Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands

Articles avec #taalbeleid tag

Le danger des restrictions budgettaires

30 Avril 2015 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Le danger des restrictions budgettaires

http://www.nrc.nl/…/30/taalunie-laat-lessen-nederlands-int…/

http://www.standaard.be/cnt/dmf20150429_01656448

Als je een taal wil koesteren moet je er in de eerste plaats voor zorgen dat steeds nieuwe mensen die taal leren. Wie er bijvoorbeeld voor wil zorgen dat een middelgrote taal als het Nederlands op het internationale toneel zichtbaar blijft, moet er in de eerste plaats voor zorgen dat er steeds weer nieuwe docenten en vertalers worden opgeleid die de taal voldoende beheersen – die de literatuur kunnen vertalen, die ontwikkelingen in de Lage Landen kunnen toelichten in de eigen media, enzovoort.

De belangrijkste taak voor een overheidsorganisatie die tot doel heeft om een taal te beschermen, is daarom: investeren in het onderwijs. Het Nederlands beschikt over zo’n organisatie, de Taalunie, waarin de Nederlandse, Vlaamse en Surinaamse regeringen samenwerken op het gebied van taalbeleid. Tot onze verontrusting blijkt deze organisatie nu onlangs te hebben besloten een zeer groot deel van de steun voor het onderwijs Nederlands in het buitenland in te trekken. De klap is groot en treft veel opleidingen; hij zal de positie van het Nederlands wereldwijd ernstig aantasten.

Geen bijbaantje

Aan de belangstelling onder studenten ligt het niet. In tal van landen – vooral binnen maar ook buiten Europa – zijn er grote groepen studenten geïnteresseerd in het Nederlands, in Nederland en Vlaanderen en hun cultuur. Naar een eigen opgave van de Taalunie (2014) leren momenteel ongeveer 400.000 mensen buiten het taalgebied Nederlands op allerlei niveaus.

De Taalunie heeft het belang hiervan decennialang ingezien en het onderwijs in het Nederlands als Vreemde Taal in het buitenland op allerlei manieren gesteund. Zo worden er zomerscholen in Nederland en Vlaanderen georganiseerd waar studenten uit de hele wereld naartoe komen, om direct in aanraking te komen met de Nederlandstalige cultuur. Ook krijgen Nederlandse en Vlaamse docenten die in bijvoorbeeld Hongarije of Roemenië lesgeven aan de universiteit een toelage van de Taalunie om hun salaris op een redelijk niveau te houden. Een beginnende docent in Hongarije krijgt van de universiteit bijvoorbeeld slechts 300-400 euro per maand voor een voltijds aanstelling.

Het gaat alles bij elkaar maar om kleine bedragen – de totale begroting voor dit onderdeel bedraagt niet meer dan 2 miljoen per jaar –, maar voor de positie van onze taal in de wereld zijn ze van wezenlijk belang. Je kunt een taal niet goed leren wanneer je nooit de landen kunt bezoeken waar die taal gesproken wordt, of wanneer er onder je docenten niemand is die de taal als moedertaal spreekt. Zo’n docent kan aan de andere kant niet iemand zijn die toevallig in een universiteitsstad woont en een bijbaantje zoekt – het doceren van een taal eist professionele kennis en ervaring.

Profiteren

Vakgroepen Nederlands zijn in deze tijd in sommige opzichten minstens even belangrijk als ambassades. Ze zorgen namelijk ervoor dat de culturele dynamiek in Europa gehandhaafd blijft. Op die manier ontstaat een Europees bewustzijn. Vakgroepen moderne talen zijn de steunpilaren van deze dynamiek. Dat geldt ook buiten Europa, waar door de bezuinigingen bijvoorbeeld het Erasmus Talen Centrum in Indonesië – een belangrijk land met oude banden – gesloten dreigt te worden. De Taalunie kan zich niet permitteren de Nederlandse taal en cultuur op deze manier te benadelen.

Sinds enkele jaren is er bij de Taalunie een andere, ‘zakelijkere’ managerscultuur gaan heersen. Naar nu blijkt is het onderwijs daarin in tijden dat er bezuinigd wordt, kennelijk minder belangrijk. Van de Nederlandse en Vlaamse politiek heeft de Taalunie grote bezuinigingen opgelegd gekregen. Naar onze indruk worden deze bezuinigingen nu onevenredig op het onderwijs Nederlands in het buitenland afgewenteld.

Door deze bezuinigingen dreigen op termijn allerlei culturele contacten verloren te raken. Vanwege een paar eurocenten zal de wereld in de toekomst minder weten over Nederland en Vlaanderen en hun literatuur en cultuur.

De Taalunie maakt zich daarover weinig zorgen, lijkt het; tegelijk met de bezuinigingen kwam naar buiten dat ze dit najaar een grootse feestelijke ‘Week van het Nederlands’ houden, om te vieren dat er een nieuw Groen Boekje verschijnt. Als de bezuinigingen niet worden teruggedraaid, wordt dat een wrange feestweek voor de taal die de Taalunie eigenlijk zou moeten dienen.

Prof. dr. Judit Gera (Eötvös Loránd Universiteit, Boedapest)

Prof. dr. Matthias Hüning (Freie Universität Berlin)

Prof. dr. Marc van Oostendorp (Meertens Instituut, Amsterdam)

Prof. dr. Johan Oosterman (Radboud Universiteit Nijmegen)

Adresgegevens: Marc van Oostendorp, marc.van.oostendorp@meertens.knaw.nl

06-23937983

Dit stuk is medeondertekend door:

Dr. Sible Andringa (Universiteit van Amsterdam, Nederland)

Prof. dr. Wim van Anrooij (Universiteit Leiden, Nederland)

Drs. Hans Beelen (Ossietsky Universität Oldenburg, Duitsland)

Prof. dr. Ludo Beheydt (Université catholique de Louvain, België)

Jun.-Prof. Dr. Ute K.Boonen (Universität Duisburg-Essen, Duitsland)

Dr. Benjamin Bossaert (Comenius Universiteit van Bratislave, Slowakije)

PhDr. Eva Brázdová Toufarová (Universiteit van Olomouc, Tsjechië)

Antoinet Brink, MA (Universiteit van Coimbra, Portugal)

drs. Tamara Britka (Universiteit van Belgrado, Servië)

drs. Bojana Budimir (Universiteit van Belgrado, Servië)

Prof. dr. Geert Buelens (Universiteit Utrecht, Nederland)

Prof. dr. Wannie Carstens (Potchefstroom, Zuid-Afrika)

Prof. dr. Geert Claasens (KU Leuven, België)

Dr. Marja Clement (Universität Zürich, Zwitserland)

Dr. Sabrina Corbellini (Rijksuniversiteit Groningen, Nederland)

drs Ignace De bruyn (Universiteit van Belgrado, Servië)

Prof. dr. Liesbeth Degand (Université de Louvain-la-Neuve, België)

drs. Aleksandar Djokanović (Universiteit van Belgrado, Servië)

Prof. dr. Gillis Dorleijn (Rijksuniversiteit Groningen, Nederland)

Prof. dr. Guenther De Vogelaer (Universität Münster, Duitsland)

Prof. dr. Heinz Eckmans (Universität Duisburg-Essen, Duitsland)

Prof. dr. Paula Fikkert (Radboud Universiteit Nijmegen, Nederland)

Prof. dr. Veerle Fraeters (Universiteit Antwerpen, België)

Prof. dr. Lia van Gemert (Universiteit van Amsterdam, Nederland)

Dr. Albert Gielen (Universiteit van Praag, Tsjechië)

Dr. Lila Gobardhan-Rambocus (Anton de Kom Universiteit, Paramaribo, Suriname)

Prof. Dr. Rufus H. Gouws (Universiteit van Stellenbosch, Zuid-Afrika)

Prof. Camiel Hamans (Adam Mickiewicz Universiteit Poznań, Polen)

Prof. dr. Ben Hermans (Vrije Universiteit Amsterdam, Nederland)

dr. hab. Armand Héroguel (Université de Lille, Frankrijk)

Dr. Claudia Huisman (Universiteit van Straatsburg, Frankrijk)

Prof. dr. Jos Joosten (Radboud Universiteit Nijmegen, Nederland)

Dr. Ton van Kalmthout (Huygens Instituut, Den Haag, Nederland)

Prof. dr. Jacques Van Keymeulen (Universiteit Gent, België)

Prof. dr. Robert Kirsner (UCLA, Verenigde Staten)

Prof. dr. Johan Koppenol (Vrije Universiteit Amsterdam, Nederland)

Mgr. Marta Kostelecka (Masaryk Universiteit, Brno, Tsjechië)

Mgr. Markéta Kozáková (Universiteit Olomouc, Tsjechië)

Prof. Folkert Kuiken (Universiteit van Amsterdam, Nederland)

Prof. dr. Ann Marynissen (Universität Köln, Duitsland)

Dr. Gert Meesters (Université de Lille, Frankrijk)

Prof. dr. Maaike Meijer (Universiteit van Maastricht, Nederland)

Prof. dr. Hubert Meeus (Universiteit Antwerpen, België)

Prof. dr. Thom Mertens (Universiteit Antwerpen, België)

Dr. Roland Nagy (Universiteit van Boedabest, Hongarije)

Prof. dr. Anneke Neijt (Radboud Universiteit Nijmegen, Nederland)

Dr. Bettina Noak (Freie Universität Berlin, Duitsland)

prof. dr. Jelica Novaković-Lopušina (Universiteit van Belgrado, Servië)

Prof. dr. Frits van Oostrom (Universiteit Utrecht, Nederland)

Prof. dr. Ben Peperkamp (Vrije Universiteit Amsterdam, Nederland)

Prof. dr. Jürgen Pieters (Universiteit Gent, België)

Dr. Bart Ramakers (Rijksuniversiteit Groningen, Nederland)

Dr. Margit Rem (Radboud Universiteit Nijmegen, Nederland)

Dr. Orsolya Réthelyi (Universiteit van Boedapest, Hongarije)

Prof. dr. Simon Richter (University of Pennsylvania, Verenigde Staten)

Prof. Dr. Esther Ruigendijk (Carl von Ossietzky Universität, Oldenburg, Duitsland)

Prof. dr. Wim Rutgers (Universiteit van Curacao)

Dr. Lucie Sedláčková (Karelsuniversiteit Praag, Tsjechië)

M.A. Patrick Schetters (Universität Zürich, Zwitserland)

Prof. dr. Henk Schultink (Universiteit Utrecht, Nederland)

Dr Alan Scott (University of Nottingham, Verenigd Koninkrijk)

Prof. dr. Thomas Shannon (Universiteit van Berkeley, Verenigde Staten)

Prof. dr. Remco Sleiderink (HU Brussel, België)

Prof. dr. Hans Smessaert (KU Leuven, België_

Dr. Francesca Terrenato (Sapienza – Universitá di Roma, Italië)

Prof. dr. Yves Tsjoen (Universiteit Gent, België)

Prof. dr. Thomas Vaessens (Universiteit van Amsterdam, Nederland)

Drs. A.L.C. van Veen (Universiteit van Boedapest, Hongarije)

Prof. dr. Marc van Vaeck (KU Leuven, België)

Prof. dr. Freek Van de Velde (KU Leuven, België)

Dr. Arthur Verbiest (Escuela Oficial de Idiomas, Madrid, Spanje)

Prof. dr. Arie Verhagen (Universiteit Leiden, Nederland)

Prof. dr. Henk Verkuyl (Universiteit Utrecht, Nederland)

Dr Roel Vismans (University of Sheffield, Groot-Brittanië)

Dr. Ulrike Vogl (Universiteit Wenen, Oostenrijk)

Prof. dr. Paul Wackers (Universiteit Utrecht, Nederland)

Prof. dr. Marijke van der Wal (Universiteit Leiden, Nederland)

Prof. dr Fred Weerman (Universiteit van Amsterdam, Nederland)

Prof. Dr. Friso Wielenga (Universität Münster, Duitsland)

Prof. dr. Frank Willaert (Universiteit Antwerpen, België)

Lire la suite

Rencontre-débat sur les institutions et le système politique belges le 11 février 2014.

15 Février 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Cette rencontre intitulée "L'Europe sera belge ou ne sera pas !" a eu lieu mardi 11 février 2014 dans les locaux de la Maison Européenne des Sciences de l'Homme (MESH).

Chaque état fédéral a développé un système sui generis : en Belgique, par exemple, il n’y a plus de partis politiques nationaux ; le principe de la territorialité y est à la base de la co-existence des trois langues parlées.
On a dit que la Belgique est une conférence diplomatique permanente, ou que "L’Europe sera belge, ou ne sera pas."
Or ce qui est vrai, c’est que le modèle politique belge est complexe, même compliqué, que les Belges ont perfectionné un talent de compromis bien rare pour rendre possible ce modèle, tout en l’adaptant continuellement.

Débat avec :
Kris Deschouwer (Politologue, Vrije Universiteit Brussel, Université Libre de Bruxelles néerlandophone)
Christian Laporte (Journaliste, La Libre Belgique)
Modérateur: Luc Devoldere (rédacteur en chef des revues Ons Erfdeel, Septentrion, The Low Countries, Les Pays-Bas français, et directeur délégué de la fondation culturelle flamando-néerlandaise « Ons Erfdeel vzw »)

Réalisation du département Culture de l'Université Charles de Gaulle - Lille 3

Rencontre-débat sur les institutions et le système politique belges le 11 février 2014.
Lire la suite

Parler le dialecte ou le néerlandais standard : étude d'un cas et réflexions

13 Février 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #dialecten, #taalbeleid

Parler le dialecte ou le néerlandais standard  : étude d'un cas et réflexions

A Moorslede, une petite commune de Flandre occidentale, le bourgmestre a demandé à ses habitants de ne plus utiliser "le patois(1)" lorsqu’ils appellent les secours.

En novembre dernier, un habitant de Moorslede avait appelé les pompiers à la centrale de Bruges pour une machine à laver qui avait pris feu dans son garage. Or à Bruges, on parle un patois flandrien différent de celui de cette commune. Et l’adresse du sinistre n’a pas été bien comprise. Au lieu d’être envoyés sur les lieux de l’incendie à Moorslede, les pompiers se sont rendus à Moorsele, une commune voisine. Les secours ont finalement mis 35 minutes pour arriver à la bonne adresse où le feu avait déjà été éteint par les habitants, rapporte la RTBF.

Le bourgmestre de Moorslede a mis l’incident à l’ordre du jour et une décision a été prise lors du conseil communal d’hier. Le journal communal va publier un avis à la population : « Parlez un néerlandais correct lorsque vous appelez les secours, s’il vous plait ».

Selon un linguiste de la KU Leuven, cela va être difficile pour les habitants de respecter cette demande, car selon lui, la personne s’accroche à ses repères et aux mots qu’elle connait le mieux lorsqu’elle panique. Ce serait donc les secours qui devraient s’adapter.

Source : Le Vif - L'Express,

Notre propre réflexion par rapport à ce cas qui interpelle :

La Flandre belge n'est pas le seul pays confronté à la cohabitation entre langue standard (officielle) et dialecte ou même encore "tussental".C'est le cas évident de la Suisse, mais aussi de l'Allemagne ou encore de l'Autriche et des Pays-Bas, pour ne citer que les pays de langue germanique.

Par définition, la forme dialectale du néerlandais est attaché à une zone géographique pouvant se limiter à un bourg. Il est légitime par conséquent qu'un pays moderne, qu'une nation impose dans l'enseignement et dans toutes les usages officiels, administratifs et légaux la langue standard, outil de communication sensé être compris sur tout le territoire.

Est à dire qu'il faut abandonner les formes dialectales diverses du néerlandais dans l'enseignement initial ou en formation continue ou encore en recherche linguistique ou historique? Bien évidemment non à condition qu'on n'oublie pas d'apprendre la langue commune aux 23 millions de néerlandophones européens.

C'est en particulier la tache difficile des enseignants de néerlandais de l'enseignement de base ou de la formation continue qui subissent à travers les difficultés de leurs apprenants tles contraintes d'un environnement linguistique dans lequel le néerlandais standard n'est pas assez souvent utilisé. Ainsi les apprenants natifs ou étrangers ont l'impression d'avoir affaire à une palette de variations infinies de parlers néerlandophones : dialectes, tussentaal, langue standard combinés de toute sorte de manière selon les milieux, les circonstances et les lieux.

Comment exiger, en outre, d'un personnel, membre d'une fonction publique fédérale, territoriale ou hospitalière souvent mobile géographiquement,qu'il maîtrise toutes les variétés du flamand (Cf carte des dialectes du néerlandais jointe, ci-après) : celui de Bruges étant différent de celui de Gand, ou d'Hasselt ou encore d'Anvers ? D'autant plus qu'on exige de ces professionnels aussi une certaine maîtrise d'autres langues comme bien évidemment le français, l'anglais et quelquefois aussi l'allemand.

Dans le magazine Knack en date du 29 janvier 2014, un article revient sur une pétition lancée par une mouvement pour l'utilisation du néerlandais standard (AN) (actiegroep Nederlands) http://www.petities24.com/nederlands_vanzelf_sprekend .

Il y est mentionné une certaine propension des médias audiovisuels à utiliser le tussentaal, sauf bien sûr au moment des informations. A tel point qu'au lieu de bénéficier d'une langue commune, néerlandais et belges flamands doivent se faire aider du sous-titrage pour se comprendre mutuellement dans les films passant de l'autre côté de la frontière. L'auteur de l'article conclut, en citant Jurgen Jaspers, linguiste à l'Université Libre de Bruxelles, que l'histoire du néerlandais en Flandre (belge) ressemble à un mauvais "roman policier de gare" est fou de rage contre son époux français tout en tombant amoureux du voisin néerlandophone; il essaie de toutes ses forces de parler un néerlandais le plus correct possible quoique cela ne fasse pas beaucoup avancer les choses. M.E.

(1) En linguistique (et notamment en sociolinguistique), le terme « patois » n'est pas usité par les linguistes qui préfèrent user d'appellations plus précises, car le terme « patois » a pris en France, au fil des siècles, une connotation péjorative (mais non systématique) dans le cadre d'une hiérarchie entre d'une part les langues (sous-entendu dignes d'être nommées ainsi) et d'autre part les « parlers locaux et limités » ne pouvant recevoir la noble appellation de « langue ». Les linguistes préfèrent parler de « langues » et de leurs variétés locales qui sont les « dialectes », les « sous-dialectes » et, à très petite échelle, les « parlers », et d'une manière générale d'idiomes. Néanmoins, il existe des linguistes, souvent spécialisés de dialectologie, qui utilisent le terme « patois » pour désigner un parler local. Ainsi Henriette Walter ne condamne-t-elle pas l'utilisation du terme[1] (Source Wikipedia):

Quelques références :

- "Algemeen Vlaams bestaat niet", Knack, 29 janvier 2014.

- Johan de Caluwe, Nederland en Vlaanderen: (a)symmetrisch pluricentrisme in taal en cultuur, Internationale Neerlandistiek, vol 51, février 2013

- Johan De Caluwe, Dutch in Belgium. Facing multilingualism in a context of regional monolinguism and Standard Language Ideology in Standard Languages and Multilinguism in European History, John Benjamins Publishing, Co.,2012.

- Jan de Troyer, "Tussentaal" ou ABN ?, La Libre Belgique, 6 septembre 2012.

- We spreken allemaal wel eens tussentaal, De Standaard, 30 août 2012.

- Manifest voor het Nederlands in België, Koninklijke Academie voor Nederlandse Taal-en Letterkunde, 2011.

Overzichtkaart der Nederlandsche Dialecten - Jac. Van Ginneken (1917)

Overzichtkaart der Nederlandsche Dialecten - Jac. Van Ginneken (1917)

Lire la suite

"Sluiting bibliotheken verarmt Nederland"

24 Janvier 2014 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

"Sluiting bibliotheken verarmt Nederland"

De grootschalige sluiting van bibliotheken - in de afgelopen tien jaar zijn al 300 bibliotheekvestigingen gesloten - zal Nederland op termijn lelijk opbreken. Ze zal tot een hogere laaggeletterdheid leiden, een minder goed presterende kenniseconomie, slechter onderwijs, minder gemeenschapszin en verarming. Hiervoor waarschuwt een commissie onder leiding van voormalig staatssecretaris, PvdA-leider en burgemeester Job Cohen.

De commissie, waarvan ook directeur Kim Putters van het Sociaal en Cultureel Planbureau deel uitmaakte, heeft onderzoek gedaan naar het perspectief voor het bibliotheekwezen in Nederland. De conclusie is dat de digitalisering van de informatie de noodzaak van fysieke bibliotheken niet wegneemt. Integendeel, de fysieke bibliotheek met digitale mogelijkheden moet anno 2025 een centrale marktplaats voor informatie en ontmoeting zijn.

Het rapport wordt vandaag in Den Haag overhandigd aan minister Jet Bussemaker van Onderwijs, die juist haar zinnen heeft gezet op de digitale bibliotheek en daartoe op station Den Haag ook een e-boek zal downloaden. Cohen en Putters hopen dat de politiek het belang van de fysieke vestiging voor de toekomst van de Nederlandse samenleving en economie onderkent.

  • Bent u niet bezig met een achterhoedegevecht, de politiek heeft de bibliotheken toch min of meer al opgegeven?

"Nee, absoluut niet. Het rapport is juist uitgebracht met het oog op de komende gemeenteraadsverkiezingen. Bij de collegeonderhandelingen moeten de partijen zich ervan bewust zijn dat ze het kind niet met het badwater weggooien. Nederland heeft nog altijd 843 bibliotheekvestigingen en 240 servicepunten. En die zijn enorm belangrijk voor de samenleving."

  • Wordt dat belang onderschat?

Cohen: "Zeker. Het is heel gemakkelijk om in het kader van de bezuinigingen meteen naar de bieb te kijken met het argument dat alles op internet te vinden is. Dan bespaar je als gemeente meteen veel geld, zo lijkt. Maar het kost je op termijn veel meer. Het betekent dat er in de toekomst meer mensen slechter zullen lezen, niet aan de eisen van de kenniseconomie kunnen voldoen en als drop-outs buiten de boot vallen. In de moderne samenleving hangt 80 procent van de banen samen met goed kunnen lezen. Dat percentage zal verder toenemen. Nu al is het aantal laaggeletterden in Nederland gestegen tot 1,3 miljoen. En hoe welvarend we ook zijn: vorig jaar is voor het eerst de armoede onder jonge mensen gestegen. In dit geval is duurkoop goedkoop en goedkoop duurkoop."

  • Wat is er tegen digitale informatie?

"Helemaal niets. De moderne bibliotheek moet digitale informatie combineren met gedrukte informatie. De collectie boeken in de bibliotheken zal afnemen. Maar dat zal een geleidelijk proces zijn. Nu leest nog maar 3 procent van de mensen een boek op een iPad of e-reader. Dat is over tien jaar vast geen 90 procent. Niet iedereen heeft toegang tot het internet en niet iedereen is even vaardig in de "knoppenkunde"."

  • Misschien over twintig jaar wel.

" Ik betwijfel dat. Maar de bibliotheek heeft ook andere kerntaken. Ik noem het een hedendaags agora: het Griekse woord voor marktplaats. Bibliotheken moeten het kloppende hart van de kennissamenleving zijn. De bibliotheek kan in sommige gemeenten ook een entree naar kunst en cultuur zijn en naar ontmoeting en debat. Het is de enige openbare plek waar je kunt binnenlopen en in alle rust kennis kunt vergaren en ook brengen. Het is een plek voor creativiteit en een verbinding naar de samenleving."

  • Dus er moet maar niets veranderen?

"Dat is niet zo. De bibliotheek moet veranderen en moderniseren. Ze moeten daarvoor ook zelf het initiatief nemen. Bibliotheken moeten samen met andere organisaties optrekken. Ik ben zelf voorzitter van de raad van toezicht van de bibliotheken in Amsterdam. Onlangs hebben we een nieuwe wijkbibliotheek in Slotermeer geopend. En die zal nu ook huisvesting bieden aan de wijkzorg en een huisarts. Bibliotheken kunnen worden gebruikt voor lezingen en voor het maken van radioprogramma's."

  • Dat klinkt fantastisch allemaal. Maar het kost veel geld. De bieb wordt zwaar gesubsidieerd. Er staat geen enkel sommetje in uw rapport.

"Dat was onze taak niet. Wij moesten uitzoeken wat de positie van de bibliotheek over tien jaar zou zijn. Zou de fysieke bibliotheek nog echt nodig zijn of niet, was de vraag. En het eerste is het geval."

Bron : http://www.volkskrant.nl

Lire la suite

Inburgeraars volgen gemiddeld 28 maanden cursussen Nederlands

4 Décembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Inburgeraars volgen gemiddeld 28 maanden cursussen Nederlands

Inburgeraars volgen gemiddeld gedurende 28 maanden cursussen Nederlands. Dat blijkt uit een bevraging van het Onderzoeksinstituut voor Arbeid en Samenleving (HIVA) bij 101.092 inburgeraars die zich tussen 2007 en 2012 in Vlaanderen vestigden. De bevraging kadert in het onderzoeksconsortium Steunpunt Inburgering en Integratie (SIenI).

Een inburgeringstraject is bedoeld voor vreemdelingen die zich in Vlaanderen of Brussel komen vestigen en omvat onder andere een cursus Nederlands als tweede taal (NT2). Laaggeschoolden of "traaglerenden" worden voor deze cursus doorverwezen naar een centrum voor basiseducatie (CBE), hogergeschoolden of "snellerenden" naar een centrum voor volwassenenonderwijs (CVO).

Inburgeraars die een taaltraject starten, volgen gemiddeld gedurende 28 maanden lessen Nederlands. Bij trager lerende cursisten is dat gemiddeld 32 maanden, bij cursisten in een CVO 27 maanden. Opvallend is dat heel wat cursisten (39 pct) al Nederlands beginnen te leren voor ze aan hun inburgeringstraject beginnen. Daartegenover staat dat 20 procent van de inburgeraars niet start met een taaltraject.

Binnen het inburgeringstraject zijn de meeste inburgeraars verplicht om cursussen te volgen op niveau 1.1. Een nieuw decreet verhoogt dat verplichte niveau van 1.1 naar 1.2. Die twee cursussen samen worden het "overlevingsniveau" genoemd. Bij het CVO geraakt 57 procent van de cursisten verder dan dat overlevingsniveau. De traag lerende cursisten blijven daarentegen vaak hangen en slechts 16,1 procent stroomt door naar hogere taalniveaus.

Bron : Het Laaste Nieuws, 26.11.13.

Lire la suite

Suppression des cours de néerlandais en licence LEA à Dunkerque

4 Novembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Suppression des cours de néerlandais en licence LEA à Dunkerque

COMMUNIQUE DU RESEAU INITIATIVE POUR LE NEERLANDAIS

Le Réseau "Initiative pour le néerlandais" est stupéfait et consterné d'apprendre la décision de l'Université Littoral - Côte d'Opale de supprimer les cours de néerlandais en licence LEA (Langues étrangères appliquées) à partir de la rentrée 2014. Sa position est la même pour le sort identique réservé à l'allemand dans le même cursus.

Ces décisions compréhensibles sous l'angle purement comptable, le sont beaucoup moins si on examine les enjeux de l'apprentissage du néerlandais pour le territoire dunkerquois, la Flandre maritime, et au delà pour la région Nord-Pas-de-Calais.

Ce territoire comme notre région a besoin d'un redéploiement économique et d'une vraie politique de qualification des futurs entrants sur le marché du travail qui ne peut se conjuguer avec le renoncement à un multilinguisme, facteur d'employabilité des diplômés et aussi d'attractivité du territoire.

Rappelons aussi que le Dunkerquois comme les autres territoires de la Côte d'Opale s'est engagé dans la coopération transfrontalière avec nos voisins belges flamands : apprendre leur langue est perçu comme un acte de reconnaissance pleine et entière et permet donc de mieux se connaître et de mieux se comprendre.

Les enjeux de l'apprentissage du néerlandais dans nos territoires

Le néerlandais est la langue de 23 millions d'habitants et de deux pays économiquement très importants ; le Benelux (80 % de néerlandophones), qui réunit Pays-Bas, Belgique et Luxembourg, représente une production de richesses (PIB) quasi égale à l'Espagne ou la Russie d'aujourd'hui. Ce même Benelux est le premier partenaire économique de la région Nord-Pas-de-Calais (25 % des échanges) et le deuxième (13 %) de la France immédiatement après l'Allemagne (15%) tandis que l'Espagne occupe la 4ème place après l'Italie (au niveau régional elle est beaucoup plus bas dans le tableau). Le Benelux constitue la 1ère clientèle touristique de la France.

Le néerlandais est la langue de 2 pays européens dont les savoir-faire spécifiques, la capacité de créativité et d'innovation sont reconnus : création, design, architecture, urbanisme, dynamisme entrepreneurial, mobilité urbaine, ingénierie navale, ingénierie portuaire et côtière, transport maritime, gestion des risques de submersion marine, mais aussi : littérature, danse, cinéma, mode, peinture, musique...

Qui veut travailler dans l'un de ces domaines a donc intérêt à maîtriser cette langue. Pratiquer l'anglais, c'est bien, mais cela ne suffit pas. Maîtriser le néerlandais constitue un "plus" pour la veille technologique et commerciale, la recherche et développement, la coopération, l'export ou encore la mobilité pour l'emploi. Les Pays-Bas et la Belgique sont deux pays dont la qualité du système éducatif et de la recherche est reconnu au niveau mondial. Cela est reconnue par les enquêtes périodiques PISA et "Adult Skills" de l'OCDE.

Apprendre le néerlandais, c'est aussi le plaisir de surmonter la barrière de la langue et de partager encore plus un art de vivre commun : convivialité, urbanisme, architecture, gastronomie, peinture, folklore... Et puis, le néerlandais et le dialecte flamand (Vlaamsch) ont été écrits et parlés dans notre région. On ne peut donc pas qualifier le néerlandais de langue vraiment "étrangère".

Cette décision doit être revue complètement

Le réseau demande aux autorités universitaires de revoir cette décision malheureuse aux conséquences néfastes pour la culture, le développement économique, l'attractivité du territoire et l'emploi des futurs diplômés.

Nous demandons que toute décision d’arrêt de ces enseignements du néerlandais soit suspendue et qu’une concertation de toutes les parties prenantes soit organisée dans les plus brefs délais pour trouver d'autres alternatives : Université du Littoral-Côte d'Opale, Université Lille 3, Rectorat, Inspection Académique, GECT West Vlaanderen-Flandre-Dunkerque-Côte d'Opale, GECT Eurométropole Liile-Kortrijk-Tournai, VOKA, UNIZO, Chambre de commerce Franco-Belge, CCI Côte d'Opale Nord de France, les collectivités régionales et notre réseau "Initiative pour le néerlandais". Une concertation régionale s’impose pour développer l’enseignement de la langue de nos plus proches voisins. C’est au développement de cet enseignement qu’il faut se consacrer maintenant.

Le réseau "Initiative pour le néerlandais" rassemble des enseignants-chercheurs, des enseignants et formateurs de néerlandais et aussi des personnes venant du monde économique, culturel et de la société civile. Sa mission est axée sur le développement de l'apprentissage et de l'usage du néerlandais, de la connaissance de la culture et des savoirs et savoir-faire des pays néerlandophones.
Le réseau "Initiative pour le néerlandais" a pour domaine géographique d'action les territoires de deux pays et de trois régions : Lille Métropole, Flandre française, West-Vlaanderen (Flandre Occidentale) et Wallonie picarde.

Contact : amisduneerlandais@voila.fr

Lire la suite

Il y a 50 ans naissait la frontière linguistique en Belgique

3 Septembre 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Il y a 50 ans naissait la frontière linguistique en Belgique

Il y aura cinquante ans dimanche qu'entrait en vigueur la loi fixant la frontière linguistique votée quelques mois plus tôt et en vertu de laquelle 110.000 Belges vivant dans 49 communes ont changé de région. Dans les Fourons, des festivités organisées par le gouvernement flamand sont prévues mais elles seront boycottées par les mandataires francophones.

En 1962, le gouvernement Lefèvre-Spaak (social-chrétien et socialiste), qui dispose d'une très large majorité au parlement, décide le "clichage de la frontière linguistique", préalable à une révision de la Constitution créant des ensembles linguistiques figés avec pour objectif d'assurer la paix communautaire.

Il s'agissait d'appliquer les transferts suggérés, de 1948 à 1958, par le "centre Harmel", du nom du ministre Pierre Harmel (PSC). Le projet du ministre de l'Intérieur, Arthur Gilson (PSC), prévoit notamment le transfert de Mouscron-Comines à la province du Hainaut et, en compensation, celui des Fourons au Limbourg.

Après une bataille parlementaire - et une marche flamande sur Bruxelles - la Chambre rejette le 31 octobre un amendement maintenant Fourons au sein de la province de Liège, par 122 voix contre 72. Vingt députés wallons seulement, moins d'un tiers, votent le projet...

La loi, publiée le 8 novembre 1962, entre en vigueur le 1er septembre 1963 et fixe définitivement la frontière linguistique. Le Hainaut obtient ainsi 70.070 habitants de Flandre occidentale (des communes de Mouscron, Comines, Houthem, Bas-Warneton, Warneton, Ploegsteert, Luingne, Herseaux, Dottignies) et 2.374 de Flandre orientale (Orroir, Amougies, Russeignies). Il cède 1.914 personnes à la Flandre orientale (Everbeek) et 2.886 au Brabant flamand (Biévenne,St-Pierre-Cappelle).

La province de Liège accueille 6.830 Limbourgeois (Corswarem, Otrange, Lanaye, Eben-Emael, Wonck, Bassenge, Roclenge-sur-Geer) mais cède 4.299 Fouronnais (Mouland, Fouron-le-Comte, Fouron-St-Martin, Fouron-St-Pierre, Teuven, Remersdael). Liège donne en outre 14.164 habitants au Brabant flamand (Landen, Attenhoven, Eliksem, Laar, Neerhespen, Neerlanden, Neerwinden, Overhespen, Overwinden, Rumpsdorp, Wamont, Walsbets, Houtain-l'Évêque, Wange et Wezeren).

Le Brabant wallon obtient 7.165 Brabançons flamands (Bierghes, Saintes, L'Écluse, Zétrud-Lumay, Opheylissem et Neerheylissem). Si dans la plupart des cas les transferts se sont relativement bien déroulés, il n'en a pas été de même à Fourons, dont les habitants parlent généralement le "platdütsch", un dialecte "multiforme" qualifié par les philologues de "rhéno-mosan" et qui est devenu abcès de fixation communautaire durant des années.

C'est notamment à l'instigation du Fouronnais José Happart, à la fin des années '70 lorsque celui-ci est devenu le chantre de la cause des Fourons et en particulier du retour de la commune, composée de six hameaux, fusionnés en 1977, dans le giron liégeois. Affublé du surnom de "hérisson", il est devenu de la sorte la bête noire du monde politique flamand.

En 1983, José Happart devient bourgmestre de la localité avec 63% des voix, contre 37% à celle de son rival Huub Broers, alors CVP (puis CD&V). Mais le refus de M. Happart de parler le néerlandais, provoque un imbroglio juridique sans précédent plus connu sous le nom de "carrousel fouronnais".

Il est à l'origine de plusieurs crises gouvernementales, jusqu'à ce que M. Happart soit élu au parlement wallon en 1999 et quitte les Fourons pour Liège à la satisfaction de son rival, Huub Broers.

La liste de ce dernier - passé entre-temps à la N-VA pour le compte de laquelle il est devenu sénateur coopté en 2010 -, Voerbelang, a maintenu lors du dernier scrutin communal sa majorité absolue à Fourons. Elle a même creusé davantage l'écart avec le parti Retour@Libertés de José Smeets, obtenant un siège supplémentaire (dix en tout).

Source : Le Vif Express/Belga

http://www.levif.be/info/actualite/belgique/il-y-a-50-ans-naissait-la-frontiere-linguistique/article-4000386746850.htm

Lire aussi : "Het is onze taak de taalgrens te verdedigen" door Geert Van Istandael

Vandaag stelt Ons Erfdeel 'Grens Frontière' voor: 300 jaar na de vastlegging van de Frans-Belgische grens én 50 jaar na het ontstaan van de taalgrens tussen Vlaanderen en Wallonië.http://www.knack.be/nieuws/boeken/het-is-onze-taak-de-taalgrens-te-verdedigen-geert-van-istendael/article-normal-88137.html

Bron : Knack

Lire la suite

Stichting Nederlands Onderwijs in het Buitenland (NOB) dreigt subsidies te verliezen

10 Juin 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Stichting Nederlands Onderwijs in het Buitenland (NOB) dreigt subsidies te verliezen

Het Nederlandse ministerie van Onderwijs, Cultuur en Wetenschappen is van plan per 1 januari 2014 zijn subsidiëring te beëindigen aan de Stichting Nederlands Onderwijs in het Buitenland, beter bekend onder het letterwoord NOB (http://www.stichtingnob.nl/).

Op ruim tweehonderd Nederlandse scholen in het buitenland krijgen zowat 13.000 kinderen Nederlandse les. In de meeste gevallen gaat het om lessen Nederlandse taal en cultuur als aanvulling op de lokale of internationale school.

De Nederlandse overheid ondersteunt dit onderwijs al sinds 1982, zowel financieel als bij het toezicht op de kwaliteit. Met het stopzetten van de volledige subsidie wordt een unieke infrastructuur die de afgelopen dertig jaar is opgebouwd als het ware bij de wortels afgesneden.

De Nederlandse Tweede Kamer moet nog haar goedkeuring geven aan de onderwijsbegroting waar deze bezuiniging deel van uitmaakt.

Hier kun je een artikel uit 2011 over Stichting NOB lezen en hier kun je een petitie ondertekenen tegen de geplande stopzetting van de subsidies.

Bron : Blog Ons Erfdeel, 3 juni 2013

Lire la suite

Dossier: de verengelsing van universitaire opleidingen

3 Mai 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Dossier: de verengelsing van universitaire opleidingen

Dossier : l'anglicisation des cours à l'université

En France et en Flandre, on s'émeut, on s'inquiète des conséquences de l'anglicisation croissante des cours assurés à l'Université ou dans les Hautes (B) et Grandes écoles (F).

1. Une enquête annuelle réalisée par la Nederlandse Taalunie en 2010 révêlait l'avis de la population sur cette question :

70% van de Vlamingen is niet blij met Engels aan de universiteit

Wat denkt u? Spreken de leraren op school over 50 jaar allemaal Engels? Bijna niemand gelooft dat. Dat is heel anders als het over universiteiten gaat.

In hoog tempo neemt aan de universiteiten in Nederland het Engels de plaats in van het Nederlands. Op de Vlaamse universiteiten is het Engels nu nog beperkt tot heel specifieke vakken, maar vanaf 2014 kunnen ze volledig Engelstalige masteropleidingen oprichten. Sinds 2005 is de verwachting dat universiteiten over 50 jaar Engelstalig zijn, toegenomen. Maar liefst 45% van de Nederlanders zou niet verbaasd zijn als er over 50 jaar alleen nog maar colleges in het Engels worden gegeven. Dat is haast twee keer zoveel als de Vlamingen. Of ze dat erg zouden vinden? Van de Nederlanders vindt 50% het erg.

De andere helft heeft er geen moeite mee. Vlamingen staan meer pal voor het Nederlands: 70% vindt het erg als het Nederlands aan de universiteiten plaats maakt voor het Engels.

In Suriname is er een andere situatie. Daar worden heel veel talen gesproken. Maar op de scholen en aan de Anton de Kom Universiteit in Paramaribo wordt in het Nederlands les gegeven. Van de Surinaamse ondervraagden zou het 35% niet verbazen als de leraren op school over 50 jaar les geven in het Engels.

En 30% van de Surinamers denkt dat over 50 jaar de voertaal op hun universiteit wel eens het Engels zou kunnen zijn.

Een masteropleiding in het Engels, een goede zaak?

Wie ingenieur wil worden, politieke wetenschapper of kernfysicus, moet vakliteratuur lezen en daarvoor is het nodig dé wetenschappelijke taal bij uitstek te kennen, het Engels.

Daarbij komt dat deze specialisten moeten kunnen deelnemen aan internationale congressen, stages en dergelijke. Ze moeten ook werk kunnen vinden in andere landen.

Eén gemeenschappelijke taal van de wetenschap is dan een pluspunt.

Maar wat als een arts alleen maar in het Engels is opgeleid en een ziekteverloop moet bespreken met een patiënt? Of als een jurist die alleen wetteksten in het Engels heeft bestudeerd, een cliënt moet bijstaan in een proces? Dan moeten ze wel de taal van de mensen spreken.

Daarom heeft de adviesraad van de Taalunie (de Raad voor de Nederlandse Taal en Letteren) erop aangedrongen bacheloropleidingen en opleidingen voor beroepen waar je mensen mee helpt, in het Nederlands te houden.

Dat is ook belangrijk voor de taal. Als we de toekomst van het Nederlands willen verzekeren, dan moet onze taal in alle omstandigheden bruikbaar blijven. Ook in de wetenschap.

Ludo Permentier

Bron : Taalpeil 2010 (Nederlandse Taalunie)

2. En août 2010, le magazine Knack donnait la parole à Jos Devreese, physicien, professeur émérite à l'Université d'Anvers (B) et à l'Université Technique d'Eindhoven (NL) :

Pleidooi tegen meer verengelsing, Knack, 25 augustus 2010. Lire le texte original ici : https://www.box.com/s/h3arg7ulmi06glfhvxg8

Les autorités académiques flamandes justifient leur choix d'anglicisation pour développer l'attractivité des universités flamandes, pour permettre l'enseignement de connaissances de haut niveau de la part de professeurs invités et permettre l'expérience à l'étranger des étudiants flamands. Mais le professeur Jos Devreese lui considère que l'ouverture à l'anglais permis par le décret de 2003 est suffisant. Il s'inquiète de la dégradation de l'enseignement en néerlandais qui en résulterait si on allait plus loin. Pour lui, il faut réserver l'anglais aux enseignements de spécialisation en master ou aux enseignements post-master."Ce n'est pas plus d'anglais qu'il faut introduire, mais plus d'excellence dans l'enseignement".

Pour justifier son choix, il argumente que donner des cours en anglais conduit à une baisse de qualité des enseignements : beaucoup d'enseignants maîtrisent imparfaitement l'anglais ; les étudiants appréhendent plus difficilement encore la matière enseignée et puis, on le sait, la connaissance des termes spécialisés, les concepts et le savoir-faire ne sont plus maitrisés dans leur propre langue maternelle par les étudiants.

Jos Devreese pense qu'il s'agit finalement d'un manque de respect de la Flandre vis à vis de sa propre langue. Jos Devreese fait référence aux autres pays européens : "Pensez-vous que l'Italie, l'Allemagne ou la France ne vont pas persister à enseigner dans leur langue pour l'enseignerment supérieur ?"

3. En France, Jacques Attali revient sur la question de l'anglais dans l'enseignement supérieur dans l'Express d'avril 2013 : Il ne mâche pas ses mots pour dénoncer cette évolution : "on ne peut pas imaginer une idée plus stupide, plus contre-productive, plus dangereuse et plus contraire à l'intérêt de la France." ...."Passer à l'anglais serait renoncer à faire connaître notre culture, notre civilisation et notre art de vivre, qui constituent des atouts principaux de la marque France.

Il reprend une bonne partie de l'argumentaire du professeur Jos Devreese y compris celui du mauvais niveau d'anglais des enseignants à qui on demande d'enseigner en anglais :

"Quand nos cours excellent, comme c'est le cas, notamment, en mathématiques et en médecine, les étudiants se précipitent pour venir étudier en français et en France. Les chercheurs de ces disciplines peuvent même publier des articles en français dans des revues anglophones." ...."S'il est des réformes urgentes à entreprendre en ce domaine, elles sont radicalement inverses à celle qui est envisagée. Il faut améliorer :
1. La réception des étudiants étrangers en France, en simplifiant procédures de visa, formalités d'inscription, recherche de logement, délivrance des cartes de bibliothèque et de restaurant.
2. L'apprentissage de l'anglais par les doctorants français.
3. La qualité de nos enseignements en français, pour qu'ils gardent ou retrouvent un niveau mondial.
Si le Parlement était assez aveugle pour voter la réforme prévue, ce serait un signe de pl
us donné par la France de l'abandon d'elle-même."

Lire la suite

Stimuleren taalomgeving - Comment la ville de Courtrai encourage la pratique du néerlandais

12 Avril 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Stimuleren taalomgeving - Comment la ville de Courtrai encourage la pratique du néerlandais

La ville de Courtrai (Kortrijk) mène une politique(1) visant à l'intégration et à la pratique du néerlandais des migrants. Elle utilise toute une gamme de moyens différents : offre de cours de langues en journée et le soir, groupes de conversation, tables de conversation, bibliothèque et Maison du Néerlandais (Huis van het Nederlands) de Flandre Occidentale pour ne donner que quelques exemples. M.E.

Taal is belangrijk voor wie zich thuis wil voelen in de stad. Taal brengt mensen samen. Taal mag geen drempel zijn om te leren, werken, communiceren,...Daarom wil de stad via verschillende projecten van Kortrijk een taalrijke omgeving maken.

- Wil je een overzicht van alle plaatsen in Kortrijk met een informeel en formeel NT2-aanbod (NT2: Nederlands leren als tweede taal)? http://www.kortrijk.be/producten/brochure-nederlands-leren-voor-volwassenen

- Wil je proeven van het bestaande vrijetijdsaanbod van de stad? Ga naar 'Bijt in je vrije tijd'. http://www.kortrijk.be/leven-en-welzijn/samenleving/integratie-en-nieuwkomers/integratie-en-diversiteit/stimuleren-taalomg-3

- Tijdens de Praattafel oefen je je Nederlands. Je praat samen met anderen en er is een professionele begeleider. http://www.kortrijk.be/leven-en-welzijn/samenleving/integratie-en-nieuwkomers/integratie-en-diversiteit/stimuleren-taalomg-1

- Terugbetaling van het inschrijvingsgeld van een cursus Nederlands voor mensen die het financieel moeilijk hebben. http://www.kortrijk.be/leven-en-welzijn/samenleving/integratie-en-nieuwkomers/integratie-en-diversiteit/stimuleren-taalomg-4

- Project Oefen hier je Nederlands http://www.kortrijk.be/leven-en-welzijn/samenleving/integratie-en-nieuwkomers/integratie-en-diversiteit/stimuleren-taalomg-0

- In de bibliotheek is er een aanbod om Nederlands te leren. http://www.kortrijk.be/leven-en-welzijn/samenleving/integratie-en-nieuwkomers/integratie-en-diversiteit/stimuleren-taalomg-5

- Er is een overleg Nederlands tweede taal. http://www.kortrijk.be/leven-en-welzijn/samenleving/integratie-en-nieuwkomers/integratie-en-diversiteit/stimuleren-taalomg-6


(1) Wil je meer weten over het talenplan? Pour en savoir plus sur la politique linguistique de Courtrai : http://www.kortrijk.be/leven-en-welzijn/samenleving/integratie-en-nieuwkomers/integratie-en-diversiteit/stimuleren-taalomg-7

Lire la suite

Pourquoi apprendre le néerlandais est-il aussi important ? Et si on s'inspirait de l'exemple alsacien ...

29 Mars 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Pourquoi apprendre le néerlandais est-il aussi important ? Et si on s'inspirait de l'exemple alsacien ...

Ce petit résume tout. La "langue du voisin", son apprentissage, son usage et sa connaissance sont au coeur des enjeux transfrontaliers, mais aussi un facteur important du développement économique, social et culturel de la région Nord-Pas-de-Calais.

C'est d'ailleurs ce que rappelle opportunément, à plusieurs reprises le rapport, "Apprendre les langues - Apprendre le monde" rédigé par le Comité Stratégique des Langues du Ministère pour le compte du Ministère de l'Education Nationale de France en janvier 2012. http://media.education.gouv.fr/file/02_Fevrier/91/5/Apprendre-les-langues-Apprendre-le-monde_206915.pdf

Le "tout anglais" ne suffit pas. Les régions maitrisant le multilinguisme auront un avantage compétitif sur le plan économique. Nous allons revenir sur ces principaux enjeux :

Economique-technique et social : accès au marché du travail flamand ou néerlandophone aux francophones, coopérations en matière de recherche et d'innovation entre les deux mondes linguistiques, meilleure compréhension entre des pratiques professionnelles et cultures différentes dans la façon d'appréhender des problèmes entre nos trois régions et bien sûr facilitation de l'exportation.

Sur ce dernier point, il est bon de se rappeler quelques chiffres. En 2011, le Benelux représente le 2ème partenaire commercial en volume de la France juste après l’Allemagne pour les exportations et les importations. La France est après les Pays-Bas (1er) et l’Allemagne (2ème) le 3ème fournisseur de la Belgique.

La France représente aussi le 2ème client de la Belgique après l’Allemagne (1er) et devant les Pays-Bas (3ème). Ils montrent l'importance du Benelux comme partenaire dont 85% environ de la population parle le NL et ses variantes régionales comme langue maternelle. La Flandre et les Pays-Bas sont aussi des pays où le taux de chômage est un des plus faibles en Europe. Enfin ce sont des pays de haut niveau de développement scientifique, technologique et où le système éducatif et universitaire est reconnu de très bon niveau. Connaître une langue comme le néerlandais permet l'accès à la connaissance de certains domaines où les néerlandophones ont des acquis : mobilité urbaine alternative, urbanisme, architecture, lutte contre la submersion marine, écologie, dynamisme entrepreneurial et réseau de PME-PMI...

Encore une fois, rappelons qu'une petite proportion seulement des rapports, publications de toute sorte est traduite en anglais. Décidemment tout miser uniquement sur l'anglais (mal parlé en plus par nombre de francophones est inefficace !

Sur le plan de l’emploi, Philippe Hiligsmann, professeur à l’Université de Louvain-La-Neuve (UCL) enfonce le clou depuis plusieurs années car la situation n'est pas tellement meilleure en Wallonie toute proche :

« Malgré toutes les enquêtes qui montrent donc clairement qu’en Belgique, le néerlandais est un atout indispensable en vue de l’employabilité et malgré le succès croissant de l’enseignement en immersion en Wallonie, le manque de francophones bilingues néerlandais-français sur le marché de l’emploi est criant, que ce soit dans le secteur privé ou dans l’enseignement où la pénurie d’enseignants de néerlandais est de plus en plus préoccupante…

Pour leur part, les jeunes (et leurs parents ?) doivent prendre véritablement conscience du fait que "se donner la peine d’apprendre la langue du voisin - plutôt que de trouver naturel que lui apprenne la nôtre, ô combien supérieure - n’a rien d’un passe-temps minable ou futile : c’est un effort qui honore et enrichit celui qui le consent, et une condition cruciale pour améliorer la compréhension, instaurer la confiance et exprimer le respect" (Philippe Van Parijs, UCL).

Culturel : rapprochement de peuples voisins et redécouverte de racines culturelles et d'un patrimoine commun (architecture, urbanisme, peinture, musique, fêtes, gastronomie...) et d'un apport important en création : littérature, danse, cinéma, peinture, musique...

Politique : Dépassement des frontières au niveau des élus, politiques, associatifs, citoyens qu'ils soient au niveau régional, sub-régional ou communal pour minimiser les barrières d'incompréhension, et travailler à la disparition des multiples frontières administratives, psychologiques et sociales, faciliter la résolution de problèmes transfrontaliers.

Les choix lillois et strasbourgeois à comparer et méditer !

Face aux arguments que nous venons d'énoncer sur les enjeux, il est temps de maintenant de regarder la réalité en face : Eh oui et c'est la où le bas blesse, quand on commence à regarder de près les choix linguistiques des élèves du secondaire de l'agglomération lilloise par rapport à celle de Strasbourg.

C'est ce que révèle une petite étude de l'Agence de Développement et d'Urbanisme de Lille Métropole de juin 2012 http://www.adu-lille-metropole.org/documentbibliotheque/pdf/1490.pdf

Dans le premier cas (Lille Métropole), 98 % des élèves apprennent l'anglais, 41 % l'espagnol, 15 % l'allemand (c'est mieux que dans un passé récent !) et... un petit 0,5% le néerlandais langue de deux pays voisins.

Dans le deuxième cas, le choix pour l'anglais reste massif (92%), mais vient en deuxième position l'allemand, langue du voisin avec 63% et puis l'espagnol vient en 3ème position avec 17%.

Cette bonne position de la langue du voisin dans le cas de Strasbourg ne vient pas du hasard mais d'un effort conjoint de l'Education Nationale, de la région Alsace, du recteur de l'Académie et des deux conseils généraux avec une traduction sous forme déjà de deux conventions : la première valide pour la période 2000-2006 et la seconde en date pour 2007-2013. http://www-zope.ac-strasbourg.fr/sections/rhin_superieur_europ/les_langues_vivantes/convention_sur_la_po

Comment expliquer la place minuscule du néerlandais au sein de Lille Métropole (0,5 %) malgré sa position frontalière et la place du Benelux dans les échanges commerciaux ? L'auteur de ces notes renvoie la responsabilité aux décisions rectorales et à la faible implication des politiques dans ces choix linguistiques et recommande d'agir autrement : "Si devenir une des grandes métropoles européennes du futur constitue bien un de nos objectifs stratégiques, ceci suppose cependant de proposer des solutions dépassant largement le cadre scolaire"…."Dans ce contexte, l’offre éducative, et en particulier celle des langues vivantes enseignées, peut constituer un élément déterminant de différenciation pour un territoire."

Pour conclure, Il est temps d'avoir un discours de vérité par rapport aux élèves, parents d'élèves ou futurs étudiants.

- Le trio linguistique anglais, allemand, néerlandais a du sens, même si cela évoque moins "le beau temps et le sable chaud" que le duo anglais, espagnol !

- Le choix aussi massif de l'espagnol est irrationnel, absurde ! On ne choisit pas une langue, parce qu'elle est facile ou parce qu'elle a un "goût de vacances" mais par rapport à l'accès souhaité à une culture littéraire, scientifique, technologique ou artistique, à des savoirs d'un futur professionnel souhaité.

Visualiser ici les choix des différents pays européens dans cette étude de la communauté européenne Europeans and their languages, Special Eurobarometer, European Commission, november 2006, en particulier pages 32 et 33.

http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_243_en.pdf

M.E.

Lire la suite

Essaywedstrijd "Ik studeer Nederlands omdat..."

15 Mars 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Essaywedstrijd "Ik studeer Nederlands omdat..."

Beste student(e) Nederlands,

Beste docent(e) Nederlands,

“Ik studeer Nederlands omdat…” is een zinnetje dat iedere student op zijn eigen manier zal aanvullen. Bij de keuze van een taal heeft iedereen immers zijn eigen motivatie en vaak ook zijn eigen verhaal. Dat verhaal is nu eens heel rationeel dan weer romantisch, nu eens anekdotisch dan weer strategisch, maar in een wereld van anglofone globalisering is het telkens weer boeiend om al die individuele verhalen te horen. Vooral ook omdat wie een kleinere taal als het Nederlands leert, nogal eens op verbazing en ongeloof stuit. Verbazing en ongeloof kunnen snel omslaan in sympathie en bewondering als er enthousiast verteld en gemotiveerd wordt.

Dat enthousiasme en die motivatie wil het Algemeen-Nederlands Verbond (ANV) graag op papier zien. En daarom organiseert het ANV een essaywedstrijd onder de uitdagende titel “Ik studeer Nederlands omdat…”. Aan de essaywedstrijd is een mooie prijs verbonden: je kunt er een reis naar de Nederlanden mee winnen. De moeite dus om achter je toetsenbord te gaan zitten en je heel persoonlijke verhaal te doen. Het ANV wil met deze prijs alle studenten Nederlands een hart onder de riem steken en extra motiveren om anderen te laten delen in hun enthousiasme en liefde voor het Nederlands.

Voor docenten is de wedstrijd een uitstekende kans om hun studenten een opdracht te geven waar ook nog eens wat mee te winnen valt: een reisje is immers altijd mooi meegenomen! Het is misschien een idee om in de eigen groep al een wedstrijd te organiseren over dit thema.

Een vorige uitgave van de wedstrijd was een groot succes; dankzij de hoge kwaliteit en de grote diversiteit van de bijdragen heeft het ANV toen een inspirerend bundeltje van dertig opstellen kunnen samenstellen met openhartige, ontroerende, vertederende, geestige, verrassende, aanstekelijke lectuur voor al wie van het Nederlands houdt.

Het ANV kijkt opnieuw uit naar een rijk geschakeerd palet aan inzendingen uit de hele wereld en rekent op de warme steun van alle docenten voor de taal en de cultuur die ze altijd weer met zo veel inzet en liefde introduceren.

Wij hopen van harte dat u wilt meewerken om deze wedstrijd tot een succes te maken. Een gemakkelijk te printen affiche hebben wij met het reglement meegezonden. Ook kunt u gratis ansichtkaarten bij het ANV bestellen.

Met hartelijke groet namens het ANV,

Prof. dr. Ludo Beheydt,

Nederlandse taalkunde en Nederlandse Cultuur– Université catholique de Louvain

Lees voor de voorwaarden het reglement.
Download het affiche.
Bestel gratis ansichtkaarten bij: info@anv.nl.

Lire la suite

LABEL EUROPÉEN DES LANGUES : Concours 2013

8 Mars 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

LABEL EUROPÉEN DES LANGUES : Concours 2013

Le Label européen des langues, co-organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles, le FOREM, Bruxelles-Formation et l’Agence pour l’Education et la Formation tout au long de la vie (AEF-Europe), à l’initiative et avec le soutien de la Commission européenne, est destiné à valoriser et encourager des initiatives innovantes dans l’enseignement et l’apprentissage des langues.

Il récompense les nouvelles méthodes dans le domaine de l’enseignement des langues, participe à leur notoriété et favorise ainsi les bonnes pratiques. En soutenant les initiatives innovantes, à l’échelle locale et nationale, le Label cherche à améliorer la qualité de l’enseignement linguistique dans toute l’Europe.

Vous aussi participez.

Attention, la date limite de dépôt des candidatures est le 15 mars 2013.

En savoir plus ici :

Formulaire de candidature http://www.aef-europe.be/documents/LABEL2013formulaire-de-candidature2013_rev2.doc

Règlement http://www.aef-europe.be/documents/LABEL2013formulaire-de-candidature2013_rev2.doc

Source :Agence francophone pour l'Education et la Formation tout au long de la vie

Lire la suite

Jongeren krijgen een stem in de Taalunie

7 Mars 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Jongeren krijgen een stem in de Taalunie

Taalunievoorzitter Pascal Smet vuurde dinsdag vragen over het Nederlands af op 700 scholieren uit Nederland en Vlaanderen. Daarmee gaf hij het startsein voor de Taalunie Jongerenraad. De scholieren waren in deSingel in Antwerpen bijeen voor de uitreiking van de literaire jongerenprijs De Inktaap.

De minister legde drie stellingen voor waarop de scholieren met een stemkastje konden reageren.

Moet er een Nederlandstalige inzending naar het Eurovisie Songfestival? Een meerderheid van 65,4 % vindt van niet. De minister sloot zich daarbij aan.


Opvallend was dat van de jongeren, die hier per slot van rekening bij elkaar waren om over Nederlandstalige literatuur te praten, 63,2 % meer boeken van buitenlandse schrijvers leest dan van Nederlandse en Vlaamse. Op de vraag van de minister waarom, antwoordden jongeren dat het buitenlandse aanbod hoger is en dat bijvoorbeeld het populaire genre 'fantasy' in de Nederlandstalige literatuur ontbreekt.

En denken ze in het hoger onderwijs les te kunnen volgen in een vreemde taal? 70 % ziet dat echt wel zitten. De minister stelde vast dat het in elk geval goed zit met het zelfvertrouwen van de Nederlandse en de Vlaamse jongeren.

Ook in Suriname waren 150 jongeren bij elkaar gekomen voor de slotdag van De Inktaap. Zij kregen enkel de tweede vraag voorgelegd. Een meerderheid van 71,79 % gaf te kennen meer boeken van anderstalige dan van Nederlandstalige schrijvers te lezen. Daarmee sluiten de jongeren uit Nederland, Vlaanderen en Suriname netjes op elkaar aan.

De Jongerenraad is de titel waaronder de Taalunie jongeren een stem wil geven in haar beleid. Dat doet ze onder meer door bij gelegenheden waar jongeren bij elkaar zijn, aandacht te vestigen op het belang van het Nederlands en jongeren naar hun mening te vragen.

De Nederlandse Taalunie is een beleidsorganisatie waarin Nederland, Vlaanderen en Suriname samenwerken op het gebied van de Nederlandse taal en letteren en het onderwijs in en van het Nederlands. De Taalunie ziet het als haar opdracht om ervoor te zorgen dat alle Nederlandssprekenden hun taal op een doeltreffende manier kunnen gebruiken. Meer informatie over de Taalunie is te vinden op www.taalunie.org.

Noot voor de redactie
Voor meer informatie kunt u contact opnemen met Ellen Fernhout + 31 6 468 31 643 of Kevin De Coninck + 31 6 468 31 637
Nederlandse Taalunie algemeen + 31 70 346 95 48.

Lire la suite

Mieke Smits nieuwe directeur Taaluniecentrum in Brussel

24 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Mieke Smits nieuwe directeur Taaluniecentrum in Brussel

Mieke Miets succède à Hellmuth Van Berloo à la tête du bureau de la Nederlandse Taalunie à Bruxelles

Het Taaluniecentrum Nederlands als Vreemde Taal heeft een nieuwe directrice: Mieke Smits (57). Het is haar taak om wereldwijd zo veel mogelijk mensen te motiveren om Nederlands te leren. En dat doet ze vanuit haar hoofdwartier in het Kaaitheater in Brussel.

http://www.brusselnieuws.be/video/httpuploadtvbrusselbetaaluniecentrumflv

Lire la suite

Pascal Smet wil alle leerlingen testen op kennis van Nederlands

23 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Pascal Smet wil alle leerlingen testen op kennis van Nederlands

Vlaams minister van Onderwijs Pascal Smet (sp.a) wil het Nederlands testen van alle kleuters die naar het eerste leerjaar gaan. Ook de taalvaardigheid van leerlingen in het eerste middelbaar wordt gescreend, zo staat in de Coreliokranten.

Om de taalachterstand bij Vlaamse leerlingen weg te werken, wil Pascal Smet zo snel mogelijk zicht krijgen op hun niveau. Daarom voert hij twee momenten in die screenen naar de kennis en vaardigheid van het Nederlands. De eerste keer wanneer kleuters naar het eerste leerjaar gaan. Een tweede keer bij de overgang van het lager onderwijs naar het secundair.

Iedereen

Opvallend is dat volgens dat voorstel iedereen wordt getest, dus ook kinderen en jongeren met Nederlands als moedertaal. Dat is een grote uitbreiding van het huidige systeem.

De komende maanden overlegt de minister met de sociale partners over de concrete invulling van het voorstel. Daarna wil Smet in het voorjaar het parlement betrekken, om tegen september alles in een wet te gieten. De maatregel wordt ten vroegste in september 2014 van kracht.

De dubbele taaltest maakt onderdeel uit van een groter pakket aan maatregelen. Als minister Smet zijn zin krijgt en iedereen meewerkt, wil hij lagere scholen ook de mogelijkheid laten taalbaden te organiseren. Afhankelijk van de taalachterstand bij het kind kunnen die vier tot acht weken duren. Extra taallessen Nederlands vormen een andere ondersteunende maatregel.

Source : DE MORGEN / BELGA 17 Janvier 2013 http://www.demorgen.be

Lire la suite

"En Flandre, le flamand !" cette politique conduit à une société injuste

17 Janvier 2013 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

"En Flandre, le flamand !" cette politique conduit à une société injuste

Jan Blommaert est professeur de langue, culture et mondialisation à L'Université de Tilburg (NL) et à celle de Gand (B).

"La langue devient un instrument par lequel on rend pour des groupes ciblés et non-volontaires la participation à notre société toujours plus difficile."

"En Flandre, le flamand[1] !" Le slogan se porte bien à nouveau. A Anvers, la nouvelle équipe en place utilise le néerlandais comme moyen de manipulation tel un joyau royal, y compris dans sa politique de logement social ; en outre, les services d'interprètes gratuits sont supprimés. Et le ministre Geert Bourgeois (NVA) a donné à Bart de Wever et Liesbeth Homans un bon coup de pouce en exigeant un niveau de néerlandais A2 au lieu de A1 dans le secteur social pour les nouveaux arrivants.

Questionné, la réponse est donnée sur le ton de l' innocence bafouée : "Cela va de soi, que quelqu'un qui veut participer à la vie de la société doit en parler la langue" "Ou est-ce trop demander ?". L'argument a quelque chose d'imparable : nous pouvons faire des affaires ensemble si nous nous comprenons. Et donc qui peut être contre ?

La réponse vient des linguistes comme moi : Les gens qui ont la profession de comprendre les relations complexes entre la langue et la société hochent la tête pour des raisons contraires.

Premier point, mais dans l'ensemble le moins important : utiliser les niveaux européens (A1, A2, etc.) qui sont des abstractions n'a rien à voir avec la réalité de la communication. Concrètement, il n'y a pas de raison que quelqu'un possédant un bas niveau linguistique, ne puisse pas avoir de communication claire et efficace avec une personne de niveau linguistique plus haut. Allons plus loin encore : ceci est la règle et non l'exception, car "le" néerlandais est lui même une fiction.

En réalité, il existe des centaines de domaines dans le néerlandais et chacun d'entre nous en maîtrise une partie très bien, une autre moins et une autre pas du tout. Bien peu de Flamands moyens sont en état d'écrire un acte notarial : c'est pourquoi, les Flamands dépensent beaucoup d'argent pour les services linguistiques du notaire. L'inégalité linguistique est donc la règle, mais pour les communautés qui se considèrent unilingues.

Deuxième point, plus important encore est l'évolution de notre société, la tendance que nous constatons dans la réalité. La mondialisation a crée une "superdiversité" sur deux côtés et ce processus mine la société à grande vitesse. D'un côté, les sociétés de plus en plus diverses comme les nôtres en raison de l'évolution des modes de migration dessinent un multilinguisme invraisemblable et plus seulement dans les grandes villes. De l'autre côté, les "autochtones" flamands sont plus actifs et plus mobiles et les Flamands moyens deviennent de plus en plus multilingues et transnationaux dans le monde du travail. Regardez une heure "l'offre télévisuelle" et vous comprendrez de quoi je parle !

Le plus remarquable à propos de cette "superdiversité" est qu'elle ne soulève pas beaucoup de problèmes de communication. Les personnes ("les personnes moyennes") sont souvent multilingues et ils développent des langues véhiculaires qui les guident dans les situations complexes. L'anglais est un exemple évident, mais on sous-estime aussi le rôle crucial d'une sorte de "néerlandais de la rue" comme langue véhiculaire dans les quartiers de "superdiversité". Le slogan sur plus de néerlandais passe à côté de la réalité.

La tendance générale est donc une tendance au plurilinguisme et non à l'unilinguisme et, compte-tenu de la façon dont opèrent les processus de mondialisation, il n'y a donc tout simplement rien à faire. C'est la raison pour laquelle d'ailleurs notre ministre de l'enseignement, en concert avec l'Union Européenne, a souligné l'intérêt du plurilinguisme pour les citoyens flamands. C'est aussi la raison pour laquelle les membres du monde académique des universités flamandes doivent se plier aux tests de niveau en anglais.

La réalité du multilinguisme s'accorde donc mal avec cette idéologie de l'unilinguisme. Il est tout simplement pas correct de dire que si on parle le néerlandais (et seulement le néerlandais) on peut participer à la vie de la société. On peut simplement participer à la société lorsqu'on parle plusieurs langues. Et le choix de la langue que l'on prend pour sa famille, ses amis et ses collègues n'est pas l'affaire des autorités. C'est une question déterminée par des processus sociaux et la politique n'a guère de prise sur cela.

Et enfin vient la troisième raison. A supposé que l'on obtienne par la pression l'adoption de cette politique, celle-ci deviendrait une forme de discrimination, un obstacle à la participation à la société, au vivre ensemble.

La montée du niveau d'exigence en langue de A1 à A2 par exemple n'aura aucun effet sur la véritable communication entre les personnes. Si on ressent l'impression d'un niveau défectueux de néerlandais avec le niveau A1, celle-ci ne disparaîtra pas avec un niveau A2.

Cette modification ne résout aucun problème , mais en sus créer bien un nouveau problème : La langue devient un instrument par lequel on rend pour des groupes ciblés et non-volontaires la participation à notre société toujours plus difficile. L'effet sera prévisible : il va devenir de plus en plus difficile d'accéder aux structures d'aide sociale dépendant de l' autorité flamande. De moins en moins de personnes pourrons avoir l'occasion de revendiquer des logements sociaux, des allocations, des formes spécifiques de soutien pour la vie quotidienne.

Et cela n'arrive pas parce que régnerait une mauvaise communication dans la réalité. (La recherche ne s'effectue pas sur la situation factuelle, elle ne connaît pas la situation actuelle et ne semble pas y porter un intérêt) Cela arrive parce que la société elle-même a admis, en dépit de la réalité que nous devons être unilingues ; ou plus précisément encore : une société dans laquelle nous sommes avant tout multilingues et nous devons l'être, tandis qu'avec d'autres exigences, nous acceptons un régime linguistique unilingue.

De la sorte, cela s'appelle une société injuste.

[1] il faut comprendre bien évidemment le néerlandais standard (ABN) et non le dialecte

Source : Knack - 14 janvier 2013 - Traduction M.E.

www.knack.be/opinie/columns/jan-blommaert/vlaanderen-vlaams-een-onrechtvaardige-samenleving/opinie-4000233063826.htm

Lire la suite

Geert Joris wordt algemeen secretaris van de Nederlandse Taalunie

26 Novembre 2012 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Geert Joris wordt algemeen secretaris van de Nederlandse Taalunie

De Vlaming Geert Joris wordt de nieuwe algemeen secretaris van de Nederlandse Taalunie. Dat maakte het Comité van Ministers vandaag bekend tijdens een persconferentie in de Nederlandse ambassade in Brussel.

De algemeen secretaris geeft leiding aan het Algemeen Secretariaat in Den Haag en is het eerste aanspreekpunt voor de vier Taalunieministers. De komende jaren zal Geert Joris samen met hen vorm geven aan het Meerjarenbeleidsplan 2013-2017, dat begin november werd gepubliceerd.

In 2011 raakte Joris nauw betrokken bij het reilen en zeilen van de Taalunie toen hij als lid van een visitatiecommissie het functioneren van het Algemeen Secretariaat beoordeelde.

Joris is directeur van Boek.be, de brancheorganisatie van boekverkopers, uitgevers en importeurs, en daarmee het gezicht van het Vlaamse boekenvak. Boek.be organiseert onder meer de jaarlijkse Boekenbeurs in Antwerpen.

Joris wordt de opvolger van de Nederlandse Linde van den Bosch die eerder dit jaar overstapte naar de Nederlandse Inspectie van het Onderwijs. Het mandaat van algemeen secretaris duurt vier jaar en kan eenmaal met nog eens vier jaar worden verlengd.

Pascal Smet, voorzitter van het Comité van Ministers: “De Taalunie staat voor enkele cruciale jaren, niet het minst om in budgettair moeilijke tijden aan te tonen waarom we jaarlijks 11 miljoen euro samenbrengen voor ons gemeenschappelijke taalbeleid. De Taalunie heeft ook ambitie. Daarom zijn we via een oproep en een uitgebreide wervingsprocedure gericht op zoek gegaan naar een gedreven manager. Wij, als Comité van Ministers, zien in Geert Joris de man met de ervaring, de expertise en de kunde om het uitgestippelde beleid te realiseren en nieuwe kansen te verzilveren. We kozen bewust voor iemand die het maatschappelijke debat niet schuwt omdat we geloven dat dit de positie van onze taal verstevigt.”

Jet Bussemaker, Nederlands lid van het Comité van Ministers: ”Nederland is zeer tevreden met de keuze voor Geert Joris. De werkterreinen van de Taalunie zijn niet nieuw voor hem, gezien zijn ruime ervaring in het boekenvak. We verwachten dat Joris de verdere ontwikkeling van de Taalunie sterk zal bevorderen.’’

Geert Joris, nieuwe algemeen secretaris van de Nederlandse Taalunie: “In eerste instantie wil ik de Taalunie beter op de kaart zetten en de maatschappelijke relevantie van de organisatie beter laten doordringen in die geledingen waarin de Taalunie actief is. Ze een beetje sexyer maken als het ware. De Taalunie is een bijzonder én belangrijk instituut, maar te weinig mensen en organisaties zijn zich daarvan bewust. Door de partnerships en wisselwerkingen te versterken, zullen we ook beter in staat zijn om het Meerjarenbeleidsplan 2013-2017 te realiseren.”

Geert Joris (1960) studeerde Moraalwetenschap aan de Universiteit Gent en volgde managementopleidingen aan de Vlerick Business School. Van 1988 tot 1999 was hij actief in de grafische sector en in 1998 stond hij samen met enkele vennoten aan de wieg van een e-learningbedrijf. Tussen 2003 en 2005 werkte hij als interimmanager. De voorbije zeven jaar was hij directeur van Boek.be. Vanaf 2013 zal hij zijn ervaring ten dienste stellen van de Nederlandse Taalunie.

De Nederlandse Taalunie is de verdragsorganisatie waarin Nederland, Vlaanderen en Suriname samen beleid voeren op het gebied van de Nederlandse taal. Het Comité van Ministers bestaat uit Pascal Smet, Vlaams minister van Onderwijs, Jeugd, Gelijke Kansen en Brussel (voorzitter), Joke Schauvliege, Vlaams minister van Leefmilieu, Natuur en Cultuur, Jet Bussemaker, Nederlands minister van Onderwijs, Cultuur en Wetenschap, en Sander Dekker, Nederlands staatssecretaris van Onderwijs, Cultuur en Wetenschap.

Source : Nederlandse Taalunie

Lire la suite

Flandre : bientôt un test linguistique à réussir

26 Novembre 2012 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Flandre : bientôt un test linguistique à réussir

Après l'obligation d'efforts, bientôt l'exigence d'un résultat. La Flandre songe à corser le parcours d'intégration linguistique imposé à ses nouveaux arrivants. Echouer au test de néerlandais ne serait plus sans conséquences.

Toujours plus loin. S'intégrer en Flandre est de moins en moins un vain mot.

Les nouveaux arrivants non européens ne sont plus livrés à eux-mêmes, quand ils débarquent en Belgique et s'installent dans le nord du pays. Pas question de se dérober à un parcours d'intégration civique. En néerlandais dans le texte : l'« inburgering », un mélange de cours d'orientation sociale (60 heures) et de néerlandais (de 120 à 140 heures), censé les aider à se couler harmonieusement dans la société flamande.

Gare aux mauvaises têtes : une amende de 50 à 5 000 euros attend le récalcitrant qui s'aviserait de brosser plus de 20 % des cours.

Etre assidu en classe, c'est bien. Terminer son parcours avec fruit, ce serait encore mieux. L'idée fait son chemin dans le nord du pays : après le simple engagement à fournir des efforts, on passerait à l'exigence de décrocher un résultat, couronné par un certificat d'intégration. Rien de tel que la frousse d'un examen pour fouetter l'énergie des moins motivés.

La Flandre monte dans les tours. Et qu'importe si l'accord de gouvernement flamand (N-VA, CD&V-SP.A) n'envisage pas ce cran supplémentaire à l'intégration. « Les esprits évoluent, et je m'en réjouis », a pu constater devant les parlementaires flamands le ministre régional en charge de "l'Inburgering". Où qu'il se tourne, Geert Bourgeois (N-VA) se sent pousser des ailes. Tout l'incite à placer la barre encore plus haut. Même le pouvoir fédéral, où la N-VA est dans l'opposition, lui indique la voie à suivre.

« Demander des résultats, c'est rendre service aux gens »

Ainsi à partir du 1er janvier prochain, devenir belge deviendra plus difficile. Il s'agira, entre autres, de prouver son intégration sociale et sa connaissance d'une des trois langues nationales.

La chose n'a pas échappé à Bourgeois. « Le niveau fédéral va désormais coupler à la nationalité un critère linguistique de niveau A2, supérieur au niveau que nous demandons dans notre parcours d'inburgering. »

Le ministre N-VA entend bien s'aligner. Le copié-collé est prêt pour insertion dans un projet de décret. « 90 à 95 % des gens qui suivent aujourd'hui un cours décrochent le niveau A1, qui est très élémentaire et nettement insuffisant pour pouvoir fonctionner dans la société de la manière dont nous la comprenons. »

Tout cela est très joli. Sauf que réussir n'est pas donné à tout le monde. Fatma Pehlivan, députée SP.A, a une pensée pour les futurs recalés. Et s'émeut de la suspicion ambiante. « Il n'y a pas de mauvaise volonté, au vu des listes d'attente. Comment va-t-on sanctionner les gens qui veulent apprendre le néerlandais mais qui, sous la pression de circonstances de tous ordres, n'obtiendront pas le résultat que vous attendez ? »

Sur ce point sensible, le député CD&V Ward Kennes préfère détourner le regard. La priorité est ailleurs : « Je ne dis pas que nous devons perdre de vue ces gens. Mais la question est bel et bien de passer à la vitesse supérieure en matière de connaissance linguistique. De choisir ce que la communauté flamande d'accueil attend des nouveaux arrivants. »

Le sort de ceux qui ne satisferont pas au niveau linguistique requis n'occupe pas encore les pensées de Geert Bourgeois. Pour les modalités pratiques, on verra plus tard.

C'est l'intention qui compte : « En leur demandant des résultats et en leur imposant un certain niveau, nous rendons service à ces gens. » Le ministre N-VA voit déjà plus loin : le parcours d'intégration n'est pas tout. « A ce stade, on ne participe pas encore à la société. Pour cela, on exige une citoyenneté active, un engagement, une participation à la vie associative, à la vie du quartier, au comité de parents, etc. »

L'intégration à marche forcée. Avec encore plus de bâton que de carotte.

Pierre Havaux

Source : Le Vif/L'Express, 26 novembre 2012.

Lire la suite

Wallonie : Le néerlandais, de loin la principale seconde langue

18 Mars 2011 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

Wallonie : Le néerlandais, de loin la principale seconde langue

Sur 1730 écoles primaires, 1072 ne proposent que le néerlandais à leurs élèves. Mais l’anglais domine en province de Liège et dans le Luxembourg.

En ces temps communautaires chahutés, voilà une information qui rassurera peut-être quelque peu la Communauté flamande. Le néerlandais reste, et de loin, la principale seconde langue apprise par les élèves de primaire en Communauté française. Elle est proposée dans 1 459 établissements, contre 631 pour l’anglais et 42 pour l’allemand. C’est ce qui ressort des chiffres (2009-2010) que vient de communiquer la ministre de l’Enseignement, Marie-Dominique Simonet (CDH), en réponse à une question écrite de ladéputée MR Caroline Persoons.

Avant de plonger le nez dans ces statistiques, on rappellera que le décret du 13 juillet 1998 généralise les cours de langue à partir de la 5e primaire, à raison de deux périodes par semaine. Il peut s’agir du néerlandais, de l’anglais ou de l’allemand. Le choix de la langue revenant au pouvoir organisateur de l’école, qui peut également décider d’en proposer deux.

Il existe cependant une spécificité bruxelloise, prévue par la loi linguistique de 1963, qui rend obligatoire l’apprentissage du néerlandais dans la capitale. On ne s’étonnera dès lors pas de voir que la totalité des 258 écoles primaires francophones de Bruxelles propose uniquement le néerlandais comme seconde langue à leurs élèves.

En Brabant wallon, où une telle obligation n’existe pas, la proportion d’écoles offrant le néerlandais est presque aussi élevée. De même, à Namur et dans le Hainaut, le néerlandais domine largement l’anglais.

Par contre, en province de Liège et, surtout, de Luxembourg, l’anglais joue les premiers rôles. Dans la province de Liège, les deux langues sont présentes dans quasi le même nombre d’écoles (279 pour le néerlandais, 269 pour l’anglais), tandis que l’allemand est enseigné dans 30 écoles primaires. Et dans le Luxembourg, l’anglais passe même en tête, puisqu’il est enseigné dans 101 établissements, pour 98 au néerlandais et 12 à l’allemand.

Globalement, on ne constate guère de variations selon les réseaux d’enseignement. Le choix de la seconde langue, comme le fait remarquer la ministre Simonet dans sa réponse, "est plutôt relatif à la situation géographique de la province. Force est de constater que ce choix répond à la demande, et aux besoins du citoyen ainsi que de sa vision de l’avenir."

Si l’on regarde de plus près les chiffres liégeois, on constatera pourtant une nette différence entre enseignement catholique, très porté sur le néerlandais (118 écoles sur 138 le proposent), et enseignement officiel (communal ou communautaire), très branché sur l’anglais (205 établissements sur 276 le proposent). Une spécificité liégeoise à laquelle il est difficile de trouver une explication. La Maison des langues de Liège ne s’est encore jamais penchée sur la question. Elle confirme cependant le succès de l’anglais dans la province, avec 15 000 élèves de primaire apprenant cette langue, contre 9 000 le néerlandais. Une proportion qui s’inverse toutefois quand il s’agit de filières en immersion (19 en néerlandais contre 10 en anglais).

On notera enfin que ces données au sujet des écoles primaires en Communauté française vont (logiquement) dans le même sens que les chiffres concernant les langues effectivement choisies par les élèves francophones. Selon les dernières statistiques disponibles (année scolaire 2007-2008), on comptait, en 6e primaire, 32 557 élèves suivant des cours de néerlandais, 13 648 élèves suivant des cours d’anglais et 637 suivant des cours d’allemand. Et la même année, en 1re secondaire, 30 287 élèves

avaient choisi le néerlandais comme seconde langue, contre 19 288 l’anglais et 882 l’allemand. Tandis que, pour l’ensemble des élèves de secondaire, 169 543 avaient pour seconde langue le néerlandais, 107 303 l’anglais et 4 481 l’allemand.

Laurent Gérard.

Source : La Libre Belgique

Lire la suite

"Nederlands is een wereldtaal"

30 Octobre 2010 , Rédigé par Les amis du néerlandais - Vrienden van het Nederlands Publié dans #taalbeleid

"Nederlands is een wereldtaal"

In meer dan 100 Brugse uitstalramen zullen eind deze week grote borden met ‘het Nederlands is wonderzoet’ en ‘Brugge, stad van het Nederlands’ te zien zijn. Bedoeling is het grote publiek warm maken voor de Internationale Top van het Nederlands, die de Nederlandse Taalunie organiseert ter gelegenheid van haar dertigjarige bestaan.

Onder het motto ‘Nederlands, wereldtaal’ zullen ministers van Cultuur en Onderwijs zich op 19 en 20 november buigen over de positie van het Nederlands in de wereld. Op voorspraak van Pol Van Den Driessche, CD&V-senator en voorzitter van het Brugse 11 Juli-Komitee (sic), vindt de samenkomst in Brugge plaats.

Is Engels als onderwijstaal een bedreiging voor het Nederlands? Wat is de invloed van onze taal op andere talen? Het komt allemaal aan bod op de top. ‘Maar het mag niet alleen een stijf gedoe voor academici worden’, zegt Van Den Driessche. ‘We maken het toegankelijk voor iedereen, met onder meer optredens van Eva De Roovere en Otto Jan Ham van Studio Brussel, en op 6 november is er een heuse culturele ontdekkingstocht door Brugge. De deelnemers passeren verscheidene locaties die een band hebben met het Nederlands en zullen ogen en oren moeten openhouden. Acteurs geven hier en daar tips, en ook de beiaard zit mee in het complot. Bovendien valt er een reis naar Zuid-Afrika te winnen.’

Van Den Driessche eist respect voor het Nederlands, ook van de toeristen. ‘Wij leren toch ook enkele woorden van de plaatselijke taal als wij op reis gaan. Waarom zij dan niet? Vandaar dat de aankondigingsborden in twintig talen zijn opgesteld.’ Maar Nederlands een wereldtaal? Maakt hij zich geen illusies? ‘Nederlands is geen lokale stammentaal. We zijn de zevende taal in Europa. Zo’n 14.000 Nederlandse woorden zijn in andere talen doorgedrongen. En toch zijn wij niet trots. Ik maak me zorgen om de taalevolutie als ik sms’jes lees of turbotaal hoor. Maar ook als ik weer eens een scriptie krijg die geschreven is in een taal die wel enige gelijkenis met het Nederlands vertoont maar zo slordig is geschreven dat het pijn doet.’ Guido Gezelle had het nog zo gezegd: ‘De Vlaamse taal is wonderzoet, voor wie haar geen geweld aandoet.’

Ann-Sofie Dekeyser

Bron : Knack, 29 october 2010.

Lire la suite
1 2 > >>