoire », a été créé par nos voisins de Westouter - sur le Mont Rouge – qui diffusent ainsi à Lille le savoir-faire agricole et culinaire flamand. Une adresse à découvrir! Possibilité de se restaurer sur place. M.B.

N.B. Bien que la participation soit libre, il vous est demandé de prendre au moins une consommation si vous participez à cette séance.

http://www.nextfestival.eu/fr

Cafe van de Lage Landen dinsdag 19 november 2013
Van 18u tot 20u in Café-Restaurant De Rode Koe, 85 rue de La Monnaie in Rijsel. Georganiseerd door het Netwerk Initiatief voor het Nederlands

Franky Devos directeur van het Kunstencentrum Buda (Kortrijk) en Didier Thibaut , Directeur van de Rose des Vents ( Villeneuve d'Ascq ) spreken met twee stemmen en talen, Nederlands en Frans, over het NextFestival - van 15 tot 30 november in de hele Eurometropool Lille-Kortrijk-Tournai - en over de concrete culturele relaties die zij onderhouden sinds 2008. Zo lanceren zij het café in de tweetaligheid, de tongen los, die ons grensgebied karakteriseert. Ook een praktische gelegenheid voor diegene die Neder
lands leren en de taal willen spreken.

Een heerlijk Belgisch biologisch biertje en enkele lekkernijen geven de toon.
De Rode Koe, café-restaurant bio is opgezet door onze buren uit Westouter - op de rode berg – die zo de vlaamse specialiteiten doen ontdekken. Een verassing! U kunt ook ter plekke din
eren naderhand. M.B.

http://www.nextfestival.eu/nl

Le Café des Plats Pays le 19 novembre 2013 à Lille
Lire la suite

Immersieonderwijs in Wallonië

10 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage

Immersieonderwijs  in Wallonië

Het aantal buitenlanders dat Nederlands leert, zit al enkele jaren in de lift. Wereldwijd studeren honderdduizenden onzetaal. En dat zijn niet alleen de 15.000 universiteitsstudenten, verspreid over veertig landen. In Wallonië, het noorden van Frankrijk en de Duitse deelstaten die aan Nederland grenzen, is het Nederlands een schoolvak voor ongeveer 400.000 leerlingen.
Wie zijn die studenten? Waarom studeren zij Nederlands? Wie zijn hun docenten? In de rubriek Nederlandse les wereldwijd een proeve van kennismaking. In deze aflevering vindt u een verslag van een immersieproject in Walloni
ë.

Lees meer http://taaluniecentrum-nvt.org/Nederlands%20in%20Wallonië.pdf

Lire la suite

Afschaffing lessen Nederlands licentie LEA Duinkerke

6 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands

Afschaffing lessen Nederlands licentie LEA Duinkerke

COMMUNIQUE NETWERK "INITIATIEF VAN HET NEDERLANDS"

Het netwerk "Initiatief voor het Nederlands" heeft met grote verbazing vernomen dat de Universiteit Littoral-Côte d'Opale in Duinkerke beslist heeft de lessen Nederlands in licentie (bachelor cursus) LEA (Langues étrangères appliquées) af te schaffen vanaf september 2014.

Deze beslissing geldt eveneens voor het Duits, dat deel uitmaakt van dezelfde cursus.

Men kan begrijpen dat deze beslissing genomen werd voor louter economische redenen. Dit is echter minder het geval wanneer men rekening houdt met de belangrijke plaats die het Nederlands inneemt in de regio van Duinkerke, Frans-Vlaanderen en Nord-Pas-de-Calais.

Zowel onze streek als bovengenoemd territorium hebben nood aan een economische herstructurering en een duidelijk beleid van kwalificatie. Meertaligheid betekent een onmiskenbare troef voor de toekomstige werkzoekenden. Dit alles moet ook bijdragen tot een aantrekkelijk imago van de streek.

Laat ons ook niet vergeten dat zowel Duinkerke als de omstreken van de Opaalkust een grensoverschrijdende samenwerking hebben gesloten met onze Belgische buren : de taal van de buur aanleren is niet alleen een blijk van respect en erkenning. Het is ook een manier om elkaar beter te leren kennen en natuurlijk ook te begrijpen.

Het belang van de Nederlands taal in onze streek

Nederlands wordt gesproken door 23 miljoen inwoners en is de voertaal van twee landen, die zwaar doorwegen op economisch vlak; Nederland, België en Luxemburg, deel van de Benelux (80 % Nederlandstaligen), beschikken over een Bruto Binnenlands Product (BBP) dat nagenoeg overeenstemt met het BBP van Spanje of het huidige Rusland. De Benelux is bovendien de belangrijkste economische partner van de streek Nord-Pas-de-Calais (25 % van de handel) en staat op de tweede rij (13%) wat het handelsverkeer betreft met Frankrijk (13%), juist na Duitsland (15%). Spanje bevindt zich slechts op de vierde plaats, na Italië (staat onderaan de tabel op regionaal gebied). Daarnaast zijn de Benelux-landen de voornaamste toeristen in Frankrijk.

Nederlands is de taal van 2 Europese landen die hun specifieke knowhow, creatieve vaardigheid en innovatievermogen hoog in de vaandel dragen : ontwerp, design, architectuur, urbanisme, entrepreneurship, stedelijke mobiliteit, scheepvaart- haven- en kustwaterbouwkunde, scheepvaart, risk management van marine onderdompeling, maar ook : literatuur, dansen, filmindustrie, mode, schilderkunst, muziek...

wie in één van deze domeinen wil werken heeft er dus alle baat bij Nederlands te kennen. Engels spreken is natuurlijk goed, maar lang niet voldoende. Nederlands is een bijkomende waarde in sectoren als technologische en commerciële beveiliging, onderzoek en ontwikkeling, samenwerking, export of ook nog mobiliteit voor werk. De kwaliteit van het onderwijs- en onderzoeksysteem in Nederland en België zijn wereldwijd erkend en bewezen via regelmatig ingestelde onderzoeken door PISA en "Adult Skills" van de OESO.

De grens van de Nederlandse taal overschrijden gunt ons ook het plezier samen te genieten van eenzelfde “art de vivre” : gezellig samenleven, urbanisme, architectuur, gastronomie, schilderkunst, folklore... Het Nederlands en het Vlaamse dialect zijn beiden geboren, gesproken en geschreven in onze streek. Het gaat dus echt niet om een “vreemde” taal.

Deze beslissing moet dus volledig herzien worden

Het netwerk verzoekt de universitaire overheid deze betreurenswaardige beslissing te herroepen en zodanig talrijke nefaste gevolgen voor de cultuur, de economische ontwikkeling, de aantrek voor de streek en de werkgelegenheid voor toekomstige afgestudeerden voor te komen.

Wij vragen de opheffing van de beslissing het onderwijs van het Nederlands te beëindigen en wensen dat zo snel mogelijk een overleg ingesteld wordt met alle belanghebbende instanties: de universiteiten Littoral-Côte d'Opale en Charles de Gaulle-Lille 3, het Rectoraat, de Academische inspectieraad, EGTS West-Vlaanderen-Vlaanderen-Duinkerken-Opaalkust, EGTS Eurometropool Lille-Kortrijk-Tournai, VOKA, UNIZO, Frans-Belgische Kamer Van Koophandel, Kamer van Koophandel Opaalkust- Noord-Frankrijk, de regionale gemeenschappen en ons netwerk “Initiatief voor het Nederlands”. Het onderwijs van de taal van onze nabije buren en de ontwikkeling ervan moet in gemeenschappelijk overleg besproken worden. Daar moet nu aan gewerkt worden.

Vertaling door H.D.

Het netwerk “Initiatief voor het Nederlands” verenigt docenten-onderzoekers, leerkrachten, taaltrainers Nederlands en ook personen afkomstig zowel uit de economische en culturele wereld als het maatschappelijk middenveld.

De doelstelling van het netwerk is het aanleren van de Nederlandse taal te bevorderen en ook de cultuur en knowhow van Nederlandstalige landen in het licht te stellen.

Het netwerk “Initiatief voor het Nederlands” breidt haar acties uit over twee landen en drie regio’s: Lille Metropool, Frans-Vlaanderen, West-Vlaanderen en Wallonie picarde. Contact : amisduneerlandais@voila.fr
Lire la suite

Suppression des cours de néerlandais en licence LEA à Dunkerque

4 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Suppression des cours de néerlandais en licence LEA à Dunkerque

COMMUNIQUE DU RESEAU INITIATIVE POUR LE NEERLANDAIS

Le Réseau "Initiative pour le néerlandais" est stupéfait et consterné d'apprendre la décision de l'Université Littoral - Côte d'Opale de supprimer les cours de néerlandais en licence LEA (Langues étrangères appliquées) à partir de la rentrée 2014. Sa position est la même pour le sort identique réservé à l'allemand dans le même cursus.

Ces décisions compréhensibles sous l'angle purement comptable, le sont beaucoup moins si on examine les enjeux de l'apprentissage du néerlandais pour le territoire dunkerquois, la Flandre maritime, et au delà pour la région Nord-Pas-de-Calais.

Ce territoire comme notre région a besoin d'un redéploiement économique et d'une vraie politique de qualification des futurs entrants sur le marché du travail qui ne peut se conjuguer avec le renoncement à un multilinguisme, facteur d'employabilité des diplômés et aussi d'attractivité du territoire.

Rappelons aussi que le Dunkerquois comme les autres territoires de la Côte d'Opale s'est engagé dans la coopération transfrontalière avec nos voisins belges flamands : apprendre leur langue est perçu comme un acte de reconnaissance pleine et entière et permet donc de mieux se connaître et de mieux se comprendre.

Les enjeux de l'apprentissage du néerlandais dans nos territoires

Le néerlandais est la langue de 23 millions d'habitants et de deux pays économiquement très importants ; le Benelux (80 % de néerlandophones), qui réunit Pays-Bas, Belgique et Luxembourg, représente une production de richesses (PIB) quasi égale à l'Espagne ou la Russie d'aujourd'hui. Ce même Benelux est le premier partenaire économique de la région Nord-Pas-de-Calais (25 % des échanges) et le deuxième (13 %) de la France immédiatement après l'Allemagne (15%) tandis que l'Espagne occupe la 4ème place après l'Italie (au niveau régional elle est beaucoup plus bas dans le tableau). Le Benelux constitue la 1ère clientèle touristique de la France.

Le néerlandais est la langue de 2 pays européens dont les savoir-faire spécifiques, la capacité de créativité et d'innovation sont reconnus : création, design, architecture, urbanisme, dynamisme entrepreneurial, mobilité urbaine, ingénierie navale, ingénierie portuaire et côtière, transport maritime, gestion des risques de submersion marine, mais aussi : littérature, danse, cinéma, mode, peinture, musique...

Qui veut travailler dans l'un de ces domaines a donc intérêt à maîtriser cette langue. Pratiquer l'anglais, c'est bien, mais cela ne suffit pas. Maîtriser le néerlandais constitue un "plus" pour la veille technologique et commerciale, la recherche et développement, la coopération, l'export ou encore la mobilité pour l'emploi. Les Pays-Bas et la Belgique sont deux pays dont la qualité du système éducatif et de la recherche est reconnu au niveau mondial. Cela est reconnue par les enquêtes périodiques PISA et "Adult Skills" de l'OCDE.

Apprendre le néerlandais, c'est aussi le plaisir de surmonter la barrière de la langue et de partager encore plus un art de vivre commun : convivialité, urbanisme, architecture, gastronomie, peinture, folklore... Et puis, le néerlandais et le dialecte flamand (Vlaamsch) ont été écrits et parlés dans notre région. On ne peut donc pas qualifier le néerlandais de langue vraiment "étrangère".

Cette décision doit être revue complètement

Le réseau demande aux autorités universitaires de revoir cette décision malheureuse aux conséquences néfastes pour la culture, le développement économique, l'attractivité du territoire et l'emploi des futurs diplômés.

Nous demandons que toute décision d’arrêt de ces enseignements du néerlandais soit suspendue et qu’une concertation de toutes les parties prenantes soit organisée dans les plus brefs délais pour trouver d'autres alternatives : Université du Littoral-Côte d'Opale, Université Lille 3, Rectorat, Inspection Académique, GECT West Vlaanderen-Flandre-Dunkerque-Côte d'Opale, GECT Eurométropole Liile-Kortrijk-Tournai, VOKA, UNIZO, Chambre de commerce Franco-Belge, CCI Côte d'Opale Nord de France, les collectivités régionales et notre réseau "Initiative pour le néerlandais". Une concertation régionale s’impose pour développer l’enseignement de la langue de nos plus proches voisins. C’est au développement de cet enseignement qu’il faut se consacrer maintenant.

Le réseau "Initiative pour le néerlandais" rassemble des enseignants-chercheurs, des enseignants et formateurs de néerlandais et aussi des personnes venant du monde économique, culturel et de la société civile. Sa mission est axée sur le développement de l'apprentissage et de l'usage du néerlandais, de la connaissance de la culture et des savoirs et savoir-faire des pays néerlandophones.
Le réseau "Initiative pour le néerlandais" a pour domaine géographique d'action les territoires de deux pays et de trois régions : Lille Métropole, Flandre française, West-Vlaanderen (Flandre Occidentale) et Wallonie picarde.

Contact : amisduneerlandais@voila.fr

Lire la suite

Wattrelos : Pôle emploi aide des jeunes chômeurs à apprendre des bribes de Néerlandais

31 Octobre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #apprentissage

Wattrelos : Pôle emploi aide des jeunes chômeurs à apprendre des bribes de Néerlandais

29 octobre 2013

À Wattrelos, Pôle Emploi a lancé des ateliers de formation pour aider quatorze jeunes demandeurs d’emploi à mettre tous les atouts de leur côté pour décrocher un poste en Flandre belge, où l’on frise le plein-emploi.

Ils ont moins de 30 ans, un niveau de formation peu élevé et une grosse envie de bosser. Mais en France, leur recherche d’emploi reste infructueuse… Du boulot, il y en a pourtant tout près, mais il se trouve de l’autre côté de la frontière, là où l’on parle une autre langue. Une barrière carrément infranchissable pour ces jeunes, manuels pour la plupart.

« Dans notre versant de la métropole comme en Wallonie, le taux de chômage est de 15 %. En Flandre belge, il est de 4,5 %. Des emplois sont disponibles, près d’ici et avec des salaires motivants. La seule barrière, c’est la langue », résume Éric Destombes, responsable d’équipe du Pôle Emploi de Wattrelos. Pour casser cette frontière, Pôle Emploi a donc choisi de monter un club de chercheurs d’emploi innovant.

« Salaire horaire de 13 € contre 9 € en France »

Quatorze jeunes suivis par l’antenne ont ainsi été détectés pour intégrer ce cercle qui se tient depuis quinze jours dans les nouveaux locaux de Pôle Emploi dans la zone d’activités du Beck. Ils ont été choisis selon leur domaine de compétence, l’industrie et le bâtiment surtout, où les besoins se font criants de l’autre côté de la frontière. Chaque semaine, durant trois mois, les quatorze volontaires vont ainsi participer à des ateliers collectifs pour mettre toutes les chances de leur côté et tenter de décrocher ces emplois vacants. Travail sur le CV, simulation d’entretien, recherche d’emploi groupée sont au programme. « Ce qui est intéressant, c’est l’émulation de groupe. Très vite, une solidarité se crée entre les membres du club et la motivation grandit », précise M. Destombes. Mais l’originalité de ce club, c’est son module d’apprentissage du néerlandais.

En 44 heures dispensées à l’OMEP de Wattrelos, les jeunes stagiaires ne s’attendent pas à parler couramment le néerlandais. Mais en maîtrisant quelques formules de politesse et de présentation, ils peuvent espérer faire la différence lors des entretiens d’embauche. « Ce n’est pas une langue facile, et les employeurs n’exigent pas des candidats qu’ils soient bilingues. Mais les Flamands apprécient en revanche que l’on fasse l’effort de parler leur langue, même si ce n’est pas parfait. Entre deux candidatures équivalentes, cela peut faire la différence », témoigne Patrick Hackx, le Belge qui assure le module de formation à l’OMEP. Après une première séance, les jeunes volontaires ont compris l’intérêt de ce module : « J’avais un peu peur de ne pas y arriver et finalement, ce n’est pas si compliqué. On a déjà intégré quelques mots pour se présenter, dire bonjour ou merci », se réjouit Sylvain, l’un des stagiaires.

Des notions de flamand suffisent

Pour Mounir et Romain, qui ont déjà travaillé en Belgique, c’est une vraie chance : « C’est plus sympa pour discuter avec les collègues et pour évoluer aussi, car sans ça, pas la peine d’espérer une promotion ! » Les jeunes y voient aussi un intérêt financier, car côté flamand, la rémunération n’est pas la même qu’en France : « Le taux horaire est plutôt à 13 € alors qu’il est autour de 9 € en France. Ça vaut le coup de faire un effort ! » relève Benoît. Les jeunes auront aussi l’occasion de réaliser leur CV en langue néerlandaise et de s’entraîner pour les entretiens. Ils pourront également s’inscrire au DDAB, le Pôle Emploi belge. Bilan dans trois mois, à la fin de la formation : « Mon but premier, c’est de trouver un emploi, et un emploi stable ! » résume Benoît, bien décidé comme ses camarades à utiliser le club comme tremplin.

Par Marjorie Duponchel

Source : La Voix du Nord.

http://www.lavoixdunord.fr/region/wattrelos-pole-emploi-aide-des-jeunes-chomeurs-a-ia24b58797n1656412

Lire la suite

Congres Onze Taal 16 november: "De wortels van het Nederlands"

30 Octobre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #nederlandse taal

Congres Onze Taal 16 november: "De wortels van het Nederlands"

De wortels van het Nederlands

Op zaterdag 16 november vindt het tweejaarlijksecongres van het Genootschap "Onze Taal" plaats, met dit keer speciale aandacht voor de oorsprong van het Nederlands. Op het congres geven onder anderen Frits van Oostrom, Kees van Kooten en Vivien Waszink een lezing.

Pindakaas
Tijdens het congres wordt ook het nieuwe boekje Waar komtpindakaas vandaan? en 99 andere vragen over woorden gepresenteerd. De uitgave is gebaseerd op de webrubriek Woordbaak, en tot stand gekomen door een samenwerking tussen het INL en Onze Taal. Vanaf 16 november is het boekje online verkrijgbaar.

Bekijk het programma https://onzetaal.nl/uploads/editor/1310_congres.pdf

Lire la suite
<< < 10 20 30 40 41 42 43 44 45 > >>